Le Hezbollah certain de dominer la province iranienne du Liban©

0
869

Le Hezbollah s’apprête à réaliser des gains importants après les élections libanaises

Les premières élections générales en près d’une décennie pourraient voir l’alliance dominée par un groupe terroriste soutenu par l’Iran remporter la première majorité parlementaire

  • Une femme chiite libanaise flashe son pouce taché d'encre et brandit un drapeau du Hezbollah après avoir voté à un bureau de vote dans la capitale Beyrouth le 6 mai 2018, alors que le pays vote lors des premières élections législatives en neuf ans.  (AFP PHOTO / ANWAR AMRO)
    Une femme chiite libanaise photographie son pouce taché d’encre et brandit un drapeau du Hezbollah après avoir voté dans un bureau de vote de la capitale Beyrouth le 6 mai 2018, alors que le pays vote lors des premières élections législatives en neuf ans. (AFP PHOTO / ANWAR AMRO)
  • Un délégué du Hezbollah vérifie la liste des électeurs dans un bureau de vote dans la banlieue sud de Beyrouth le 6 mai 2018, alors que le pays vote lors des premières élections législatives en neuf ans.  Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 7 heures du matin dans le petit pays, qui compte environ 3,7 millions d'électeurs, et devaient fermer 12 heures plus tard, les résultats des 15 districts étant attendus le jour suivant.  Le taux de participation sera crucial pour les chances d'un nouveau mouvement de la société civile de remporter une poignée de sièges, mais les analystes prédisent tous que les partis traditionnels sectaires maintiendront leur hégémonie.  / PHOTO AFP / ANWAR AMRO
    Un délégué du Hezbollah vérifie la liste des électeurs dans un bureau de vote de la banlieue sud de Beyrouth le 6 mai 2018, alors que le pays vote lors des premières élections législatives en neuf ans. Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 7 heures du matin dans le petit pays, qui compte environ 3,7 millions d’électeurs, et devaient fermer 12 heures plus tard, les résultats des 15 districts étant attendus le jour suivant. Le taux de participation sera crucial pour préserver les chances d’un nouveau mouvement de la société civile qui puisse remporter une poignée de sièges, mais les analystes prédisent tous que les partis traditionnels sectaires conserveront leur hégémonie. / PHOTO AFP / ANWAR AMRO
  • Les partisans du Hezbollah se rendent dans la ville de Nabatieh au sud du Liban le 6 mai 2018, alors que le pays vote à ses premières élections législatives en neuf ans.  (AFP PHOTO / MAHMOUD ZAYYAT)
    Les partisans du Hezbollah se rendent dans la ville de Nabatieh au sud du Liban le 6 mai 2018, alors que le pays vote à ses premières élections législatives en neuf ans. (AFP PHOTO / MAHMOUD ZAYYAT)
  • Un partisan libanais du groupe terroriste Hezbollah a voté pour la première élection parlementaire libanaise en neuf ans, dans un bureau de vote dans la ville de Baalbeck, dans la vallée de la Bekaa, près de la frontière syrienne, le 6 mai 2018. ( AFP PHOTO / Haitham MOUSSAWI)
    Un partisan libanais du groupe terroriste Hezbollah a voté pour la première élection parlementaire libanaise en neuf ans, dans un bureau de vote dans la ville de Baalbeck, dans la vallée de la Bekaa, près de la frontière syrienne, le 6 mai 2018. ( AFP PHOTO / Haitham MOUSSAWI)

BEYROUTH, Liban – Le Hezbollah s’apprête à sceller lundi sa position dominante sur le Liban, avec des résultats, pour les premières élections générales de la décennie, qui devraient confirmer le principal groupe terroriste soutenu par l’Iran.

Les sondages ont également été marqués par un faible taux de participation de 49,2% et l’émergence d’un mouvement de la société civile, contestant les oligarques libanais, qui pourraient remporter deux sièges au parlement.

La politique de partage du pouvoir basée sur le sectarisme libanais signifie qu’aucune alliance unique dans le parlement de 128 sièges ne jouira d’une majorité stable et les analystes s’attendent à ce qu’un statut quo fragile soit préservé.

Le ministre de l’Intérieur, Nohad Machnouk, a annoncé le chiffre de participation lors d’une conférence de presse peu après minuit et semblait en accuser la nouvelle loi électorale adoptée l’année dernière.

“C’est une nouvelle loi et les électeurs ne la connaissaient pas, pas plus que les responsables des bureaux de vote”, a-t-il déclaré. “Les opérations de vote ont été très lentes.”

Alors que les estimations provisoires filtraient, les partisans de certains candidats ont commencé à célébrer leur victoire dans les rues, après un scrutin pollué par quelques violations mais sans incident majeur.

