La délégation russe en Israël veut stopper les frappes de Tsahal©

13
1279

Nikolaï Patrushev, Secrétaire du Conseil russe de Sécurité Nationale, venu tenter de dissuader Netanyahu, au nom d’Israël, de se défendre contre la fabrication de missiles iraniens. 

La délégation russe en Israël est destinée à stopper les frappes de Tsahal

ou le loup Poutine déguisé en mouton

Netanyahu, selon un journal saoudien, a dit à Poutine, lors de sa rencontre à Moscou, a évoqué les plans d’Israël pour attaquer les usines iraniennes d’armement en Syrie et au nord et au sud du Liban, dans un continuum de livraisons d’armes au Hezbollah ; alors que la délégation russe a été envoyée à Jérusalem pour trouver les moyens de mettre un terme à ces bombardements chroniques d’Israël, selon Asharq al-Awsat.

Une délégation russe arrivée en Israël, en fin de semaine, à la suite du voyage de Binyamin Netanyahu à Moscou, est venue en mission de travail afin d’empêcher une ataque israélienne contre des usines iraniennes du sud Liban et en Syrie, selon ce que rapporte le journal saoudien Asharq al Awsat, basé à Londres, samedi.

 Au cours de leur rencontre à Moscou en début de semaine, le Premier Ministre Binyamin Netanyahu a mis le Président russe Vladimir Poutine au courant des intentions d’Israël d’attaquer les usines iraniennes d’armement, en même temps que d’autres cibles du Hezbollah en Syrie et au Liban, à la lumière des livraisons incessantes d’armes au groupe chiite terroriste, depuis le début de la constitution d’un couloir terrestre iranien à travers les frontières d’Irak et de Syrie.

Après le face-à-face entre Poutine et Netanyahu, une délégation de très haut niveau a débarqué en Israël pour un “examen en profondeur de la validité des inquiétudes israéliennes sur le rôle que le Hezbollah et l’Iran jouent réellement en Syrie, en particulier à la suite du refus de l’Iran de la requête de la Russie de se retirer du Sud de la Syrie”, selon le journal arabe.

Netanyahu and Putin meet in Moscow (Photo: Kobi Gideon/GPO)

Netanyahu et Poutine se rencontrent à Moscou (Photo: Kobi Gideon/GPO)

 

Netanyahu a tenu les journalistes informés, à la suite de sa rencontre avec Poutine, lundi, en disant qu’Israël n’accepterait pas la présence d’armes de précision à sa frontière et “que Tsahal agira conformément aux besoins sécuritaires d’Israël” au Liban afin de mettre un terme à ce plan d’agression de l’Etat Juif.

Nous sommes actuellement sur le point d’arriver à un moment décisif, où on va savoir si l’Iran se retranche sur ces positions (au Liban et en Syrie) ou si ce processus d’enracinement peut être stoppé. J’ai dit à Poutine que si cela ne s’arrêtait pas de soi-même, nous agirons pour y mettre fin. En pratique, nous opérons déjà pour inverser la tendance”, a t-il dit aux journalistes.

Netanyahu a aussi répondu aux reportages disant que Damas, en bon régime totalitaire, a menacé Israël d’attaquer l’aéroport International Ben-Gourion si jamais Israël menait encore une nouvelle frappe militaire contre un objectif militaire ou terroriste en Syrie.

“Nous prenons toujours tous les éléments et considérations en compte dans cette zone (volcanique)”, dit-il, avant d’accuser l’Iran de tenter d’ébranler la stabilité au Moyen-Orient.

“Il n’y a qu’un unique élément actuellement qui tente de modifier le status-quo en Syrie et au Liban : il s’appelle l’Iran. C’est un élément qui tente activement de changer les règles du jeu dans l’arène et de transformer la Syrie en colonie militaire“, a t-il assuré.

Un autre sujet majeur débattu lors de la rencontre avec Poutine était, selon Netanyahu, l’attitude face à l’accord nucléaire iranien. Le Premier Ministre a soulevé les réserves israéliennes face à Poutine “qui,en de nombreux points sont les réserves que j”ai entendues de la bouche de Trump. Je ne peux pas garantir ce que sera la posture de la Russie en la matière, mais ils comprennent ce qui adviendra nécessairement si des corrections ne sont pas insérées (dans le cadre de cet accord)”.

Liad Osmo|Publié le :  02.03.18 , 12:21

ynetnews.com

Adaptation : Marc Brzustowski

13 COMMENTS

  1. Bibi a t’il une culture historique ? Se souvient il entre autre de la guerre de Kippour et des recommandations très justes faites par M Begin et I Shamir apres cette guerre: Israël ne doit compter que sur soi même.et ne pas être attentiste, la guerre préventive a toujours été le salut d’Israël. Mais peut être que Bibi et le Likoud d’aujourd’hui ont jeté aux orties les enseignements des fondateurs du Herout et du Likoud. Un peu de mémoire ferait le plus grand bien à nos dirigeants, mais surtout à la sécurité d’Israël.

