La longue tradition antisémite de l’Islande

 

 

 

Au Parlement d’Islande, quatre partis politiques ont introduit une proposition de mise hors-la-loi la circoncision pour les garçons. Cette mesure vise probablement le plus d’un millier de Musulmans présents dans le pays[1]. C’est, cependant, aussi un nouveau développement négatif pour les Juifs en Europe, même si la proposition n’est pas votée.

Avec ses moins de 350.000 habitants, la population d’Islande pourrait peut-être, tout au plus, remplir un vaste quartier de l’une des grandes villes d’Europe. La vie juive, dans ce pays, est réduite à sa plus simple expression – le nombre de Juifs est, peut-être, de moins de 200 âmes – pourtant, l’Islande est une destination significative pour les touristes israéliens et juifs. Le nouvel émissaire du mouvement Chabad (Loubavitch), dans la capitale Reykjavik aura essentiellement pour mission de s’occuper d’eux[2].

En regardant en arrière dans l’histoire, il est très difficile de trouver plus d’une occasion significative où l’Islande ait pu jouer un rôle positif pour Israël ou les Juifs. Le représentant islandais aux Nations-Unies, l’Ambassadeur Thor Thors, était le rapporteur de la Commission Spéciale sur la Palestine (UNSCOP). Ce comité avait recommandé de répartir le Mandat Britannique en deux Etats, l’un Juif, l’autre Arabe[3]. Dans son autobiographie, Abba Eban rapporte que Thors avait été, tout simplement, « magnifique » dans l’introduction de la recommandation à l’Assemblée Générale, où le scrutin allait se dérouler”[4].

L’Islande recèle une longue et substantielle histoire d’antisémitisme. Chaque année, au cours de la période du Carême avant Pâque, des hymnes quotidiens, plein de haine pour les Juifs, sont lus par des citoyens distingués et diffusés sur la station de radio publique d’Islande. Ces textes étaient écrits au 17ème siècle – bien des années avant que les premiers Juifs n’arrivent dans le pays – par le prêtre et poète antisémite, Halgrimur Petterson. Dans un hymne intitulé, « L’appel à la crucifixion », on peut lire : « Les dirigeants Juifs ont tous décidé que Jésus devait être crucifié. Le Prince de la Vie doit être leur proie. Le meurtrier est rendu à la liberté ».

On peut lire dans un autre hymne antisémite : « Le Christ était dirigé vers la salle du Jugement. La foule juive répétait :  » Assez avec lui! » criaient-ils. Leur hostilité ne fait aucun doute, « Il doit être crucifié! » La Juste Loi de Moïse, ce sont les Juifs, ici, qui l’appliquent de travers, qui révèle toute l’ampleur de leur tromperie, le poids de leur haine et de leur orgueil ». En 2012, le Centre Simon Wiesenthal a tenté en vain de mettre un terme à ces rituels fondés sur la haine[5]« .

En 2005, l’Islande a décidé d’offrir la citoyenneté à l’ancien champion d’échec Bobby Fischer. Cet antisémite enragé d’ascendance juive était, à cette époque, détenu dans une prison japonaise et attendait son expulsion vers les Etats-Unis[6].

L’Islande a aussi offert un chaleureux asile au criminel de guerre et Nazi estonien Evald Mikson. A la fin des années 1980, le chasseur de nazi Ephraim Zuroff a tenté de faire déferrer Mikson devant un tribunal pour son implication dans le meurtre de Juifs en Estonie. Cette tentative a surtout débouché sur une campagne d’attaques et de calomnies des médias islandais contre Israël. Le gouvernement de ce pays a pris plus de dix ans après les premiers appels de Zuroff, pour mettre sur pied une commission d’enquête sur les crimes de guerre de Mikson. Ce n’est qu’après la mort de ce meurtrier que les enquêteurs ont découvert que Mikson avait effectivement commis les atrocités dont il était accusé[7].

A cette époque, au cours d’un débat sur le dossier Mikson au Parlement, plusieurs parlementaires islandais ont ressenti le besoin pressant de faire des commentaires sur le Moyen-orient et les politiques menées par Israël. Parmi eux, on trouvait Olafur Grimsson, à l’époque, dirigeant de l’Alliance du Peuple, un parti d’extrême-gauche, qui condamnait les attaques israéliennes sur les villes du Sud-Liban et le « meurtre » par Israël du leader du Hezbollah, Abbas Mussawi. Grimsson a ensuite occupé le poste de Président d’Islande de 1996 jusqu’en 2016.

En 2015, le Conseil municipal de la capitale du pays, Reykjavik, a décidé de boycotter les produits israéliens. Le gouvernement a pris ses distances avec cette décision. Le conseil de la ville s’est alors ravisé en limitant ce boycott aux produits émanant de la Zone C d’implantations qui offrent des emplois aux Palestiniens[8].

En 2011, le Parlement d’Islande a été l tout premier en Europe Occidentale à reconnaître un Etat Palestinien[9]. Le ministre des affaires étrangères de l’époque, Ossur Skarphedinson était un extrémiste antisioniste[10]. L’Islandaise Birgitta Jonsdottir a été la première parlementaire tous pays confus, à rendre visite aux participants de la seconde Flottille pour Gaza, qui a lamentable échoué[11].