View image on TwitterView image on TwitterView image on TwitterView image on Twitter

Ali@QuarterToAli_

Le Hezbollah et ses alliés prennent d’assaut le parlement.
maintenant que sayyed nasrallah contrôle la totalité de la situation au Liban

Les députés ont prolongé leur propre mandat à trois reprises depuis 2009, ostensiblement pour des raisons de sécurité liées à la guerre syrienne voisine et aux divisions politiques qui ont conduit à des crises institutionnelles longues et paralysantes.

Un taux de participation plus élevé était attendu après le long hiatus électoral, mais le vote a été le premier à se conformer à une loi adoptée en 2017 et les bulletins de vote pré-imprimés utilisés dimanche ont semblé dérouter certains électeurs.

Possible Faiseur de Roi

Certains électeurs ont également déclaré que le réseau parfois absurde d’alliances électorales locales, où certains partis travaillaient ensemble dans un même district et se faisaient concurrence dans d’autres, les avait découragés.

À une heure de la fermeture des bureaux de vote, plusieurs hauts dirigeants politiques ont lancé un appel de la onzième heure pour se rendre aux urnes, mais ils n’ont pas pu prolonger les horaires de vote.

Les experts divergent quant à savoir qui bénéficiera le plus d’un faible taux de participation, car les scénarios d’alliance varient selon les 15 districts du pays, dont la taille et le tissu confessionnel et sectaire sont tous différents.

Les estimations du Hezbollah, quelques heures après le début des opérations, montrent que le mouvement chiite arrive en tête partout où il a présenté ses candidats, bien que seuls les résultats officiels attendus tôt lundi confirmeront l’issue du vote.

Avec un nombre accru de sièges au parlement, le Hezbollah devrait, avec ses alliés, se forger plus facilement une majorité en sa faveur sur des questions clés telles que la question délicate de la détention de ses armes qu’il n’a jamais déposées, après la guerre civile de 1975-1990.

La principale voix appelant le groupe terroriste financé par Téhéran à abandonner un arsenal, qui a maintenant largement dépassé celui détenu par l’armée nationale, a été le Premier ministre Saad Hariri.

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a voté pour les élections législatives libanaises, dans un bureau de vote, à Beyrouth, au Liban, dimanche 6 mai 2018. (AP Photo / Hussein Malla)

Les sondeurs s’attendent à ce que le Mouvement du Futur dominé par les sunnites de Hariri figure parmi les plus grands perdants de l’élection, mais affirme qu’il pourrait conserver son poste.

Les nouveaux contours du parlement pourraient laisser le parti chrétien du président Michel Aoun, allié du Hezbollah et du Futur, dans la position de faiseur de rois.

“Le vote le plus marquant sera celui du groupe du président Aoun, qui évoluera parmi les autres blocs. Le Hezbollah bénéficiera de l’absence d’une large coalition contre lui “, a déclaré le politologue Imad Salamey.

‘Rendez l’espoir possible’

Le Hezbollah, qui a été créé dans les années 1980 pour lutter contre Israël et combat actuellement en Syrie aux côtés des forces du régime, est répertorié comme une organisation terroriste par les Etats-Unis.

Des membres du puissant groupe terroriste chiite sont soupçonnés dans l’assassinat en 2005 du père de Hariri, Rafiq, lui-même ancien Premier ministre charismatique.

Le Liban a souvent été une scène où la rivalité entre les deux poids lourds de la région s’est jouée, mais leurs clients politiques, dans cette élection, semblaient contents de maintenir le statu quo.

Malgré la participation décevante d’un électorat qui comptait environ 800 000 personnes trop jeunes pour pouvoir voter lors des précédents scrutins généraux, la nouvelle loi électorale, qui permet aux petits partis de se présenter, a permis à une liste de la société civile d’entrer au parlement.

Les partisans du mouvement terroriste Hezbollah libanais défilent le jour du scrutin parlementaire avec les drapeaux du parti et les portraits de son leader Hassan Nasrallah dans les rues de Baalbeck, dans la vallée orientale de la Bekaa près de la frontière syrienne, le 6 mai 2018. (AFP PHOTO / Haitham EL-TABEI)

Deux femmes, la journaliste de télévision Paula Yacoubian et l’auteure Joumana Haddad, semblaient prêtes à obtenir un siège, à partir duquel elles se sont engagées à défier les dynasties politiques qu’elles jugent corrompues.

Alexandre Salha, un volontaire de 30 ans de la liste de la société civile “Kulluna Watani”, s’est réuni avec d’autres partisans dans un café de Beyrouth, après le vote et a déclaré que le plus important était de mettre un pied dans la porte.

“Nous attendons avec impatience 2022 et nous croyons vraiment que le changement a commencé. Si nous en obtenons un ou deux (sièges) aujourd’hui, j’espère que nous en aurons dix en quatre ans. Nous avons rendu l’espoir possible », a-t-il déclaré.

JForum avec agences

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.