Israël: Netanyahu n’a plus que quelques heures pour former un gouvernement.

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, qui fait face à un procès pour corruption, n’a plus que quelques heures pour rassembler l’ensemble des forces de droite du pays, voire pactiser avec des islamistes, afin de former le prochain gouvernement. Il a jusqu’à 23H59 (20H59 GMT) pour le faire, faute de quoi le président Reuven Rivlin accordera ce mandat à un autre élu.

Le Likoud (droite) de Netanyahu était arrivé en tête des élections législatives de mars avec 30 sièges, les quatrièmes en moins de deux ans en Israël, et avait été chargé par le président de former le prochain gouvernement. Pour y parvenir, Netanyahu doit réunir une majorité de 61 députés sur les 120 de la Knesset, le Parlement. Comme l’appui de ses alliés des partis juifs ultra-orthodoxes n’est pas suffisant, le Premier ministre a multiplié les contacts ces dernières semaines dans l’espoir d’atteindre ce seuil.

Netanyahu a courtisé la formation de la droite radicale Yamina (sept députés) de Naftali Bennett, et la coalition de la droite «Sionisme religieux» (six députés) de Bezalel Smotrich. Et il a même proposé lundi à M. Bennett, ex-ministre de la Défense et ardent défenseur de l’essor des implantations en Cisjordanie, d’assurer en premier la fonction de chef de gouvernement, dans le cadre d’un éventuel accord de rotation au pouvoir. Mais Bennett lui a renvoyé la balle en refusant l’offre, accusant Netanyahu de s’être acharné ces dernières semaines contre son parti.

Les voix éventuellement réunies du Likoud, des partis ultra-orthodoxes et des droites  porteraient le compteur à un total de 59 députés, juste en dessous du seuil de la majorité. Pour obtenir ces deux appuis, Netanyahu doit soit convaincre le frondeur Gideon Saar, ex-Likoud farouchement opposé au Premier ministre, de le rejoindre, soit encore de rallier Mansour Abbas, chef de Raam (4 élus), une formation islamiste.

Tous les regards sur Lapid

Ces dernières semaines, les discussions se sont multipliées avec et autour de Mansour Abbas, qui n’a pas refusé de soutenir un gouvernement Netanyahu sans y participer. Mais un problème persiste: la droite sioniste religieuse, dont certains membres ont scandé ces dernières semaines «Mort aux Arabes» dans les rues de Jérusalem suite aux attaques par des arabes contre des juifs, refuse de participer à un gouvernement soutenu par les islamistes.

«La partie n’est pas terminée, mais Benjamin Netanyahu commence à manquer de lapins à sortir de son chapeau», résume ce mardi le quotidien Maariv jouant sur le sobriquet du Premier ministre, souvent qualifié de «magicien» de la politique pour sa capacité à tisser des alliances pour se maintenir au pouvoir. À moins d’un dénouement de dernière minute, le mandat de Netanyahu échouera donc sur les coups de minuit.

Tous les regards sont déjà tournés vers le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, alors que le pays reste en deuil après la bousculade géante qui a fait 45 morts vendredi lors d’un pèlerinage réunissant des dizaines de milliers de juifs orthodoxes au Mont Meron. Affirmant que «cette tragédie aurait pu être évitée», Lapid a accusé Netanyahu d’avoir laissé le site Meron «ouvert» et appelé ce lundi à la formation d’un futur gouvernement «responsable».

«Le temps d’un nouveau gouvernement est venu (…) Ce gouvernement ne sera pas parfait mais il prendra ses responsabilités et se concentrera sur la gestion du pays», a déclaré Yaïr Lapid affirmant être en mesure de rallier des élus de droite, de gauche et du centre pour atteindre le seuil des 61 députés. S’il y parvient, une page de l’histoire d’Israël se tournera avec le départ de Benjamin Netanyahu, 71 ans dont les 12 dernières années au pouvoir. Sinon, les Israéliens risquent de retourner rapidement aux urnes.

La coalition des ennemis de Netanyahu, et un groupement hétéroclite, qui ne pourra jamais réellement unifier dans un même gouvernement les terroristes arabes, l’extrême gauche, la gauche, la droite et la droite extrême. La seule chose qu’ils ont en commun c’est la haine, la haine de Netanyahu.

Etrange histoire des haines qui engendrent à chaque fois des morts. La fête du Lag Boamer qui a été marquée par la tragédie de Méron, célébrait la fin d’une pandémie qui avait décimé les élèves d’un grand maître à cause de la haine gratuite que ses disciples se vouaient les uns aux autres. Israël paie cher les ambitions des uns et des autres, sans qu’aucun n’ait pitié pour ce pays, notamment Lapid Bennett et Saar dont personne ne veut comme premier ministre, à voir leur score minable aux dernières élections.

Le pays va se déchiré, il y aura une cinquième élection. Tout comme Gantz a été éliminé, cette fois Bennett et Saar le seront.

JForum – sources diverses

2 Commentaires

  1. « Article » anonyme et pitoyable. La seule tragédie d’Israël est d’avoir un corrompu-corrupteur à sa tête, qui tient le pays en otage de ses déboires judiciaires et qui brûle tout sur son passage pour tenter de s’éviter la prison, lui et sa famille. La vraie tragédie est qu’il y ait des gens comme vous qui se rendent complices de cette forfaiture et pour cela suscitent la haine entre israéliens. heurusement que votre audience s’arrête au « Kikar » d’une certaine ville, pour ne pas dire à Barbès…

  2. Quelle piteuse image donnée par Israël
    Des marchands de tapis à la Aschkenaze habitués à tout et toujours négocier
    On se croirait au schtetell et leur mentalité est la même sans parler des orthodoxes du Mea shearim qui vivent au moyen âge et sont un fardeau pour israel
    C’est une honte de les voir s’étriper les Lapid, Saar, Gantz , Bennett pour prendre la place de Netanyahu
    Ces gens là me dégoûtent
    Pendant ce temps là les arabes en profitent pour tuer et montrer la faiblesse d’israel
    Aucune riposte à ce jour contre les colons arabes de Jérusalem Est
    Israël réveille toi le danger ira of arabe est en train de t’encerclera et. de combattre à l’intérieur sans la moindre riposte

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.