Le Livre de la Connaissance par Maimonide

1
1044
ISRAEL - CIRCA 1986: Maimonides (1135-1204) on 1 Sheqel 1986 Banknote from Israel. Jewish philosopher.

Dans le premier des 14 livres du Michné Torah, le Livre de la Connaissance (Sefer haMadda) Maimonide (1135-1204) élabore les principes fondamentaux du Judaïsme, hygiène de vie, étude de la Torah, prohibition de l’idolâtrie, considération sur le repentir et le monde à venir.

Rambam explique qu’il n’aurait pu composer un ouvrage clair sur les préceptes à suivre dans la vie quotidienne sans exposer au préalable les principes fondamentaux du Judaïsme, c’est-à-dire les commandements à la “racine” de la religion mosaïque.


Parmi ces principes se trouvent des matières à consonance fortement philosophique : l’existence de Dieu, Son Unité, Son incorporalité, la providence, le libre-arbitre, la prophétie, les treize articles de foi…

Ces principes ne pouvant que s’harmoniser, le premier livre du Mishneh Torah est un exposé théologico-philosophique soulignant l’harmonie entre la Loi et la philosophie.

Le Livre de la Connaissance comporte cinq traités.

Premier traité : Yessodei haTorah (Principes fondamentaux de la Torah)
Il contient selon les termes de Maïmonide lui-même, tous les préceptes constituant l’essence authentique de la foi juive, ses sine qua non.

Second traité : De’ot
De’ot signifie littéralement “connaissances”, ou “opinions”, mais Maïmonide l’emploie dans le sens plus particulier de “prédispositions morales”. Chaque article est un modèle de comportement sain, tant moral que physique. Le quatrième chapitre, en particulier, comportant de nombreux éléments de théorie médicale, ressemble au Régime de Santé, opuscule rédigé par Maïmonide à l’attention de son patron, le sultan Al-Malik Al-Afdhal. Il s’agit de recommandations de diététique,d’hygiène, non seulement corporelle mais de vie. En résumé, Maïmonide recommande d’adopter la voie du juste milieu, en toutes circonstances et pour toute disposition, à l’exception d’une : l’humilité, qui ne saurait jamais être excessive.

Troisième traité : Hilkhot Talmud Torah (Règles concernant l’étude de la Torah)
Il aborde la façon d’étudier proprement dite, mais aussi la façon de l’enseigner et les marques de respect à fournir envers les maîtres, et les savants en général.

Quatrième traité : Avoda Zara ve’Houkat haGoyim (Idolâtrie et coutumes païennes)
Ce traité commente à lui seul 51 des 613 prescriptions de la Torah. L’idolâtrie y est évidemment prohibée, mais aussi la pratique de la magie (indépendamment de la question de croire ou non à son efficacité), de la sorcellerie, de la divination, de la mutilation en rapport avec les superstitions, l’embaumement des morts et le tatouage.

Cinquième traité : Hilkhot Teshouva (Règles du Repentir)
Il expose l’obligation du repentir et de l’aveu des fautes, de la rétribution des actes, récompense ou punition, mais aussi de la destinée, de l’âme, sa nature, analogue à l’intelligence qui appréhende et comprend le Créateur (Hilkhot Teshouva 8:6), son immortalité, et surtout, sa destinée dans le monde à venir : celui-ci est spirituel, seules les âmes l’habitent, libérées des besoins matériels, et de la matérialité même. Il n’y a ni besoin corporel, ni émotion, sinon la jouissance que procure le rayonnement de la Shekhina (Présence Divine).
Cette idée semble faire impasse sur un principe fondamental du Judaïsme, que Maïmonide proclame lui-même dans ses 13 articles : la résurrection des morts. Cette apparente inconsistance valut à Maïmonide les plus dures critiques, et la méfiance perpétuelle de l’exilarque Salomon ben Eliya.
Elle l’obligea à rédiger l’Épître sur la Résurrection des Morts (Iggeret T’hiyat haMetim) pour répondre aux critiques : il concilie les deux thèses en expliquant que le Messie ressuscitera bien les morts, mais que ceux-ci mourront peu après pour entrer dans le monde à venir.
Selon Maurice Ruben-Hayoun, certains lui contestent la paternité de cette épître, et pensent qu’elle fut rédigée par ses disciples.

Adaptation par Jforum

1 COMMENT

  1. Dieu n’a pas besoin d’interprétes humains pour faire comprendre ses écrits sacrés, les 10 commandements ont été résumés en deux commandements importants :

    _ Tu dois aimer ton Dieu de tout ton cœur, de toute ta force..
    _, Tu dois aimer ton prochain comme toi même, même ton ennemie…

    Tout ai dit, la religion qui suit à la lettre ces deux commandements est celle que Dieu approuve!!!

    Un seul Dieu, une seule façon de l’adorer, on se moque pas de Dieu, auparavant son peuple était les hébreux, son peuple élu mais ça c’était avant… Aujourd’hui, il est impossible de pratiquer le culte comme au temps de Moise… Dieu, Yahvé de son nom, à tout prévu après les maintes et maintes trahisons de son peuple qu’il l’a rejeté pour ce tourner dorénavant vers les nations, son peuple n’ai plus celui de la chair par la circoncision, mais celui du cœur oui, la circoncision de cœur qui regroupe toutes sortent de personnes d’horizons et cultures différentes…Dieu est impartial
    Un peuple, une religion qui prône la haine de son prochain n’est pas celle que Dieu approuve…(ils font parti d’une machination Satanique) Juste avec ça bcp de religions confirment ne pas être de Dieu !!

    A bonne entendeur…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.