Le ministre des Affaires religieuses, Matan Kahana, sur la réforme de la kasheroute.

Le Grand Rabbinat part au combat contre l’objectif d’abolir l’identité juive en commençant par reformer la kasheroute.

La réforme de la kasheroute annoncée aujourd’hui provoque des réactions agitées de la part des politiciens du côté conservateur et ultra-orthodoxe ‒ et aussi du grand rabbinat. « Ce n’est pas une réforme ce sont des réformes », a déclaré le député Yadout ha-Torah Ouri Maklev. Le Conseil du grand rabbinat est furieux: « Cela signifie l’abolition de la kasheroute dans l’État d’Israël ». : « Une réforme qui profite aux  propriétaires d’entreprise, aux réformateurs… Et le public »?

«Le Grand Rabbinat d’Israël rejette catégoriquement la dangereuse initiative du ministre des Affaires religieuses de détruire la nourriture casher en Israël», a déclaré le Conseil du Grand Rabbinat. «Le sens du « projet » présenté aujourd’hui pour des changements dans le système traditionnel de la kasheroute est l’abolition de la kasheroute dans l’État d’Israël, avec l’ouverture d’un grand bazar d’entités ayant des intérêts commerciaux qui accorderont la kasheroute [en fonction de leurs intérêts], avec la possibilité pour tout intéressé de créer sa propre kasheroute ce qui signifie la destruction de la kasheroute. »

Le Conseil rabbinique a qualifié la décision ‒ présentée Mardi 20Juillet par le ministre des Affaires religieuses, Matan Kahana [parti Yamina] ‒ déclaration de guerre: «Il fait partie d’une tendance générale à la guerre dans les services religieux, dont le but ultime est l’abolition de l’identité juive de l’État d’Israël».

Ils ont précisé que «le Grand Rabbinat et tous les rabbins d’Israël tiendront leurs positions et agiront pour freiner cette initiative dangereuse.

« Ils veulent éliminer le système de kasheroute en Israël »

Le président du Shas, Aryeh Deri, a également précisé que «nous nous opposerons fermement à ce processus destructeur qui nuit à la plupart des citoyens israéliens traditionnels qui observent la kasherout. Dans le public et l’identité juive de l’État, il [le ministre] s’efforce de promouvoir ses reformes et d’écraser l’identité juive », a-t-il déclaré. Il a ajouté qu’«il ne fait malheureusement aucun doute que l’objectif principal est la reconnaissance des organismes de kasheroute réformés. Il n’y a aucune considération économique dans le processus, seulement la création de destruction et de corruption».

Le président du Parti du Judaïsme de la Torah, le député Moshe Gafni, a mis en garde contre « l’élimination du système de kasheroute en Israël ». «Lieberman et Kahana veulent faire de l’État d’Israël un État [laïc] comme tous les autres pays du monde», a-t-il déclaré, «pour effacer toute étincelle de judaïsme et empêcher les citoyens juifs de manger kasher [selon la loi de la Torah]. A partir de la politique anti-religieuse de ce mauvais gouvernement, ils veulent éliminer le système de kasheroute traditionnel en Israël. Nous ferons tout notre possible pour les faire sortir du Pouvoir le plus rapidement possible et ramener le gouvernement juif et démocratique».

Le député Maklev valide: «Le fait que des organismes privés et non rabbiniques puissent contrôler le kasher, selon des normes uniformes, ce n’est pas une réforme mais une transformation du kasher. Avec cette tentative de dire «je suis kasher», ils transforment le monde de la kasheroute en quelque chose de technique et économique, et non plus traditionnel conforme à la Halakha [Loi juive]. Tenter de privatiser le monde de la kasheroute revient à privatiser le système juridique et de santé selon des normes d’intérêts étrangers».

Le député Yadout ha-Torah Ouri Maklev.

