De hauts responsables politiques britanniques préviennent qu’un nouvel accord sur le nucléaire iranien «déstabiliserait le Moyen-Orient».

  • Les députés Travaillistes et Libéraux-démocrates soutiennent les anciens ministres conservateurs qui insistent sur des modifications au nouveau projet d’accord

  • Ces changements comprennent l’adoption d’une attitude plus sévère pour contrôler les activités «déstabilisatrices» de l’Iran

LONDRES: Trois anciens ministres britanniques entendent mettre en garde sur le fait qu’un nouvel accord nucléaire iranien déstabiliserait le Moyen-Orient, en guise d’avertissement au soutien du gouvernement à cet accord.

L’ancien secrétaire à la défense Liam Fox, l’ancien secrétaire aux communautés Robert Jenrick et l’ancien secrétaire gallois Stephen Crabb soutiennent tous une motion qui sera débattue au Parlement, énumérant une série de modifications au projet qui ont été proposées et qui, selon eux, compromettront la volonté de Téhéran de se diriger vers les armes nucléaires.

Ces changements comprennent l’introduction d’un régime de surveillance plus strict de l’activité nucléaire iranienne et l’adoption d’une attitude plus sévère pour contrôler les activités «déstabilisatrices» de l’Iran.

La motion qui sera débattue aujourd’hui stipule ce qui suit: «Cette Assemblée exprime sa profonde inquiétude face à la perspective imminente d’un Iran doté de l’arme nucléaire; demande au gouvernement, dans le cadre de ses négociations en cours concernant l’accord sur le Plan d’action global conjoint, de chercher à prolonger les clauses de suspension, d’adopter un régime de surveillance plus strict, de maintenir les interdictions relatives au terrorisme et d’élargir son champ d’action pour y inclure les autres activités déstabilisatrices de l’Iran dans la région.»

Les députés conservateurs et les partisans des partis d’opposition travaillistes ainsi que les Libéraux-démocrates seraient préoccupés par l’accord actuel remodelé, qui reste sujet à des négociations et vise à remplacer l’accord de 2015 dont les États-Unis se sont retirés sous le mandat de l’ancien président Donald Trump.

Cet accord nucléaire iranien initial, appelé Plan d’action global conjoint (PAGC), avait été signé avec le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine, la France, l’Allemagne, la Russie et l’UE. En vertu de cet accord, Téhéran acceptait de freiner son développement nucléaire en échange de la levée des sanctions économiques.

S’adressant au Telegraph, Jenrick a déclaré: «Le PAGC était une réponse inadéquate au programme nucléaire iranien en 2015. Pourquoi reviendrions-nous à cet accord alors qu’il a singulièrement échoué à réduire l’enrichissement d’uranium de l’Iran?»

«En cette période cruciale, l’Occident doit de toute urgence changer de cap dans sa stratégie. Tolérer avec faiblesse les agressions et les violations flagrantes de l’Iran par crainte d’un échec des pourparlers nous a conduits sur une voie dangereuse. Il est temps d’adopter une approche plus ferme, d’imposer à nouveau des sanctions à l’Iran et de resserrer la vis économique jusqu’à ce que ce pays soit prêt à accepter des propositions sérieuses.»

Il a ajouté: «Le Royaume-Uni devrait suivre la trace des États-Unis et considérer le Corps des gardiens de la révolution islamique comme une organisation terroriste.»

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.