A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil France Hollande met fin à la mascarade française pour la « Paix »©

Hollande met fin à la mascarade française pour la « Paix »©

14 vues
5

Hollande repousse aux calendes grecques sa conférence pro-palestinienne

 

Hollande, au nom de la France, repousse, -ou plutôt annule sans le dire- sa fameuse Conférence sur la paix israélo-palestinienne

Le Président français François Hollande a annoncé mardi matin que sa conférence de paix  sur la question israélo-palestinienne qu’il prévoyait de convoquer à Paris à la fin de ce mois (le 30 mai), est repoussée (au moins) jusqu’à l’été.

DEBKAfile: Cette annonce signifie qu’en fait cette conférence est annulée, principalement à cause de l’opposition du Secrétaire d’Etat John Kerry, qui a dit clairement à Hollande que Washington n’y participerait pas. Ni Israël ni les Palestiniens ne devaient y participer. NDLR : Au bout du compte, c’est l’ensemble de cette initiative vouée à l’échec qui tombe à l’eau, -ou tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse-. 

DEBKAfile 17 mai 2016, 11:01 AM (IDT)

Cela démontre que le séjour de J.M Ayrault auprès de Binyamin Netanyahu, le Week-ernd dernier n’a pas été inutile et que la faute majeure du vote de l’UNESCO restera gravée dans les mémoires comme l’une des nombreuses preuves accablantes de la partialité pro-palestinienne de la France, dans un conflit dont elle ferait mieux de ne pas se mêler, tant qu’elle adopte un point de vue partisan. Quant à Hollande, il  restera le dirigeant français le plus indécis et adepte du rétropédalage permanent (du pédalo) ou de la prise de décision autoritariste (49-3) qui sème bien plus de chaos qu’il ne résout de problèmes. 

Nous avions déjà signalé la cause majeure de cette annulation-report, dans une précédente fable de la Fontaine : La grenouille qui se voulait plus grosse que le boeuf. Décidemment, la culture classique se perd au sommet… 

Les Etats-Unis refroidissent les ardeurs de l’initiative de paix française et pourraient ne pas assister à ce non-événement

Washington semble reporter sa décision de participer ou non, jusqu’au moment où la Maison Blanche décidera d’une éventuelle nouvelle initiative made in America

US Secretary of State John Kerry speaks at the Oxford Union in Oxford, central England, on May 11, 2016. (Peter Nicholls/Pool/AFP)

Le Secrétaire d’Etat John Kerry s’exprime devant l’Union d’Oxford, à Oxford, en Angleterre, le 11 mai 2016. (Peter Nicholls/Pool/AFP)

WASHINGTON – Les Etats-Unis apparaissent réticents à soutenir le plan français de relance du processus de paix palestino-israélien par une conférence prévue pour être magistrale, ce mois-ci et qui pourrait bien n’accoucher que d’une souris.

Le Département d’Etat a été incapable de dire mercredi, si le Secrétaire d’Etat John Kerry assistera ou pas à cette rencontre prévue le 30 mai à Paris.

Et des experts étrangers disent que Washington ne va probablement pas permettre à la France de lui dérober la place en tête sur une question qu’il perçoit traditionnellement comme lui revenant de droit.

« Nous restons préoccupés par la violence qui se poursuit sur le terrain et nous accueillons avec bienveillance toutes les idées consistant à aller de l’avant sur ce sujet », a déclaré la porte-parole américaine Elisabeth Trudeau.

« Sur cette conférence spécifique, lors de l’événement du 30 mai, aucune décision n’est présie concernant une éventuelle participation ».

« Nous demeurons encore en consultation avec les partenaires française et internationaux à ce sujet », a t-elle déclaré.

Kerry était pourtant à Paris, lundi pour rencontrer son homologue français Jean-Marc Ayrault et son bras droit Antony Blinken est revenu une fois encore mercredi.

Le Premier Ministre de France, Manuel Valls se rendra en visite en Israël et dans les territoires palestiniens ce mois-ci (le 14 mai) pour tenter de susciter le moindre intérêt à l’initiative française.

Mais Israël s’oppose à ce plan consistant à faire venir les Ministres de 20 pays à Paris, en insistant sur le fait que la paix ne peut provenir que des négociations directes entre les concernés [et non des vieilles techniques coloniales du Quai D’Orsay]

Et clairement, il n’y a qu’un enthousiasme très faible pour ne pas dire inexistant à Washington.

« Ils sont réticents sur au moins deux fronts », affirme Ghaith al-Omari, chercheur principal au WINEP et ancien conseiller auprès des négociateurs palestiniens pour la paix. 

« Un premier front concerne la réticence traditionnelle américaine à s’engager dans n’importe quelle initiative de processus de paix qui ne soit pas dirigée par les Américains », a t-il fait remarquezr à l’AFP.

« L’autre composante est que l’administration n’a pas encore décidé s’il lui reste encore le temps de proposer une initiative américiane dans les quelques mois restants ».

Les reportages venant de Washington suggèrent que le Président Obama, qui doit quitter le Bureau Ovale en janvier, pourrait prévoir un discours majeur, sous forme de coup de théâtre, pour mettre en lumière ses conditions pour la paix.

Et Washington peut décider de laisser ses empreintes pour une « solution à deux Etats » dans ce conflit devant le Conseil de Sécurité de l’ONU afin de clarifier les attentes internationales en vue d’un résultat définitif.

Mais Obama doit encore décider s’il compte s’impliquer lui-même dans une question qui a provoqué la frustration de tant de ses prédécesseurs, ainsi que les initiatives de sa propre administration en 2010 et 2014 – ou plutôt laisser les Français se brûler les doigts.

« Jusqu’à ce que cette décision soit prise, il est peu probable que les Etats-Unis s’engagent dans la moindre initiative extérieure », explique Omari.

« Si le Président doit livrer ultérieurement un discours, je ne vois pas Kerry se rendre à Paris pour assister à cette initiative. Si ce n’est pas le cas, alors il reste une certaine marge de manoeuvre pour une implication américaine ».

12 mai 2016, 1:08 am 

Adaptation : Marc Brzustowski

5 Commentaires

  1. Dans la foulée, Hollande pourrait mettre fin, en ANTICIPANT ENFIN un peu (comme dirait l’incontournable Bauer), à la lourde bouffonnerie de la « présidence Hollande ».

  2. Il existe, peut-être, une autre explication à ce report :
    Il serait, en effet, très délicat d’accueillir les délégations étrangères dans le climat de tension actuel qui secoue la France et qui pourrait s’aggraver.

    Ce qui ne manque pas de sel quand on songe que le but de cette réunion est de trouver une solution à un problème quand ici on patauge dans l’irresponsabilité…

  3. Je pense surtout que la « poufiasserie » Française cherche à exporter une guerre civile qui va lui péter dans la gueule hors de son territoire. Avec mon grand regret pour ce pays, mais franchement, que peut-on espérer à vouloir faire du « Libéralisme » avec de l’argent de pays esclavagistes. On peut être certes con et antisémite pour ne rien voire, mais quand la réalité vous rattrape…….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.