On ne l’a pas vu depuis des semaines.

Ce n’est pas la première fois que le chef du groupe terroriste, connu sous le nom de Da’esh, a été prétendument “gravement blessé” lors d’une attaque aérienne soutenue par l’Occident.

Cette fois, il y en avait deux.

La première était une attaque aérienne de la coalition dirigée par les Etats-Unis qui a fait pleuvoir des missiles sur la ville d’Al-Ba’aj, dans le nord de l’Irak, le mois dernier, une attaque qui aurait conduit à la quasi-disparition d’al-Bagdhadi.

Mais, selon des rapports cités à la chaîne de télévision al-Hura, al-Baghdadi et “d’autres membres de haut rang” du groupe terroriste ont été blessés lors d’une frappe aérienne séparée la semaine dernière par les forces irakiennes lors d’une réunion avec des commandants en Irak.

La cellule irakienne de renseignements sur les faucons avait localisé l’emplacement de la présence du chef terroriste dans la province d’Anbar et ordonné la frappe – mais n’a pas pu confirmer plus tard ses blessures, a rapporté l’Iraqi News.

Des sources locales ont cité le commandant irakien Nazem al-Jugheifi, qui a également déclaré qu’Al-Baghdadi avait été blessé dans la province d’Anbar, dans la ville occidentale de Qaem.

Dans les deux cas, la seule apparition publique du chef terroriste est venue d’une mosquée de Mossoul le mois dernier. Avec une prime de 25 millions de dollars sur sa tête, al-Baghdadi a vécu à peu près comme Hassan Nasrallah, le chef terroriste du Hezbollah, a appris à le faire depuis la Deuxième Guerre du Liban, en sécurité dans un bunker souterrain.


Hana Levi Julian jewish press

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.