Énorme affaire: les chariots intelligents d’Israël en route vers une grande chaîne de supermarchés aux EAU
Le smart cart, développé par la société israélienne A2Z, vous permet d’acheter sans passer par la caisse. Les entreprises en sont actuellement aux étapes avancées avant de signer un accord et de mener un pilote dans les magasins. L’accord est estimé à des centaines de millions de dollars.
Merav Krystal Publié: 11.01.21, 07:10

Les chariots intelligents d’Israël entreront dans l’une des plus grandes chaînes de supermarchés des Émirats arabes unis. Le smart cart, développé par la société israélienne A2Z, vous permet d’acheter sans passer par la caisse. Les entreprises en sont actuellement aux étapes avancées avant de signer un accord et de mener un pilote dans les magasins. L’accord est estimé à des centaines de millions de dollars, avec le prix de chaque chariot – 20 000 shekels.
La chaîne dans laquelle les chariots entreront possède des centaines de succursales aux Emirats Arabes Unis, à Bahreïn et en Arabie Saoudite. Son nom n’est pas encore disponible pour publication, car il s’agit d’une entreprise publique.


Le chariot intelligent
 

A2Z a rapporté que le premier envoi de chariots intelligents en provenance d’Israël devrait être envoyé aux Émirats arabes unis au cours du prochain trimestre, accompagné de la direction de l’entreprise et d’une équipe d’ingénieurs qualifiés dans la mise en œuvre de la technologie.
En Israël, la chaîne Yochananoff utilise ces chariots et inclut une assurance coucher de soleil dans l’entreprise. A2Z Smart Technologies Corp est cotée à la bourse TSXV au Canada et également aux États-Unis à la bourse OTCQX, et a terminé la semaine dernière de lever 27 millions de shekels auprès d’investisseurs institutionnels.
Ben Tzur Yosef, fondateur de la société: « Nous sommes fiers et heureux d’être une entreprise leader dans la promotion de la coopération dans le domaine du commerce de détail après les accords d’Avraham avec les Emirats et Bahreïn. La technologie que nous avons développée atteindra les supermarchés des Emirats et des millions de citoyens bénéficieront du développement bleu et blanc. »
Les chariots permettent de raccourcir les files d’attente et d’acheter sans passer par la caisse. Ils fonctionnent en combinaison avec des capteurs de poids avec un algorithme qui relie le chariot au centre de contrôle dans le magasin. Les chariots sont livrés avec un écran tactile, un appareil de lecture de codes-barres intégré et un poids au bas du chariot. L’acheteur met le produit dans le panier via le lecteur de code-barres et voit le produit apparaître sur l’écran tactile. S’il regrette et supprime le produit du panier, l’ordinateur supprime le produit de la liste des produits.
Toujours dans le rayon légumes et fruits, l’acheteur sélectionne le produit dans la liste sur l’ordinateur du chariot et le place dans le panier. Le poids en bas du chariot sait lire le poids ajouté au chariot en fonction du produit et en tient compte. A la fin de l’achat, l’acheteur paie avec une carte de crédit en utilisant l’écran tactile situé dans le panier et sort de l’agence par une porte dédiée, avec une fonction qui lit le panier et confirme la fin de l’achat.
https://www.ynet.co.il/economy/article/ryuJHh00AD

2 Commentaires

  1. Faut-il vraiment s’en réjouir ?!? C’est vrai que ça devient tellement agaçant de devoir échanger quelques mots et un regard avec une caissière/un caissier…
    Le chariot de feu est-il livré avec un casque audio et des lunette spéciales permettant d’effacer la probable vue d’autres clients. Allez hop, chacune/chacun dans sa bulle/(misère, je ne trouve pas le pendant masculin) !
    C’est du même acabit que la ville flottante du futur présentée dimanche dernier,10.01.2021, au TJ de 20h00 sur TF1. Le rêve des imbéciles heureux, nourris, blanchis et endormis. La tour de Babel et l’île flottante des bobets. Lisons quotidiennement nos versets de l’agenda 2030, prenons nos neuroleptiques, inspirons profondément et partons en apnée cérébrale, le temps qu’on nous débarrasse enfin de ce qu’il nous reste du cerveau.
    Si c’est techniquement faisable, parlons des coûts de construction, d’entretien, de travail et de mains sales, de la sueur et des salaires, des assiettes et ventres à remplir, des factures à payer ¨mais bon, je dois être un vieux réac aigri…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.