Quatre Iraniens exécutés pour « coopération » avec Israël.

Quatre Iraniens ont été exécutés en Iran après leur condamnation à mort pour « coopération » avec Israël, ennemi juré de la République islamique, a annoncé dimanche la justice. « Ce matin, les sentences contre quatre des principaux membres du groupe de voyous, lié aux services de renseignements du régime sioniste (Israël, NDLR), ont été exécutées », selon l’agence du pouvoir judiciaire Mizan Online. Le régime des bouchers iranien, incapable de reconnaitre l’existence d’une opposition iranienne, préfère assimiler les opposants à des agents pro-israéliens, signifiant ainsi que la contestation, est le fruit d’une manipulation par des ennemis extérieurs qui soudoient des Iraniens.

Le 22 mai, les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique de l’Iran, avaient annoncé l’arrestation des membres d’« un réseau agissant sous la direction des services de renseignement » israéliens, sans préciser le lieu de leur arrestation.

« Selon la décision finale rendue par la Cour suprême, les accusés, Hossein Ordoukhanzadeh, Shahin Imani Mahmoudabad, Milad Ashrafi Atbatan et Manouchehr Shahbandi Bojandi, ont été condamnés à mort pour leur coopération avec le régime sioniste (Israël, NDLR) et pour enlèvement », a annoncé mercredi le pouvoir judiciaire.

« Ces personnes ont commis des vols, des destructions de biens personnels et publics, des enlèvements et l’extorsion de faux aveux », d’après le communiqué publié par les Gardiens de la Révolution en mai. Selon les organisations de défense des droits humains, l’Iran est parmi les pays qui exécutent le plus de prisonniers au monde, après la Chine.

De nombreuses accusations contre Israël

L’Iran a annoncé à plusieurs reprises l’arrestation d’agents travaillant pour les services de renseignements de pays étrangers, notamment Israël. Fin juillet, il avait fait état de l’arrestation d’« agents » liés au Mossad, le service de renseignement extérieur israélien, pour avoir planifié de cibler un « centre de défense sensible », affirmant qu’ils étaient membres d’un groupe rebelle kurde interdit.

La République islamique d’Iran a aussi accusé Israël d’avoir saboté certains de ses sites nucléaires et d’avoir assassiné des personnalités clés iraniennes, spécialement des scientifiques.

Les deux pays se livrent depuis des années une guerre de l’ombre. Israël accuse l’Iran, qui dément, de vouloir acquérir la bombe atomique et dit chercher par tous les moyens à l’empêcher de le faire. Israël veut aussi contrer l’influence de l’Iran au Moyen-Orient.

Fin octobre, le président israélien Isaac Herzog avait indiqué partager avec les États-Unis des informations démontrant, selon le renseignement israélien, l’utilisation de drones iraniens dans la guerre en Ukraine.

Pour sa part, l’ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la République islamique, a accusé ses ennemis jurés, les États-Unis et Israël, d’avoir fomenté le mouvement de contestation en Iran déclenché par la mort le 16 septembre de Mahsa Amini.

L’Iran est le théâtre de manifestations depuis la mort de cette jeune Kurde iranienne de 22 ans, décédée trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs qui lui reprochait d’avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique.

Exécution de 13 prisonniers dont 8 Baloutches en Iran.

Alors que le régime des mollahs est incapable de contenir le soulèvement national qui se poursuit, il recourt une fois de plus à des exécutions pour semer la terreur. Lundi 28 novembre, un prisonnier baloutche nommé Abdullah Salah Zahi a été pendu à Iranchahr au bout de 10 ans de détention, accusé d’avoir tué un officier militaire du régime. Au même moment, deux autres prisonniers baloutches nommés Mohammad Amin Omar Zahi et Noor Mohammad (Abdul Nabi) Mazar Zahi ont été exécutés à la prison de Zahedan. Mohammad Amin était également emprisonné depuis 2011. Le même jour, un autre prisonnier a été pendu à la prison de Hamedan.

Les bourreaux du régime ont exécuté le dimanche 27 novembre trois prisonniers baloutches nommés Mohammad Omar Khame (Ijbari), Zubair Barahoui et Chenguiz Gorguij dans les prisons Vakilabad de Machad, de Zahedan et de Zabol après des années de détention.

Le samedi 26 novembre, le régime a exécuté un prisonnier baloutche nommé Mohammad Issa Zahi à la prison de Zahedan, 2 prisonniers nommés Hossein Khairullahi et Sahib Rassouli à la prison centrale d’Ispahan et un prisonnier nommé Keyhan Shaker Panahi à la prison de Kachan. Le mercredi 23 novembre, un prisonnier baloutche nommé Niaz Jadgal a été pendu après 11 ans de détention à la prison de Chabahar et un prisonnier nommé Mehdi Lotfi a été pendu à la prison centrale d’Ilam.

JForum.fr

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.