Jean-Marie Le Pen ou l’art de se poser en martyr sans cesse. Jean Marie Le Pen évoque sa convocation devant le bureau exécutif du Front national, ce jeudi après-midi, il en parle comme d’un peloton d’exécution. Et ce n’est pas la première fois qu’il se présente en victime politique de son propre clan. « On envoie les soldats pour m’exécuter. »  Le Menhir passe la vitesse supérieure dans les colonnes de Var-Matin ce jeudi matin. Sémantiquement parlant. Peu avant de passer devant des « juges » qu’il récuse à Nanterre, le cofondateur du Front national imagine déjà sa mise à mort. Une métaphore filée depuis des mois par lui, mais pas seulement.

Le patriarche de 87 ans a été convoqué par sa fille fin juillet pour répondre à 15 griefs devant la plus haute autorité du parti, notamment pour ses propos réitérés sur les chambres à gaz en avril. Il avait ensuite multiplié les provocations. « J’ai honte que la présidente du FN porte mon nom », avait-il lancé, critiquant aussi le vice-président du FN Florian Philippot qui « place ses mignons partout », mais aussi sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen qui « n’a ni l’expérience ni le gabarit pour diriger la PACA ».

« Jean-Marie n’est jamais aussi motivé que lorsqu’il a un combat à mener », commentait le pasteur protestant Jean-Pierre Blanchard, un de ses amis interrogé par Le Point en juillet, alors que la bataille politico-juridique battait son plein dans le clan Le Pen. Un combat à mort justement? « Il ne s’arrêtera jamais, il veut mourir sur scène. » Un autre proche ajoutait même qu’il rêvait d’un nouveau statut pour remplacer celui de président d’honneur du FN. Celui de « martyr politique ».

www.lexpress.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.