“Je ne peux pas voter pour le boycott d’Israël”

10
5165

“Je ne peux pas voter pour le boycott d’Israël”. Une histoire aimée à Tel-Aviv

By |août 22nd, 2019|

Une société spécialisée dans des produits high-tech reçoit de grandes pressions pour arrêter d’exporter vers Israël. Des fonds de pension, le BDS, des clients du Golfe exigent ce boycott.

Israël ne représente pas un gros marché pour cette entreprise, moins de 0,1% de son chiffre d’affaire. Pour Israël, c’est bien plus embêtant car cette société est la seule à proposer ce produit… Le conseil d’administration se réunit pour valider la décision du boycott.

Les 20 membres sont présents. Afin que la décision soit validée, l’unanimité est requise. La santé de l’entreprise en dépend. Business is Business.

Chacun des membres du conseil vote. Le premier vote pour le boycott, le second aussi, etc. Jusqu’au dix-neuvième.

Je ne peux pas voter pour ce boycott

Vient le tour du vingtième membre de voter. C’est aussi le plus âgé.

– Mesdames et messieurs, je ne peux pas voter pour ce boycott.

– Ah bon? dit l’un des membres, et pourquoi donc? Nous avons de grande pression pour boycotter, on risque de perdre des clients et des fonds de pension menacent de retirer leurs investissements! On ne peut pas faire de sentiments avec ça…

– Attention, répond celui qui refuse de voter, il n’y a aucun sentiment dans ma décision, mais une pure décision de businessman. Il me semble qu’aucun d’entre vous ne connait Israël, car je vais vous dire ce qu’il va se passer. Nous allons retirer nos produits, et que pensez-vous que les Israéliens vont faire? Ils vont faire ce que la logique impose. Ce que nous ne leur vendons pas, ils vont le fabriquer eux-mêmes. Ils vont y mettre toute leur intelligence, comme ils l’ont déjà fait dans ce genre de situation.

Et comme ils n’ont pas les mêmes moyens, ils vont trouver des méthodes pour produire moins cher, et de manière plus efficace. Et comme ce sera moins cher, ils vont à ce moment pouvoir vendre le même produit que nous, juste moins cher, et avec de meilleures marges, et ne pensez pas que j’invente, ils ont des ingénieurs de premier ordre, qui trouvent des solutions auxquelles nous ne pensons même pas. Ainsi en pensant boycotter un pays qui pèse pas lourd dans notre chiffre d’affaires, nous allons en réalité nous créer un concurrent, et pas des moindres qui risque de plomber nos bénéfices dans les prochaines années…

– Alors que devons-nous faire? demanda un autre membre.

– Je vais vous le dire, poursuivi-t-il, nous allons faire ce que tout bon businessman devrait faire: maintenir notre avance et nous prévenir de la concurrence… en investissant en Israël.

www.coolamnews.com

10 COMMENTS

  1. Business is business ! tout simplement, et l’intérêt dont vous parlez est un intérêt commercial !
    Israël ou pas Israël, c’est le sou qui compte !

    • Oui, évidemment…
      Cependant, voyons un peu voir…

      1) Si c’est exclusivement “business”, alors quel est donc l’intérêt de lire cela, à moins que le lecteur soit Juif ?! Sinon, plus aucun intérêt, c’est du business, c’est donc “Fair enough”, c’est du jeu…
      2) Or pourquoi nous-mêmes nous intéressons cependant à cela? Car on est Juif, on connaît Israël, on connaît les Palestiniens et leurs “admirateurs” => on sait pertinemment que leurs pressions sont malhonnêtes, insouciantes de la vérité (la vraie “vérité”…), qu’ils nous diabolisent injustement etc. Bref, on est écoeurés de voir la victoire de leurs mensonges manifestes!

      Mais est-ce uniquement car on est Juif, ou bien car c’est injuste et écoeurant?

