Les États du Golfe se rapprochent de l’Iran : « Biden sape l’alliance régionale »

Des responsables d’Abou Dhabi déclarent à « Israël Hayom » : depuis l’entrée de Biden à la Maison-Blanche, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont échangé de discours et prennent contact avec Téhéran, et se sentent désarmés face à la menace iranienne « 

Dans un premier temps, ce sont les Saoudiens qui ont tenu une série de réunions secrètes à Bagdad avec de hauts responsables iraniens, auxquelles a participé l’ambassadeur saoudien en Irak. Plus tard, les émirats ont également ouvert un dialogue avec les Iraniens, et ont même récemment nommé l’ancien ministre des Affaires étrangères, le haut diplomate Anwar Garagash, pour promouvoir le dialogue avec Téhéran.

Gargash, qui a rencontré le vice-ministre iranien des Affaires étrangères et chef du programme nucléaire de la République islamique, Ali Bagri, a déclaré à l’issue de la rencontre avec le responsable iranien qui s’est rendu à Abou Dhabi que « la réunion vise à stabiliser les relations et à réduire les tensions avec l’Iran.  » Le haut diplomate de l’émirat a ajouté qu’une délégation de hauts dirigeants des Émirats effectuera bientôt une visite en guise de réciprocité dans la capitale iranienne.

Cette stratégie concerne aussi Damas

Les Émirats ne se sont pas contentés de reprendre le dialogue avec Téhéran. Après une conversation téléphonique entre le prince héritier Muhammad bin Zayed et le dictateur Bashar Assad, le ministre des Affaires étrangères des Émirats a été envoyé à Damas pour une rencontre très médiatisée avec le président syrien. Tout cela, malgré les vives protestations de Washington selon lesquelles les Émirats arabes unis pourraient faire face à de sévères sanctions en raison de la « loi de César » américaine, qui punit les organismes qui entretiennent des relations économiques avec la Syrie.

Les Émirats ont affirmé que l’approche de Damas visait à maintenir le régime syrien qui cherche à se défaire de la pieuvre iranienne. En outre, Abou Dhabi a souligné qu’ils sont intéressés par de bonnes relations avec tous les pays de la région et que, dans le cadre de la politique zéro conflit des Émirats arabes unis, le prince héritier Ben Zayed a effectué une rare visite en Turquie cette semaine, où il a rencontré le président turc Erdogan et a signé une série d’accords commerciaux. , économiques et diplomatiques.

Mais maintenant, de hauts responsables à Abou Dhabi et à Riyad clarifient la principale raison du changement de position de l’Arabie saoudite et de l’approche des Émirats arabes unis vis-à-vis de Téhéran et de la stratégie de confrontation zéro. La coalition régionale anti-iranienne formée pendant le mandat de Trump – qui a abouti à la signature des accords abrahamiques et comprenait Israël, Bahreïn, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite – s’est désintégrée et n’existe plus dans la pratique. « Il est vrai qu’un entraînement et des exercices militaires conjoints ont eu lieu récemment, qui visent également à transmettre un message clair à Téhéran », a déclaré à Israël Hayon une source d’Abou Dhabi, « mais la coalition s’est formée pour encourager Trump et son administration », qui craignait que le régime des ayatollahs extrémistes puisse posséder des armes nucléaires, mais ces craintes se sont évaporées.

Selon de hauts responsables à Abou Dhabi et à Riyad, ce qui a conduit à un changement dans les relations diplomatiques avec l’Iran, c’est l’agenda de Biden concernant le Moyen-Orient et la question de la menace iranienne également en termes de pays de la région. « Nous étudions toujours la nature des relations avec le nouveau gouvernement en Israël et ses dirigeants. Mais Israël, malgré les changements de gouvernement, a rempli toutes ses obligations envers nous., a déclaré à Israël Hayom une source de haut rang à Abou Dhabi.

La source a ajouté que « le problème, c’est Biden et son gouvernement, qui ont tout fait pour dissoudre les acquis de Trump en matière de normalisation avec Israël et pour creuser un fossé dans l’alliance de défense régionale qui se forme entre les pays de la région face à de la menace iranienne. » , ainsi que dans l’opposition et le veto de Washington à la vente d’armes dont nous avons besoin. « Nous n’avons pas été surpris par la tentative de l’Arabie saoudite de promouvoir un dialogue positif avec Téhéran à la lumière du traitement irrespectueux de Biden et de son gouvernement envers la monarchie saoudienne et le royaume en général. »

Les yeux tournés vers le Soudan

Le retrait effrayant des États-Unis d’Afghanistan, selon le haut émirat, n’a pas contribué à un sentiment de sécurité pour les alliés des États-Unis au Moyen-Orient et son administration ne leur fournira pas le soutien du moins le soutien nécessaire.

