Israël est confronté à un choix amoral : libérer ses otages, vivants ou morts, ou affirmer sa dissuasion et sa sécurité. Ce choix est pollué par des pressions externes. Il faut cette fois que les israéliens s’extraient de ces pressions, et fassent de cette question un sujet interne à l’abri de tous les conseilleurs, qui ne sont pas les payeurs.

Le débat entre ceux qui croient que la libération des otages passe en premier et ceux qui pensent que le but ultime de la guerre est de détruire le Hamas a jusqu’à présent été instinctif mais théorique. Si les informations selon lesquelles le Hamas est prêt à les libérer en échange d’un cessez-le-feu d’un mois « seulement » sont vraies, la discussion atteindra un point de non-retour.

L’État d’Israël est confronté à un choix cruel, comme il n’en a jamais connu au cours de ses 76 années d’existence. Le public est peut-être déjà fatigué d’entendre des choix, des comparaisons et des mesures concernant les deux objectifs de l’opération – l’élimination du Hamas et les otages du shabbat noir, un dilemme qui nous suit comme une ombre depuis le 7 octobre.

Ici, Il n’y a ni bon ni mauvais, ni gagnant ni perdant. Ici il y a un choix qui peut s’avérer être une décision entre le bien et le mal – et il semble que cette fois le public soit un partenaire à part entière dans les débats qui animent les réunions à huis clos du Cabinet de Guerre.

La nature de la proposition visant à définir la libération des personnes enlevées n’est pas encore claire, mais sans examiner le projet, on peut dire, à supposer qu’il existe, qu’il contient deux éléments sans lesquels aucun accord ne serait possible : le premier à supposer qu’il soit le premier, est de bien sûr libérer les personnes enlevées, de tout ou partie d’entre elles, en plusieurs fois. Le deuxième élément est la cessation des hostilités – complète ou limitée dans le temps, incluant éventuellement aussi un certain retrait des forces de Tsahal, qui seront au minimum tenu de déposer les armes.

Cela voudrait dire une reddition après quatre mois de combats et la perte de plus de 230 soldats et des centaines de blessés. Il faut ajouter à cela que la raison d’être de ce sacrifice consentis, est l’élimination du Hamas à Gaza en tant que gouvernance locale, et que si cet objectif pour lequel certains ont donné leur vie était abandonné, alors plus aucun soldat n’aura confiance dans les objectifs d’une guerre, ce qui rendra futile le sacrifice de sa vie pour un pays qui ne sait pas ce qu’il veut.

Les décideurs, devront écouter chaque citoyen israélien où qu’il se trouve. Avec la prudence nécessaire, supposons d’avance qu’une cessation temporaire des hostilités en échange de la libération des otages, suivant le processus qui a déjà ramené plus de cent otages, est accepté d’une manière ou d’une autre par tout le monde à commencer par le cabinet de sécurité, en passant par le gouvernement, l’armée israélienne et le public – cela ne fait aucun doute ici.

Mais, que se passera-t-il si le Hamas offre plus, mais exige aussi beaucoup plus ?

C’est là que l’horrible et compliqué complot se complique encore davantage : ce matin, les résultats d’une enquête menée par l’Institut israélien de la démocratie ont été publiés, selon lesquels 60 % de l’opinion juive s’oppose à un accord d’otages en échange de la fin de la guerre et la libération de tous les prisonniers palestiniens (dans le public arabe, environ 78,5% personnes interrogées soutiennent une telle démarche).

Une majorité de 70 % pense qu’Israël ne doit pas accepter un accord pour libérer toutes les otages en échange de la libération de tous les prisonniers palestiniens et de la cessation des combats à Gaza. Seuls 25,5 % pensent qu’Israël devrait accepter cela.

C’est un chiffre incroyable, puisque le gouvernement israélien est entré en guerre pour renverser le Hamas et ce n’est qu’au fil des jours et des semaines que la libération des personnes enlevées est devenue une priorité. Il n’est pas nécessaire d’être cynique pour supposer que l’une des raisons à cela, au-delà du devoir moral et humain, était l’importance perçue de la question aux yeux du public.

Y a-t-il eu un changement dans les attitudes du public ?

On peut supposer que dans une certaine mesure oui : le public serait fatigué de la guerre. Selon la même enquête, la majorité du public affirme consommer de moins en moins d’informations — . Il est aussi possible que la question des personnes enlevées soit perçue à la fois à travers l’émotion qu’elle suscite dans les cœurs, et comme un obstacle pour atteindre les objectifs de la guerre.

Aussi farfelu que cela puisse paraître, nous ne sommes pas loin du jour où certains diront ce qui a été dit jusqu’à présent en marge : « Assez de ces siestes ». Il ne s’agit bien sûr pas d’une approbation de cette position, mais plutôt de la reconnaissance du fait qu’elle sera entendue par de plus en plus de personnes.

Jusqu’à hier (pas comme métaphore. En fait jusqu’à hier !), il semblait que les deux objectifs – la libération des personnes enlevées et la guerre contre le Hamas – pouvaient être combinés. La poursuite de la pression militaire sur le Hamas, dont le début a conduit l’organisation des barbares à mettre sur la table une initiative ayant conduit à la libération de près de la moitié des personnes enlevées, parais être la seule voie possible pour provoquer davantage de frappes.

Telle était la position du gouvernement, mais la proposition actuelle – à laquelle il faut rappeler à plusieurs reprises combien nous devons faire preuve de prudence dans chaque détail qui apparaît à son sujet (de la remise en question de son existence même aux détails qui pourraient être une danse épuisante d’un pas en avant et deux pas en arrière) – ce qui indique un succès pour la politique de pression militaire d’Israël, peut aussi devenir un piège.

