« La liberté de religion ne doit pas prendre le pas sur la qualité de vie » (Moti Yogev)

La commission interministérielle des lois israélienne débattra dimanche d’un projet de loi visant à interdire aux muezzins l’utilisation de haut-parleurs pour l’appel à la prière musulmane, en raison de la « nuisance sonore inutile qui importune les villes et les quartiers ».

L’appel à la prière, ou adhan, est lancé traditionnellement depuis un minaret cinq fois par jour et souvent amplifiés à l’aide de haut-parleurs.

Ce projet de loi, initialement proposé par le député Moti Yogev du Foyer juif en mars 2016, visait tout d’abord, à empêcher de « délivrer des messages religieux ou nationalistes, ou mêmes des paroles d’incitation à la violence via de telles diffusions ».

Yogev l’avait retiré avant le vote de la commission, après n’avoir pas réussi à obtenir le soutien des députés de la coalition gouvernementale.

Le projet de loi a été reformulé à la suite de critiques selon lesquelles il était préjudiciable à la liberté de religion, et vise à présent, à empêcher l’utilisation de haut-parleurs causant une nuisance sonore réduisant la qualité de vie.

« Le projet de loi présente une vision du monde selon laquelle la liberté de religion ne doit pas prendre le pas sur la qualité de vie et propose d’interdire aux lieux de culte d’utiliser des haut-parleurs pour appeler des fidèles ou diffuser des déclarations religieuses ou nationalistes, et parfois des incitations à la violence », a déclaré Moti Yogev, selon le quotidien israélien Ha’aretz.

Un tel projet avait déjà été soumis par le député Robert Ilatov (Israël Beitenou) en octobre 2014 invoquant des raisons similaires, mais avait échoué à rassembler le soutien nécessaire.

i24news.tv

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.