Il a ajouté que « nous allons tout faire pour que les gens qui sont des consommateurs de kasher qui ne veulent pas de faux kasher, sachent qu’il s’agit de jeter du sable aux yeux du public et de tromper. Il n’y a pas de kasher sans le rabbinat et dévoué à la halakha. »

« Il vaut la peine d’examiner le lien entre les entreprises et l’initiative Matan Kahana »

Le directeur général de Sionisme religieux, Yéhouda Wald, a déclaré que « le désir d’améliorer le système est positif, mais le geste de Kahana n’améliore pas mais détruit ». Il a déclaré: «Il existe des mesures correctes telles que la séparation entre les superviseurs et d’autres corrections sont nécessaires, mais l’initiative dans sa forme actuelle abaissera le niveau de formation et créera de la corruption et des cartels de plusieurs Badatz et d’organismes privés sur le terrain, et bien sûr cela affaiblira encore plus le rabbinat d’État». Il a expliqué que « le transfert de pouvoirs aux entités privées et commerciales va démanteler le système de formation », a-t-il déclaré. «Les trois rabbins qui décideront autrement que les grands rabbins d’Israël et le grand rabbinat créeront des procédures plus faciles et de nouvelles normes pour eux-mêmes, conformément aux exigences de l’entreprise. Au lieu de kasher selon la Halakha, la concurrence s’effectuera là où c’est moins cher et où il y aura moins d’exigences. Mais cela ne pourra fonctionner ni à Tsahal, ni au ministère de la Santé, ni dans tout autre organisme gouvernemental».

Le député Yaakov Litzman (Judaïsme de la Torah) a déclaré que «ce gouvernement de réforme n’a pas de lignes rouges», comme il l’a dit.

Il a ajouté que «la campagne destructrice de Lieberman-Bennett-Lapid-Saar contre la tradition d’Israël, le monde de la Torah et du judaïsme se poursuit à plein régime contre les millions de citoyens orthodoxes, religieux et traditionnalistes, ce qui entraînera le démantèlement de la nourriture kasher d’Israël, contrairement à la position du Grand Rabbinat et contrairement à l’opinion de la Halakha [Lois de la Torah]», a-t-il déclaré.

Il s’en prend au Premier ministre et à son parti: «Vous vous souvenez de l’engagement de Bennett pour un « veto de droite sur la religion »? Kahana est un partenaire à part entière dans l’élimination des systèmes religieux et des saints d’Israël, ce qui n’a pas été fait ici depuis des décennies».

Le député Yaakov Asher (Judaïsme de la Torah) a ajouté que «pas de Khan al-Ahmar, pas d’échec de l’aéroport Ben Gourion, pas d’indemnités pour les chômeurs, Matan Kahana a trouvé le défi le plus brûlant et le plus urgent de l’État d’Israël: l’élimination du Grand Rabbinat fondée par le mouvement Hapoël Mizrahi selon le Rav Kook. Les pères du sionisme religieux vont se retourner dans leurs tombes par ce que font ceux qui prétendent être leurs successeurs. Le rayon d’action du grand rabbinat fait sera reparti vers plusieurs entrepreneurs et corporations économiques que Kahana veut introduire. Il vaudra la peine d’examiner la nature du lien entre ceux-ci et la « merveilleuse » initiative du ministre Kahana».

Le député Yinon Azulai (Shas) a affirmé que «la fraude à la kasheroute du ministre Kahana semble avoir été créée dans l’organisation Tzohar avec un cycle de réformes et transforme la kasheroute en plaisanterie. Ce plan conduit au démantèlement complet du concept de kasheroute sous le prétexte de «réformes casher».

 Matan Kahana suggère que nous transférions le rabbinat au ministère de l’Économie. C’est comme cela qu’il conçoit l’Etat d’Israël comme « Etat juif » avec un « judaïsme » unique et unitaire.

« En route vers un kasher meilleur et plus transparent »

D’un côté il y a la rage chez les conservateurs, et de l’autre il y a des cris de joie et de soulagement dans les « mouvements libéraux »: «En tant que supporters de ceux qui se battent depuis des années pour accroître la concurrence dans la  kasheroute, nous sommes convaincus que le nouveau programme permettra, pour la première fois , une vraie compétition», a félicité le mouvement Torah et syndics du travail». «Cela conduira à une confiance accrue dans le rabbinat et à un régime transparent, de haute et de meilleure qualité pour le peuple d’Israël». [Fin de citation].

