La Chine et la recherche en intelligence artificielle

0
256

Jusqu’ici, la Silicon Valley, en Californie et la Silicon Valley israélienne attiraient les meilleurs ingénieurs venant du monde entier, y compris de Chine.

De plus en plus de grands spécialistes en matière d’intelligence artificielle (IA) s’installent de nos jours en Chine.

Concernant Israël : « La course pour le leadership dans les technologies basées sur l’intelligence artificielle a commencé », a déclaré Aharon Aharon, directeur de l’Autorité israélienne de l’innovation, lors d’un entretien avec le Times of Israel à l’occasion de la publication de son rapport annuel 2018-2019. « L’intelligence artificielle va faire partie de nos vies pendant de nombreuses années et, sans programme national d’ampleur pour Israël, nous allons rester à la traîne du reste du monde ».

CHINE. Selon (1) : « Sputnik en a discuté avec un analyste chinois. Ayant pratiquement rattrapé dans bien des technologies les États-Unis, la Chine devient un endroit encore plus prometteur pour les scientifiques et les ingénieurs que la Silicon Valley, a indiqué à Sputnik Li Kai, de l’Université financière chinoise de Shanxi. «La croissance économique de la Chine se poursuit depuis une quarantaine d’années, la production s’y développe à une vitesse vertigineuse et son écart avec les pays occidentaux ne cesse de diminuer», a-t-il expliqué.

Et d’ajouter que la Chine ne manquait pas d’investissements alors que les États-Unis étaient confrontés à l’exode des capitaux, au transfert d’industries et à d’autres problèmes.

«Les autorités chinoises se rendent bien compte qu’il est impossible d’atteindre leur objectif stratégique ambitieux, consistant notamment à faire du pays le leader incontesté de l’intelligence artificielle d’ici 2030, sans créer des stimulants administratifs pour attirer des talents mondiaux», a poursuivi l’expert.

Selon ce dernier, des facilités de visa sont d’ores et déjà en vigueur pour des spécialistes étrangers qualifiés et leurs familles.

«Des visas chinois pour 5 à 10 ans sont délivrés aux scientifiques et ingénieurs des hautes technologies, dont les entrées en Chine ne sont pas limitées», a précisé M.Li.

Il a indiqué que l’État chinois soutenait également les géants technologiques nationaux, tels qu’Alibaba, Baidu et Tencent.

«Le soutien de l’État leur permet de ne pas lésiner sur les moyens pour poursuivre leur expansion extérieure ni pour séduire les meilleurs spécialistes de leurs concurrents étrangers. Un scientifique de haut niveau peut toucher en Chine jusqu’à un million de dollars par an», a détaillé l’analyste.

Le gouvernement chinois s’est beaucoup impliqué dans le développement technologique à travers le lancement d’initiatives majeures visant à dominer ce secteur, ce qui a contribué aux avancées qu’on observe aujourd’hui dans le pays.

Les observateurs constatent qu’au cœur de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, un nouveau sujet prend de plus en plus d’importance, notamment la recherche en intelligence artificielle. Dans ce contexte, les bonnes conditions qu’offre le gouvernement chinois contrastent avec celles adoptées par Donald Trump .

israelvalley

(1)fr.sputniknews.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.