Boycott : l’antisémitisme islandais refait surface

 

Les évolutions récentes en Islande correspondent bien à la longue histoire de l’antisémitisme dans ce pays. La semaine dernière, la majorité de gauche du conseil municipal de Reykjavic a décidé le boycott de tous les produits israéliens. A la suite du tollé suscité, le maire de la ville veut à présent remplacer cette option par un boycott des produits des implantations[1].

Cela revient pratiquement au même. Chaque année, au cours de la période du Carême avant Pâque, les Islandais reçoivent leur dose quotidienne de cantiques plein de haine et de dérision contre les Juifs, programmés par la chaîne publique de radio d’Islande. Ces chansons ont été écrites au dix-septième siècle par un prêtre, poète et incitateur chrétien islandais, Hallgrimur Pétturson, de nombreuses années avant que le premier Juif ne débarque en Islande. La perpétuation de cette tradition démontre à quel point l’Islande n’a strictement rien appris de la Shoah.

En 2012, après que j’aie attiré l’attention du Centre Simon Wiesenthal sur ces pratiques haineuses, le Rabbin Marvin Hier et le Rabbin Abraham Cooper, dirigeants du centre, ont écrit à M. Pall Magnusson, le Directeur-Général de la Radio et de la Télévision islandaise. Ils lui ont mentionné qu’ils avaient trouvé plus de cinquante remarques concernant les Juifs dans ces “poèmes” ou cantiques et qu’elles étaient toutes négatives. Ils ont aussi souligné qu’il était considéré comme un grand honneur, en Islande, d’être invité à venir lire un de ces poèmes dans l’émission. On relève, parmi les nombreux citoyens distingués qui ont accepté cette “distinction”, au moins un Président d’Islande.

Les notes suivantes ne sont que quelques exemples de ces nombreuses injures antisémites présentes dans ces cantiques :

L’appel à la crucifixion

Tous les dirigeants Juifs ont décidé
Que Jésus doit être crucifié
Le Prince Vivant qu’ils prient doit être
Le meurtrier remise en liberté.

Christ conduit depuis la sale du Jugement

La foule juive répliquait

“Qu’on se débarrasse de lui!”, ils criaient

Assurément leur hostilité

“Il doit être crucifié!”

La Loi Juste de Moïse
Les Juifs ici l’ont appliquée en la bafouant,

Révélant ainsi toute leur tromperie

Leur haine et leur fierté (d’haïr).

A l’époque, cette lettre dénonçant la façon dont ces cantiques étaient écrits n’a eu aucun impact. En ce qui concerne l’actuel boycott, cependant, le Conseiller en matière de voyages du Centre Simon Wiesenthal a averti les Juifs de ne pas se rendre en visite en Islande et la réaction de colère de Ronald Lauder, Président du Congrès Juif Mondial, a, selon toutes les apparences, fait plus d’effet. Concernant les conseils de voyages, le Rabbin Cooper a déclaré : “lorsque des dirigeants élus de cette ville capitale votent une loi extrêmement anti-israélienne et antisémite, il nous appartient de prévenir tout membre d’une communauté juive d’éviter de s’y rendre[2]”.

Le Centre Simon Wiesenthal a aussi révélé l’antisémitisme régnant en Islande en une autre occasion, dans le cas du criminel de guerre nazi Evald Mikson. A la fin des années 1980, Efraïm Zuroff, Directeur de la branche israélienne du Centre Simon Wiesenthal, a tenté de déférer Mikson devant un tribunal pour son implication dans le meurtre de Juifs dans son Estonie natale.

Mikson a alors trouvé une refuge chaleureux en Islande, où ses fils jouaient dans l’équipe de football nationale. Les appels justifiés de Zuroff en Justice contre un complice du meurtrier ont conduit de nombreux médias islandais à lancer des attaques contre Israël. Mikson lui-même est mort peu de temps après que le gouvernement islandais mette sur pied une commission d’enquête sur ses crimes de guerre, plus de dix ans après les premiers appels de Zuroff. Ce n’est qu’après la mort de Mikson que les enquêteurs ont découvert qu’il avait effectivement commis des atrocités[3].

