Le 11 novembre a vu s’ouvrir à Paris la quatrième édition du Forum de la Paix.

Le Forum de Paris sur la Paix est un acteur et une plateforme pour l’avancement des solutions de gouvernance mondiale

Le rendez-vous diplomatique du week-end. Hier, le jeudi 11 novembre au soir s’est ouvert en France le Forum Mondial de Paris sur la Paix, un événement annuel organisé pour la quatrième fois. Le coup d’envoi officiel a été donné ce jeudi vers 17h par Emmanuel Macron. C’est la quatrième édition de cette conférence internationale qui va rassembler jusqu’à samedi chefs d’État, représentants de la société civile et dirigeants d’entreprises du monde entier, autour cette année des questions de santé, de climat et du numérique.

Comment mettre fin à la pandémie de Covid-19 et résorber ses conséquences économiques ? Comment avancer plus vite sur le climat ? Comment améliorer la gouvernance du numérique et faire progresser l’intelligence artificielle au bénéfice de tous, au niveau mondial ? C’est le vaste programme de ce 4e Forum mondial de Paris pour la paix.

UN DAVOS DE LA DIPLOMATIE 

Renouer avec le multilatéralisme. Tel est l’objectif affiché depuis 2018 par le Forum Mondial de Paris sur la Paix. Initié par le président français alors que les relations avec les Etats-Unis étaient compliquées, et que le nationalisme montait en Europe, l’objectif était pour l’Elysée d’organiser une sorte de réunion annuelle sur la diplomatie. Le tout basé notamment sur le forum économique de Davos en Suisse.

À l’inverse de l’ONU, où les Etats discutent majoritairement entre eux, des entreprises, des ONG ou encore des médias participent activement à l’événement. En 2021, l’accent sera mis sur la réduction des «fractures» à l’échelle de la planète. Parmi les sujets évoqués, l’on retrouvera notamment la crise du coronavirus, la cybersécurité ou encore l’amélioration de la solidarité entre les Etats.

KAMALA HARRIS EN TÊTE D’AFFICHE 

Parmi les invités de marque, la vice-présidente des Etats-Unis Kamala Harris. La démocrate, élue avec Joe Biden en 2020, est arrivée en France peu après le scandale des sous-marins. Si les deux pays se sont expliqués, et ont exprimé leur volonté d’aller vers de l’avant, les cicatrices du scandale sont toujours à vif.

Avec une popularité en berne aux Etats-Unis et son ambition personnelle en tête, l’ancienne sénatrice de Californie cherche quant à elle à gagner une stature internationale et de l’expérience dans le domaine de la diplomatie. L’enjeu de sa visite et de sa prise de parole ce jeudi est donc crucial pour elle.

DES PERSONNALITÉS VARIÉES 

Parmi les chefs d’Etats participants au Forum, l’on retrouve notamment le président sénégalais Macky Sall, le Premier ministre canadien Justin Trudeau ou encore Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. Mais au milieu de ces politiciens, l’on retrouve par exemple Melinda French Gates, la directrice générale de l’UNESCO Audrey Azoulay et Tedros Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.

Intervention de Macky Sall

Au total sont annoncés, outre les 15 000 participants en ligne, 350 personnalités en chair et en os, dont 30 chefs d’État et de gouvernement et, parmi eux, 12 venus d’Afrique.

Le président sénégalais Macky Sall interviendra lors d’un atelier sur le financement de la dette. Pour les autres dirigeants africains présents, d’Alassane Ouattara à Roch Marc Christian Kaboré en passant par Mahamat Idriss Déby, Mohammed el-Menfi, Denis Sassou-Nguesso et Abdel Fattah al-Sissi, qui participeront aussi à la conférence internationale sur la Libye vendredi, ce sera l’occasion de rencontrer Emmanuel Macron, qui ne les avait pas conviés le mois dernier, lors du sommet Afrique-France de Montpellier où il avait préféré s’adresser à la jeunesse africaine.

 

Sources : CNews  &  RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.