Shai Berman, PDG de l’Association des restaurants et des bars, soutient également le projet et attend une amélioration du niveau de service pour les chefs d’entreprise, avec l’ouverture du marché à la concurrence en brisant le Tabou vis-à-vis du Grand Rabbinat sur le mot « kasher »», a-t-il déclaré. «Nous ne doutons pas que la réforme proposée fera baisser le prix de la kasheroute, et donc aussi le coût de la vie, et conduira à davantage de restaurants dans le secteur de la restauration envisageant positivement de rendre l’entreprise kasher. Nous espérons que la réforme passera au gouvernement, pour les propriétaires d’entreprise, les consommateurs de kasheroute et le grand public», a-t-il ajouté.

L’ancienne députée, Rachel Azaria, l’une des fondatrices de l’organisation «Supervision privée», et qui a initié un projet de loi similaire en 2015, a salué la décision de privatiser le système de kasheroute du rabbinat. «C’est une initiative qui aidera les petites entreprises, et réduira en même temps les tensions inutiles entre les tribus de la société israélienne», a-t-elle déclaré.

Le directeur général du mouvement Free Israel, Uri Keidar, a déclaré que toute initiative qui conduirait à une réduction de la présence du Grand Rabbinat dans la vie des propriétaires d’entreprises en particulier et des citoyens en général est la bienvenue. Les Israéliens en ont depuis longtemps marre du grand rabbinat, et le gouvernement fait bien de s’aligner sur le public. Bientôt des reformes aussi dans le domaine du mariage et de la conversion, s’exclame-t-il.

Le rabbin Conseiller Uri Regev, directeur général de l’Association Hadosh pour la liberté de religion et l’égalité, a salué: Des alternatives modérées au kasher du Grand Rabbinat aideront à réduire le coût des produits alimentaires dans l’État d’Israël, à réduire la corruption sur le terrain et à aider les observants  du kasher. «Les sondages Hadosh montrent clairement que le public soutient la nouvelle initiative, s’oppose au monopole du grand rabbinat et est ouvert à l’octroi d’une licence en tant qu’autorité alternative», ajoute-t-il.

Les rabbins de l’organisation « Koushrot » ont salué la réforme mais ont affirmé en réponse que « le système de kasheroute dans l’État d’Israël mérite une reprise professionnelle et substantielle. « Nous sommes satisfaits de la détermination du ministre Matan Kahana à réparer le système de kasheroute, pas seulement pour le bénéfice. C’est à cette conclusion que sont parvenus tous les comités d’experts qui ont siégé sur la question et qui ont unanimement déclaré qu’il fallait au contraire parvenir à une uniformité des procédures de formation et créer un dénominateur commun le plus largement possible ».

« La privatisation du système de kasheroute contredit également les rapports du contrôleur de l’État, qui a également compris que ce n’est pas la solution aux problèmes de kasheroute qui existent dans le système », ont ajouté les rabbins de l’organisation. «Nous appelons toutes les personnes concernées: Il n’est pas trop tard, nous avons mis en place un comité d’experts compétents dans le domaine, et ensemble nous construirons l’ultime esquisse pour améliorer la formation étatique en Israël», disent-ils.

En quelque sorte, toutes les composantes minoritaires des citoyens gauchistes d’Israël saluent cette véritable révolution vers un « judaïsme reformé ». Et qu’en sera-t-il de la majorité des Juifs conservateurs et orthodoxes en Israël?

JForum ‒ ynet news ‒ Divers

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour Eliezer,
    Lisant régulièrement des articles supposés signés par toi, au nom de notre vieille relation, je me permet de te faire une remarque amicale. En effet, tu fais trop confiance à tes traducteurs automatiques. Tu devrais relire plus soigneusement les traductions qu’ils produisent. Très souvent, des articles deviennent incompréhensibles. Il ne s’agit pas d’un mot, ou deux, mais bien de tout le sens d’une phrase ou d’un paragraphe. Cet article en fait partie.
    Shabbat Shalom, Kol touv ou behaslaha.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.