A cette époque, au cours d’un débat sur le dossier Mikson au parlement, plusieurs députés islandais ont senti qu’il serait bon qu’ils aient des commentaires à faire sur le Moyen-Orient et contre la politique israélienne. Parmi eux, on trouvait Olafur Grimsson, dirigeant à l’époque de l’Alliance du Peuple, un parti de gauche, qui condamnait les attaques israéliennes contre les villes du Sud-Liban et “l’assassinat” [élimination ciblée] commis par Israël du chef du Hezbollah Abbas Mousawi. Grimsson a continuellement occupé le poste de Président d’Islande depuis 1996.

L’actuel boycott d’Israël a été proposé par l’Alliance Social-Démocrate. Faisant alors partie du gouvernement islandais de 2011, ils avaient déjà promis aux Palestiniens leur soutien, lors de leur tentative de reconnaissance d’un Etat palestinien à l’Assemblée Générale de l’ONU. Ossur Skarphedinsson, le Ministre Social-Démocrate des Affaires étrangères de l’époque, est connu pour ses façons fréquentes de snober Israël. Durant la première flottille de Gaza, certains membres du parlement ont suggéré d’imposer des sanctions à Israël, jusqu’au point de rompre les relations diplomatiques. L’Islande a même refusé de recevoir la Ministre Yuli Tamir, alors qu’elle était envoyée en Europe au cours de l’opération Plomb Durci à Gaza[4].

La décision de l’Islande en 2005, d’accorder la citoyenneté à l’ancien champion d’échecs Bobby Fischer a constitué un autre acte antisémite honteux. Fischer, un antisémite enrage d’origine juive était détenu dans une prison japonaise à cette époque et tentait d’échapper à son extradition vers les Etats-Unis[5].

Vilhjálmur Örn Vilhjálmsson, un expert de l’histoire des Juifs et de l’antisémitisme en Islande a écrit que plusieurs membres islandais de la Waffen-SS ont combattu pour l’Allemagne nazie et que d’autres ont servi au sein des camps de concentration. Il ajoutait qu’après la guerre, divers anciens membres du parti nazi d’Islande ont rapidement “atteint des positions élevées dans la société, parmi lesquelles on trouve un duo de chefs de la police, un directeur de banque et plusieurs médecins importants”.

Vilhjálmsson décrit également les conditions de déportation, en 1938 d’un réfugié juif allemand ruiné vers le Danemark. Les autorités islandaises de l’époque ont même offert de couvrir toutes les dépenses nécessaires à son expulsion vers l’Allemagne nazie, si jamais le Danemark n’en voulait pas. D’autres incidents identiques ont été révélé en 1997, mais ils n’ont guère fait les grands titres en Islande[6].

Tout compte fait, on ne peut qu’espérer que même à présent que le gouvernement islandais a tenu à se dissocier du boycott et que ce boycott se réduira, le Centre Wiesenthal maintiendra son avertissement déconseillant les séjours là-bas et qu’il continuera de faire toute la lumière sur les cantiques antisémites abondamment diffusés par les émissions annuelles de Pâque en Islande.

Par Manfred Gerstenfeld

Manfred Gerstenfeld est Président d’Honneur du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié plus de 20 livres. Récemment, son livre : Israel’s New Future « L’Avenir Tout Neuf d’Israël » vient d’être réédité, avec une nouvelle introduction, sous le titre : Israel’s New Future Revisited.

Adaptation : Marc Brzustowski

[1] Herb Keinon, “Iceland’s capital votes to boycott all Israeli products,” The Jerusalem Post, 16 September 2015.

[2] “Wiesenthal Center tells Jews not to go to Reykjavik,” Times of Israel, 18 September 2015.

[3] Efraim Zuroff, ”One who Got Away,” The Jerusalem Post, 17 January 2010.

[4] Manfred Gerstenfeld, “Iceland against Israel,” Ynetnews, 18 July 2011.

[5] Sarah Lyall, “Iceland Granting Citizenship to Bobby Fischer, Held in Japan,” New York Times, 22 March  2005.

[6] Vilhjálmur Örn Vilhjálmsson, “Iceland, the Jews, and Anti-Semitism 1625-2004,” in Manfred Gerstenfeld (ed.) Behind the Humanitarian Mask. The Nordic Countries, Israel and the Jews (Jerusalem, Jerusalem Center for Public Affairs and Friends of Simon Wiesenthal Center for Holocaust Studies, 2008) 219-239.