  2. Ces barbares le seul langage qu ils comprennent est la force
    Que le succedeur de Signora prepare ses mouchoirs pour secher ses peurs en cas de conflit car il n y aura pas de retenu du cote israelien maintenant que le hesbollah fait parti du gouvernement Libanais

  3. En haute diplomatie tout est souvent inversé par rapport aux déclarations officielles ; ainsi Trump et Poutine pour des raisons de politique intérieure on besoin de s’opposer mais en vérité il savent que les intérêts russes et américains ne sont pas si divergents que cela sur le long/moyen terme (nous sommes tous “blancs” et judéo-chrétiens) … Il y a 10/12% de musulmans dans la fédération de Russie, qui sont presque tous sunnites, Poutine sait qu’il lui faudra rompre avec l’Iran pour avoir la paix chez lui (d’où son rabibochage provisoire avec Ankara malgré le pilote russe tué). En attendant s’il y a une guerre ouverte Saoudiens contre Mollahs cela profitera à nous tous et aux affaires (comme pendant la guerre Iran/Irak).
    Poutine veut sa base en Syrie pour prendre la Turquie en ciseaux, après tout les anglais en ont bien une à Chypre ! Pour garder sa base il aidera Israël en sous-main contre le Hezbollah et tiendra en laisse Assad ; le moment venu il est possible que la Syrie soit dépecée et que le Golan soit dévolu à Israël.
    L’Iran à besoin d’une guerre extérieure pour ressouder la population derrière le régime théocratique, il ne faut pas la lui offrir, en revanche contre le Hezbollah c’est différent car les Iraniens en ont assez de payer pour des arabes !
    La situation est favorable à Israël sur le plan extérieur, en revanche de l’intérieur cela devient tangent.
    Pour une analyse voir : https://lesouverainiste.wordpress.com/2018/01/07/chiens-de-juifs/

  4. Seule solution contre le Hezbollah et les forces au dela de la frontier Israel/Liban:
    Les armes à neutron.
    Après avoir prévenu naturellement les populations que cela arrivera un jour s’ils ne quittent pas dès maintenant la zone ou se trouvent des armes du Hezbollah

  5. monsieur gerardnium,vous marchez un peu sur la tete quand vous tenez ce discours sur le premier ministre. benjamin nethanyaou.C’est un des plus grands dirigeants que nous avons eu en israel.Grace a lui la croissance est au plus haut,le chomage au plus bas et Tsahal dans toute sa puissance.Le pays est respecte dans grand nombre d’états dans le monde.Malheur a ceux qui voudront s’en prendre a israel,que ce soit le liban,la syrie,le hamas ,le hezbollah ou l’iran,cette fois avec l’aide de hachem ils ne se relèveront plus.Heureusement pour les israéliens que la gauche ne soit pas au pouvoir,ce serait la fin des “haricots”.chalom

    • D’abord vous employez un autre ton et quand vous aurez commencé à percevoir que Poutine s’appuie sur l’Iran depuis au moins 3 ans en Syrie, que c’est Soleimani qui est venu le chercher au Kremlin en juillet 2015, peut- être qu’on commencera à discuter. Les naïfs qui acceptent de vivre la tête sur le billot en faisant confiance, çà les regarde.

  6. Bibi n’est pas un rêveur, tout le monde sait que Poutine est comme cul et chemise avec les Iraniens.
    Ils n’enverront pas leurs enfants comme avec l’Irak mais les vaillants soldats du Hesbollah, ceux du Liban, les Afgans et autres, et si possibles des Russes.
    Or c’est pour dissuader les Russes que Bibi montre son jeu et certes celui des USA.
    D’où l’exercice israélo-USA de février ainsi que les services qu’Israël peur rendre pour la coupe du monde de foot-ball.
    Non que Bibi puisse croire que Putine lâchera l’Iran, il y a beaucoup trop de $ en jeu.
    Bibi tient à son accord avec Poutine qui a bien tenu jusqu’ici, pas d’interventions russes côté Israël, pas de tirs de Tsahal contre les amis russes. Qu’Achem nous garde de la parole de Putine, nous nous chargeons des Soliman et leurs sbires.

  7. Laissons faire!
    Ne jugeons pas sans savoir ce qu’il se passe en coulisse
    Netanyaou À des éléments que nous n’avons pas il est donc probable que ces actions justifier par les informations qu’il possède nous paraissent incompréhensibles…

    • Votre commentaire est le seul censé … Beaucoup de va-t-en guerre primaires et des analyses qui ont conceptuellement 20 ans de retard.
      Heureusement pour Israël et pour l’Occident que Netanyaou soit un homme ayant une intelligence politique remarquable, une culture historique forte, une âme de haute volée et surtout beaucoup de sang-froid.

  8. On croit être dans un mauvais rêve avec Bibi, il averti Poutine qu’Israel va frapper les iraniens en Syrie et au Liban, puis reçoit une délégation du même Poutine pour l’en dissuader. Mais il marche sur la tête Bibi ou alors c’est un nul en diplomatie. Poutine n’est pas un ami d’Israël mais un allié de Assad, du Hezbollah et des iraniens. Il n’y a rien à attendre des russes. Maispeut eêtre que Bibi veut que Poutine règle tous ces problèmes à la place d’Israël. Si c’est le cas Bibi est vraiment un piètre diplomate.

    • Nous ne savons encore rien ce qui se passe en réalité. Nous ne pouvons qu’attendre et voir venir. Le dialogue avec Poutine consiste à ne pas rentrer en guerre directe avec les russes qui n’est pas bon ni pour les Russes ni pour Israël.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.