L’administration Biden commet toutes les erreurs possibles qui pourraient pousser le Soudan dans l’instabilité politique, et même dans le retrait de Khartoum des accords abrahamiques », a déclaré le haut responsable. « Le général al-Burhan s’est efforcé d’éliminer tous les éléments politiques du pays, qui s’opposaient au conseil militaire et collaboraient avec des éléments islamiques extrémistes qui voulaient s’emparer du pouvoir. Le chef de cette organisation était le Premier ministre Abdullah Hamduk et des personnalités politiques extrémistes telles que Ba’ membres du parti et militants politiques islamiques.

« Au lieu que les Américains soutiennent les efforts d’al-Burhan pour former un gouvernement libéral, ils l’ont forcé à libérer Hamduk de détention et l’ont averti que s’il ne lui permettait pas de former un gouvernement, Washington imposerait des sanctions sévères au Soudan. Al-Burhan n’avait pas d’autre choix que d’accepter le diktat américain. « Si le Soudan se retrouve à nouveau dans un coup d’État dans lequel la main des organisations djihadistes et de l’islam extrémiste prévaudra, personne ne sera surpris qu’ils jettent l’accord de normalisation avec Israël dans la poubelle de l’histoire.

Il faut ajouter que derrière tout cela Biden voit d’un mauvais œil, qu’Israël ait le leadership de cette alliance régionale. Ce n’est pas la première fois que les États-Unis empêchent Israël de prendre un certain ascendant sur eux. D’où aussi la pression pour qu’Israël ne se rapproche pas de trop de la Chine. Tout cela est un jeu pervers.

JForum – Israël Hayom

5 Commentaires

  1. le nouvel ordre mondial qui se met en place ,ne veut pas d’israel parce qu’il est le temoin de la revelation de dieu.porteur de la torah et des prophetes.
    biden(menteur en arameen) en est le representant.

  2. Depuis le début de son premier mandat, l’ordure Obama, voulait de façon obsessionnelle, jeter Israël sous l’autobus, selon l’expression du moment.
    Pour y parvenir, il a donné les pleins pouvoirs régionaux à l’Iran, ennemi juré d’Israël qu’il menace tous les jours d’anéantir, et a trahi les alliés traditionnels des Etats-Unis, surtout les plus fidèles, Israël en tête.
    Le crapuleux Obama a ensuite fait tomber Moubarak et imposé Morsi, le frère musulman pour qui il avait beaucoup de sympathie.
    L’accord voulu et imposé par le fumier Obama a abouti, et depuis, l’Iran se fout de la gueule du monde et avance tranquillement vers un point de non retour de sa bombe nucléaire.
    Comme si cela ne suffisait pas, l’odieux Obama a tout fait pour remettre sur les rails la chimère planétaire : la solution à deux Etats.
    Le grand TRUMP a été élu entre temps et il a foutu à la poubelle toutes ces saloperies auxquelles seuls des dégénérés croient.
    Malheureusement, après un coup d’Etat réussi par les fascistes « Démocrates » qui ont volé la victoire à TRUMP, des crapuleux ont sorti Joe le sénile de sa cave et l’ont choisi pour être le futur président des Etats-Unis.
    Nous voyons depuis, Joe la marionnette ventriloque qui lit les bouts de papier écrits pour lui par les salauds qui tirent ses ficelles, pour qu’il raconte des conneries incroyables.
    Comme si cela ne suffisait pas, des traîtres putschistes ont formé une coalition à la Knesset et se font imposer toutes les décisions par un frère musulman acheté à coups de milliards de shekels pour parvenir à une majorité d’une voix.
    Ces pieds nickelés, Bennett le traître en tête, cèdent à toutes les demandes de Joe le grabataire qui vient d’obtenir le retrait de constructions à Jérusalem.
    Vu d’ici, cela ressemble à un marchandage sordide : les USA se montreront fermes envers l’Iran lors de la reprise des discussions, et Israël devra se montrer « compréhensif » avec les palestiRIENS, avec en prime, la prochaine ouverture de leur consulat à Jérusalem.
    Et si tout cela n’était qu’un grand coup de bluff dans lequel Israël sera le dindon de la farce ?
    Il suffira aux ordures qui tirent les ficelles de Joe le grabataire de lui faire dire que les négociations avec l’Iran n’ont pas abouti, tandis que les palestiRIENS sortiront en grands gagnants de ce sordide jeu de poker menteur.
    Reste la coalition des traitres putschistes qui, espérons-le, tombera en même temps que les masques des salopards qui veulent à tout prix, en finir avec Israël.
    Israël doit au plus tôt étudier très sérieusement les moyens violents à sa disposition pour mettre à mal les enturbannés et leur fichu programme nucléaire prétendument « pacifique » il faut faire vite, nous jouons les arrêts de jeu….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.