3 Commentaires

  1. Je suis surpris de la remarque faisant état d’antisémitisme ds le nouveau testament !!
    Je suis un lecteur assidu de la Bible, ancien et nouveau testaments et je trouve Yahvé bien plus sévère envers Son peuple d’israël ds l’AT que ne l’est le nouveau, je ne suis pas juif, mais la lecture du NT m’a appris à aimer Israël Son peuple. Jésus a dit : le salut vient des juifs ( Ev. Selon jean ch 4), ses disciples étaient juifs.
    Les épîtres n’ont absolument rien d’antisémite au contraire, Paul ds les chapitres 9, 10,11 de l’épître aux romains nous parle de la restauration d’Israël, ce que je crois.
    J’invite ceux qui en doute à lire le NT et constater par eux même !

  2. Comme j’ai vécu 15 ans dans ce pays, j’aimerai apporter quelques remarques sur le fond de cet article. Pendant 8 ans j’ai été le président et organisateur du centre Israël-Islande – de 81 à 89 – ce centre rassemblait une vingtaine d’Israélites venus en Islande soit avant soit après la secondre guerre mondiale et une centaine d’Islandais, qui se regroupaient dans un choeur célèbre du pays et accompli plusieurs voyages en Israël. Pendant toute cette période et jusuq’en 1991 où j’ai quitté l’Islande, je n’ai jamais remarqué le moindre antisémitisme dans la population, mais je dois préciser un fait: les partis de gauche – socialiste et plus tard les verts – comme partout, répandait déjà leur fiel dans la presse et la radio, la télévision d’état, entre les mains des gauchistes ne cessait pas son lavage de cerveau anti-sémite oui, on dit aujourd’hui anti sioniste! Evidemment, une telle propagande mensongère finit par agir sur l’s faibles d’esprit.
    La mairie de Reykjavik est entre les mains des gauchistes bien que le gouvernement soit de centre droit et nombre de députés de droite ont condamné cette proposition et exigé son retrait.
    En ce qui concerne le poète Pétur Hallgrímsson, il a composé d’innombrables psaumes qui font partie de la littérature classique du pays. Si certains vers sont franchement haineux et antisémites, ce que je ne conteste pas, ils ne sont ni plus ni moins que ce que l’on peut lire dans les évangiles et les lettres des apôtre, car là se situe l’origine de l’antisémitisme le plus virulent. De même que l’on peut accuser Mel Gibson d’avoir fait un film antisémite, mais là aussi, il ne faisait que reproduire fidèlement – et à la lettre – ce qui est écrit dans le nouveau testament.
    En ce qui concerne la Shoah, il y a eu d’abord la série historique « holocauste » à la télévision, suivie de débat sur des forum télévisés et dans la presse – j’ai moi-même fait des conférences sur ce thème et écrit des article dans le plus grand quotidien (de droite bien sûr) Morgunblaðið et puis on a eu droit au film de Jacque Lanzmann « Shoah ». Les islandais étaient bien au courant des événements.
    Pour la petite histoire, j’aimerai montrer ici quelques aspects intéressants du vocabulaire islandais. La langue islandaise est l’une des rares au monde à avoir fabriqué des mots « autochtones » au lieu des les importer comme les autres pays du monde, ainsi par exemple les mots , électronique, atom, proton, quark, energie, physique, parapsychologie, smartphone, économie, inflation etc, etc.. sont tous des mots islandais et personne ne peut deviner ce qu’ils signifient à moins de connaître la langue. Dans ce contexte, on a le mot: Guð qui signifie Dieu, de ce mot est tiré : Gýðingur – Juif (signifiant en fait le peuple de Dieu) et Gýðingaland le pays des Juifs, la Palestine! Dans la bible islandaise on ne trouve que ces trois mots et jamais le terme de « palestine ».

    • Bonjour, souhaitant me rendre en Islande en juillet prochain, je me demandai s’il existe une vie juive actuellement en Islande, et si oui ou peut on acheter de la viande cashere s’il y a et y a t il un office pour shabbat ?
      Merci
      Helene

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.