À notre connaissance, le cessez-le-feu devrait durer environ un mois (la dernière fois, il n’a duré qu’environ neuf jours). Autrement dit, supposons que toutes les discussions se terminent dans une semaine, jusqu’au dernier jour de janvier, le cessez-le-feu s’appliquera alors jusqu’au mois de mars.

Quelles sont les chances que les combats reprennent après cela ?

Disons-le suite AUCUNE. Le principe de la légitime défense, qui se déroule dans le feu de l’action, aura perdu de sa valeur. C’est comme ça que le monde comprend l’action de Tsahal. Reprendre une guerre deux mois après, devient une vengeance froide, voire une barbarie inutile.

En termes de préparation israélienne et selon l’opinion publique, elle doit être renouvelée. Mais, les événements ont leur propre dynamique. La reprise des hostilités après un mois, sans qu’il ne reste plus d’otages en captivité, pourrait être perçue comme un acte d’agression par l’opinion publique mondiale et pire encore – aux yeux des dirigeants américains, dont la campagne actuelle n’a fait que montrer à quel point il est critique face à son soutien et à la sécurité d’Israël.

Retour au 7 octobre

Si nous optons pour un tel schéma, nous devons tenir compte du fait que ce qui est actuellement interprété à nos yeux comme une rupture méthodique avec une valeur morale formidable et passionnante pourrait se retourner contre nous et laisser le Hamas souverain dans la bande de Gaza, comme si de rien n’était. C’est une pensée que la majorité du public juif en Israël ne peut supporter.

Ce sera également plus difficile pour les politiciens, non pas parce que leur politique a échoué, mais précisément parce qu’elle a réussi : si le peu que nous savons est vrai, alors la pression militaire a amené le Hamas à accepter un schéma qui n’était en aucun cas accepté dans le passé.

Que fait-on de l’opinion publique ?

Les cyniques diront que cela s’arrangera tout seul : 70 % n’est pas une si grande majorité, les perspectives passionnantes du regroupement familial feront leur effet, les aides offertes à Israël en échange de la non-reprise des combats seront tentantes (qui plus est , la question du coût économique de la guerre commence à prendre des proportions effrayantes).

En plus de cela, le public aura une vision unifiée du système politique (Ganz et Eizenkot, qui pensent que ceux qui donnent la priorité à la promotion d’un accord, ne pourront pas s’opposer au Premier ministre qui l’acceptera) – et en général après un mois de printemps et sans menaces de sécurité, ce qui nous sera bénéfique, il sera tout à fait naturel que nous voulions continuer et passer du temps Le silence béni, avec de nouvelles sorties revenant à leur taille naturelle. Bref, le poison qui nous a plus pendant des années, alors que le Hamas se préparait à la guerre, en créant une ville souterraine fortifiée.

Il est peu probable que, face à une telle réalité, ils trouvent quelqu’un qui nous rappellera à tous que c’est exactement cet état d’esprit qui a provoqué le massacre du 7 octobre.

C’est peut-être un paradoxe, peut-être une justice poétique, mais d’une manière bizarre, plus nous avançons dans la chronologie du 7 octobre, plus j’y suis chaque fois à nouveau attiré, comme une sorte de trou noir : ceux qui ont besoin de la poursuite des combats rappellera le choc qui nous a conduits à vouloir, non seulement, frapper le Hamas, mais aussi effacer Gaza de la surface de la terre.

Ceux qui obligent à un accord d’otages – à presque n’importe quel prix – rappelleront la dette morale de l’État d’Israël, certainement envers les citoyens parmi eux – des gens qui se sont endormis la veille du Shabbat et d’un jour férié et se sont réveillés dans un cauchemar. , uniquement parce que l’État d’Israël et son armée ont honteusement échoué dans leur histoire à protéger leur sécurité.

Il n’y a ici ni bien, ni mal, il n’y a ni moral, ni immoral – le cri des familles des personnes enlevées monte jusqu’au ciel, probablement au vu des descriptions des horreurs auxquelles nous avons été exposés ces derniers jours. Dans le même temps, il convient également de mentionner qu’il est très possible qu’un cessez-le-feu d’un mois marque la fin de la guerre.

Le dilemme est terrible, mais il semble que les conséquences soient déjà tombées en raison de l’élément de certitude : le danger que le cessez-le-feu soit une concession au renversement du pouvoir du Hamas n’est qu’une question de spéculation, tandis que le sauvetage des personnes enlevées est une question de spéculation, qui a besoin d’une réponse claire et immédiate.

Aucun gouvernement ne survivra s’il abandonne cette offre. Mais la question n’est absolument pas la survie du gouvernement qui de toute façon temporaire. Il s’agit de la survie d’Israël, de son honneur, de son intégrité physique et morale.

La question posée est au fond plus prosaïque : Dois-je donner ma vie pour un pays gouverné par des intérêts particuliers, ou pour une nation qui a ses propres objectifs, et ses propres besoins de sécurité. Si cela passe, après les otages, alors ce pays n’a plus de force morale, et l’ennemi aura été plus fort.

JForum.fr & Nir Kipnis

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cherk

Terrible dilemme je plains les familles des otages et je plains les dirigeants ..il s agit de la Survie d Israël de sa force ..si vous cédez le Hamas ne vous loupera pas …ça sera de pire en pire aucune Sécurité.. mon dieu aidez votre peuple ….

Johan Hohn

Pour moi la sécurité en 1er car si on leur cède eux profiteront de la moindre faille pour recommencer et faire 10 fois pire qu’au 7-10-2023 avec plus de barbarie et de cruauté, ils seront sans pitiés !!!