De nombreux cas d’antisémitisme en Islande, au cours des siècles, ont été décrits par Vilhjalmur Orn Vilhjalmsson, un expert de l’attitude du pays envers les Juifs et Israël. Il  a écrit que plusieurs membres islandais de la Waffen SS ont combattu pour l’Allemagne Nazie et que d’autres ont même servi dans les camps d’extermination. Vilhjalmsson ajoutait qu’après la guerre, plusieurs anciens membres du parti nazi d’Islande ont rapidement obtenu ls postes les plus prestigieux et élevés de la société, y compris une palanquée de chefs de la police, un directeur de banque et certains médecins”[12].

Un autre exemple d’antisémitisme concerne la déportation en 1938 d’un réfugié juif allemand ruiné vers le Danemark. Les autorités islandaises de l’époque, avaient offert de couvrir tous les coûts de son expulsion vers l’Allemagne nazie, si le Danemark lui refusait l’entrée[13]. Des décennies après la guerre, des cas similaires ont refait surface.

Si l’interdiction de la circoncision masculine en Islande est votée par le parlement, cela pourrait bien avoir des conséquences plus importantes pour les Juifs en Europe que pour sa minuscule communauté juive. Cela pourrait constituer un précédent pour d’autres pays qui n’attendent que de voir comment cela se passe en Islande. En Norvège, le Médiateur pour enfants et plusieurs groupes bien en vue font la promotion de la prohibition de la circoncision depuis plusieurs années[14] [15].

De façon plus immédiate : au Danemark, une pétition citoyenne est en cours pour proposer une telle interdiction. Si elle obtient 50.000 signatures, le parlement du pays devra passer au vote sur cette proposition[16].

 

Par Manfred Gerstenfeld

 

manfredgerstenfeld-322x279-df2dd

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

 

—————————————————-

[1] www.nytimes.com/2018/02/28/world/europe/circumcision-ban-iceland.html

[2] www.chabad.org/news/article_cdo/aid/3935094/jewish/Reykjavik-Iceland-The-Last-European-Capital-Without-a-Rabbi-Gets-One.htm

[3] http://zion.is/english/Speech_by_Thors_26_nov.htm

[4] http://zion.is/english/Present_at_the_birth_1947engl.htm

[5] Letter from Rabbis Abraham Cooper and Marvin Hier from the Simon Wiesenthal Center to Iceland’s Radio & TV Director Pall Magnusson, February 23rd, 2012.

[6] Sarah Lyall, “Iceland Granting Citizenship to Bobby Fischer, Held in Japan,” New York Times, 22 March  2005.

[7] http://jcpa.org/article/iceland-the-jews-and-anti-semitism-1625-2004/

[8] www.timesofisrael.com/iceland-capital-retracts-decision-to-boycott-israel/

[9] www.theguardian.com/world/2011/nov/30/iceland-recognises-palestinian-state

[10] www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4097047,00.html

[11] Ibid.

[12] www.jcpa.org/phas/phas-vilhjalmur-f04.htm

[13] Ibid.

[14] www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/229244

[15] www.thelocal.no/20120703/minister-says-no-to-circumcision-ban-

[16] www.jta.org/2018/02/20/news-opinion/world/petition-appears-on-track-for-bill-banning-circumcision-in-denmark

4 Commentaires

  1. On devrait leur envoyer les Palestos de Gaza. Ils feraient ensemble un « peuple » harmonieux fait de tolérance, d amour du prochain, d intelligence. En se mélangeant ils feraient des belles petites têtes blondes frisées avec un tout petit cerveaux. Ce pays s appelerait l Islamde…
    avec comme emblème un esquimaux en forme de pénis (circoncis bien sûr…)

  2. Merci pour la traduction de cet article documenté. J’ignorais la plupart des faits. Le couple ‘Habad sur place n’en a que plus de mérite !

  3. Les islandais sont restés des barbares : nazis durant la guerre et nazis après la guerre
    Quand on connaît les complexes de ces gens vis à vis des gens civilisés on est pas surpris qu’ils soient restés au moyen âge : alcooliques, paresseux, incompétents de construire , décérébrés par leurs mœurs violents et violeurs , il serait temps pour ces gens du moyen âge de se civiliser et d’entrer dans notre Siécle
    Minuscule pays sans ressource totalement dépendant des danois qu’ils haïssent l’Islande ne doit plus être. Considéré comme un pays Mais un diverticule de Danemark
    La jalousiie vis à vis d’Israël petit pays Mais grande histoire et pays de haute technologie ayant civilisé notre monde les rend furieux et leur fait perdre la tête s’ils en ont encore

  4. Ils ont d’étranges obsessions en Islande tout de même … c’est le seul pays où existe un « musée du Pénis », qui conservent dans le formol les organes de dizaines de mammifères de toutes sortes, marinés et séchés, de toutes les tailles et toutes les formes …
    C’est pas une blague : https://www.ouest-france.fr/europe/islande/musee-du-phallus-de-reykjavik-les-touristes-n-en-reviennent-pas-4614712
    Hélas, ils ne semblent pas pousser leur grand amour de la diversité animalière jusqu’aux humains.
    Dommage !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.