      1) Si c’est “car on est Juif”, alors c’est comme un match, on perd… on gagne… un sport comme un autre !
      2) Si ce n’est pas seulement “car on est Juif”: alors c’est dobc aussi une recherche de la justice, une allergie à l’injustice. Et donc finalement dans ce cas même un Gentil devrait alors se poser des questions pertinentes plutôt que de suivre comme un mouton le mensonge “à la mode”, même pour du business…

      C’est là qu’on distinguera des réactions quelque peu différentes entre les nôtres et celles des Gentils. (Un Juif sera bien plus par exemple capable d’agir contre nos propres intérêts lorsqu’il croit qu’il defendra ainsi le bien)
      Et pourquoi donc?
      C’est là que le Tania (début du livre) saura alors nous en expliquer la raison profonde.

      Donc il y a le business, certes, mais il y aa aussi autre chose !

  2. Oui, à première vue magnifique!
    Mais plus en profondeur, voyons voir…
    Cela confirme ce qu’écrit le livre Tania, à la fin du tout premier chapitre:
    “Or comment affirmer que seulement les Juifs peuvent faire le bien pour le bien, on voit pourtant que les Gentils aussi font du bien!
    La réponse est ce que dit notre Talmud, c.a.d. que le bien qu’ ils font n’est en réalité que pour leur propre intérêt (ou pour s’en s’enorgueillir: le “qu’en dira t on).”

    Cet exemple confirme la règle:
    pourquoi a-t-il refusé de boycotter Israël? Par stratégie commerciale, NON PAS PARCE QUE C’EST UNE INJUSTICE de nous boycotter, MAIS PARCE QUE CELA NE SERA FINALEMENT PAS RENTABLE POUR EUX-MÊMES!
    Ç’est une des raisons pour lesquelles les Gentils jouissent mieux que nous de ce monde-ci (pour plus de détails, regardez ce cours à environ après la septième minute, sur la différence entre une Mitzva faite par intérêt et celle qui est désintéressée:
    (YouTube Abraham Ankri Tomere Dévora Rabbi Moshé Cordovéro (1,8))

    Le fait d’être défendu de la sorte par intérêt met en évidence non seulement notre situation délicate lors de notre exil parmi les 70 nations, mais surtout la Providence Divine qui leur met ces idées dans la tête (l’une après l’autre) afin de nous protéger “malgré eux”.

    Je parle de ce point afin d’éviter de les admirer de façon illusoire, car ce n’est qu’Hashem qui nous protège, non pas notre technologie high-tech ou nos F35 ou notre Mossad etc.

    Cela dit, merci quand même à cet homme intelligent qui est déjà bien mieux que les autres primitifs qui flattent et encouragent la dictature des menteurs pro palestiniens, sans aucun soucis de rechercher le bien.

  3. Cette histoire est-elle vraie ? Je n’en sais rien. Mais une chose est sûre, la capacité d’Israël à innover et à se porter aux premiers rangs dans plusieurs domaines de pointe, rend le récit crédible. Pour le meilleur et pour le pire. Je dis le pire aussi car le revers de la médaille est que, désormais, beaucoup de pays développés voient Israël, non plus comme le refuge des Juifs persécutés à travers le monde, mais comme un sérieux concurrent dans la course aux premières loges du développement scientifique. Au point que certains manifestent désormais de l’hostilité à l’égard d’Israël. Rappelez vous le fameux “sûr de lui et dominateur”

  4. @Carlo, prenez un peu d’hauteur, on s’en fout qui est cette société, c’est le dialogue est les idées qui sont intéressantes dans cet article. C’est tellement vrai que là réside le succès technologique d’Israël. Grâce aux ennemis d’Israël et du boycott qu’Israël ait devenu la première puissance technologique et des inventions au monde.

  5. Il n’y a pas que le boycott matériel !
    En fait, il faudrait que les nations, ou plutôt les peuples du monde, “investissent” dans la Torah…
    Tous les (bonnes) idées humaines sociales, économiques, intellectuelles…et spirituelles y ont été puisées, avec, parfois, des deviations et utilisations erronées, certes, mais en y étudiant de plus près, qu’ils viennent “produire” en Ysraël, un produit d’appellation d’Origine contrôlée, et point d’artefacts…
    Lui, et nous, n’attendons que ça.

  6. Pourquoi cacher le nom de la société, des actionnaires et des administrateurs ? La lâcheté et la soumission doivent être dénoncées. Rendez publics les nom de tous ces soumis.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.