Nasrallah du Hezbollah en guerre psychologique : pour chaque membre tué, nous tuerons un soldat

 

Mannequin de « soldat israélien » implanté en trompe-l’oeil, face aux snipers du Hezbollah, sur la frontière. La chaîne de télévision Al-Mayadeen, appartenant au groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, a diffusé samedi des images montrant ce qui semble être le mannequin d’un soldat de l’armée israélienne actionné par un dispositif robotisé, le long de la barrière frontalière entre Israël et le Liban. La vidéo montre brièvement le mannequin en mouvement avant qu’il ne soit plongé dans la fumée des grenades fumigènes lancées du côté israélien de la clôture, alors qu’un duo de chars de l’armée israélienne est stationnée à côté.

« Nous sommes attachés à cette équation … mais nous ne sommes pas pressés. »

Le chef du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah prononce un discours télévisé après l'explosion de mardi dans la zone portuaire de Beyrouth, au Liban, le 7 août 2020 sur cette image fixe tirée d'une vidéo (crédit photo: AL-MANAR / DOCUMENT VIA REUTERS)
Le chef du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah prononce un discours télévisé après l’explosion de mardi dans la zone portuaire de Beyrouth, au Liban, le 7 août 2020 dans cette image fixe tirée d’une vidéo (crédit photo: AL-MANAR / DOCUMENT VIA REUTERS)

Un soldat de Tsahal mourra en représailles pour chaque membre du Hezbollah tué par Israël, a déclaré dimanche le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah.

«Que les Israéliens comprennent que chaque fois qu’ils tuent l’un de nos moudjahidines [jihadistes], nous tuerons l’un de leurs soldats», a-t-il déclaré dans un discours télévisé marquant la fin de la fête chiite d’Achoura. «Nous sommes attachés à une équation. Notre objectif n’est pas la vengeance mais la punition et d’établir un équilibre de dissuasion. »

«Tout ce qui s’est passé» [NDLR : Trois escarmouches ratées à la frontière, et au moins 4 morts syro-libanais] depuis la mort de l’agent du Hezbollah Ali Kamel Mohsen «fait partie de la punition», a déclaré Nasrallah.

«Si les résistants ont mené 100 opérations et n’ont pas tué de soldat sioniste, les attaques se poursuivront jusqu’à ce que l’équation soit à nouveau égale», a-t-il dit.

Israël se prépare à une éventuelle attaque du groupe terroriste après qu’une attaque aérienne israélienne présumée en Syrie le 20 juillet a tué l’un de ses membres.

Une réponse à la frappe meurtrière était «inévitable», a déclaré le Hezbollah à l’époque. Après la menace, Israël a interdit aux véhicules militaires de circuler sur certaines routes frontalières et a déployé des renforts dotés de systèmes avancés de renseignement et de tir de précision à ses frontières nord.

Alors que les tensions le long de la frontière nord avec le Liban se sont apaisées à la mi-août, Tsahal a commencé à réduire les renforts de troupes et autres mesures de sécurité renforcées qui avaient été mises en place.

L’establishment de la défense a déterminé que le Hezbollah ne lancerait pas d’attaque après l’explosion du port de Beyrouth, mais Tsahal est restée en état d’alerte dans le nord.

«Nous ne sommes pas pressés de répondre à Israël», a déclaré Nasrallah. «Vos soldats finiront par apparaître sur les routes.»

Il y a eu trois attaques infructueuses le long de la frontière libanaise depuis la frappe aérienne du 20 juillet.

La semaine dernière, des soldats ont été visés par une attaque de tireurs d’élite présumée près du kibboutz Manara en Haute Galilée. Les soldats étaient sur le terrain lorsqu’ils ont entendu des coups de feu dirigés sur eux, a déclaré une personne proche de l’affaire au Jerusalem Post. Tsahal a tiré des dizaines d’obus fumigènes et de fusées éclairantes pour arrêter les tirs et identifier les tireurs.

Bien qu’aucune identification n’ait été confirmée, des hélicoptères et des avions de combat ont frappé des postes du Hezbollah le long de la frontière.

Dans son discours de dimanche, Nasrallah a aussi déclaré que le récent accord de paix entre les Émirats arabes unis et Israël était une trahison.

«Nous condamnons toutes les tentatives de reconnaître Israël et toutes les formes de normalisation avec cet ennemi», a-t-il déclaré. «Nous renouvelons notre condamnation de la position des responsables des EAU. Un tel accord est une trahison. »

S’il ne faut jamais sous-estimer l »adversaire, toujours susceptible d’une « réussite », celle-ci intervenant toujours plus rarement sur une pente tendancielle, depuis l’élimination d’Imad Mughniyeh, le 12 février 2008, soit plus de 12 ans, l’explosion de Beyrouth, le 4 août apparaît largement comme le plus sanglant et le plus inimaginable retour de bâton qu’ait pu encaisser le QG de « guerre psychologique » hezbollahnie depuis ses premiers coups d’éclat contre les bases américaine, française ou les ambassades d’Israël et l’institution caritative de l’AMIA à Buenos-Aires, entre les années 1983 et 1994. 

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.