Opération de police en cours à Grenoble après la diffusion de la vidéo des dealers armés

Impossible de déterminer si les armes présentes dans la vidéo étaient factices ou non.
Impossible de déterminer si les armes présentes dans la vidéo étaient factices ou non. Photo Capture écran Twitter

Une opération de police était « en cours » mercredi soir dans le quartier de Grenoble où une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux a montré des dealers encagoulés et lourdement armés sur un point de vente.

Une opération annoncée par Gérald Darmanin sur Twitter.

« Sur mon instruction directe, une opération est en cours dans le Mistral, à Grenoble », écrit le ministre de l’Intérieur, assurant que « l’État s’imposera face à l’ensauvagement d’une minorité de la société ».

« Ce sont des opérations que nous faisons régulièrement », a déclaré sur place à BFMTV le préfet de l’Isère, Lionel Beffre. « Depuis le début de l’année, nous avons fait 160 interpellations dans ce quartier », a-t-il ajouté.

Mais après la diffusion des vidéos, « il était important de réaffirmer l’autorité de l’Etat sur ce territoire », a poursuivi le préfet. « Il n’appartient pas à quelque groupe que ce soit de faire la loi, ça appartient aux forces de l’ordre. »

Le parquet de Grenoble a ouvert une enquête après la diffusion de vidéos tournées dans le quartier Mistral, très touché par le trafic de stupéfiants.

La première, devenue virale comme la seconde depuis lundi, met en scène sept hommes, cagoulés et parfois munis d’armes en apparence réelles, faisant le guet autour d’un point de deal, près d’une aire de jeux, où se dirige un homme s’apparentant à un consommateur.

Le quartier est qualifié dans l’autre vidéo de « capital (sic) du stup »: on y voit cinq hommes autour d’une table couverte, à première vue, de paquets de friandises qui contiennent très probablement des produits stupéfiants.

« Inadmissible », avait réagi lundi sur Twitter le procureur de la République à Grenoble, Éric Vaillant. Cela « renforce, si besoin est, la détermination du parquet de Grenoble à lutter contre les trafiquants de stupéfiants », ajoutait-il.

Pour le magistrat, il est « probable que ces images aient pour objectif d’impressionner d’éventuels ennemis ou clans rivaux qui ambitionneraient de s’approprier ce point de deal dans la guerre de territoires et de pouvoir qui opposent les trafiquants actuellement », a-t-il expliqué au quotidien régional Le Dauphiné Libéré.

Plusieurs règlements de comptes ont eu lieu depuis le début de l’été dans l’agglomération. Le 2 août, un homme de 29 ans en liberté conditionnelle a été abattu en pleine rue à Grenoble. Deux jours plus tard, un guet-apens à Eybens faisait un mort et un blessé par balles. L’auteur présumé des tirs a été interpellé depuis dans le Var et incarcéré en Isère.

Mais le trafic de stupéfiants et ses conséquences en termes de criminalité sont loin d’être une nouveauté dans la ville alpine.

À l’été 2018, le syndicat Alliance Police Nationale avait dénoncé l’insécurité « catastrophique » régnant à Grenoble, qualifié de « Chicago français », alors que le ministre de l’Intérieur de l’époque, Gérard Collomb, était en déplacement dans le Vercors voisin.

Un an plus tôt, le procureur de la République Jean-Yves Coquillat, alors en poste, avait affirmé n’avoir « jamais vu une ville de cette taille aussi pourrie et gangrenée par le trafic de drogue ».

nicematin.com


Grenoble : Des dealers du quartier du Mistral s’exhibent armés dans la rue, un renfort policier réclamé

Des dealers s’exhibent sur un plan stups du quartier du Mistral à Grenoble. (capture vidéo DR)

Des dealers du quartier du Mistral ont fait une démonstration de force. Deux vidéos sur lesquelles on peut voir des individus encagoulés et armés ont été publiées sur les réseaux sociaux hier, et sont devenues virales.

 

 

Eric Vaillant, le procureur de la République de Grenoble (Isère) a confirmé l’authenticité des scènes qu’il qualifie d’« inadmissibles ». Elles sont visibles sur deux vidéos publiées ce mardi sur les réseaux sociaux.

Sur l’une d’elles, filmée en plongée, plusieurs individus encagoulés, dont certains sont porteurs d’armes longues, sont en faction devant un point de deal du quartier du Mistral à Grenoble. On peut voir un jeune homme qui pourrait être un client venir acheter de la drogue sur ce plan stups, situé à proximité immédiate d’un parc pour enfants. Autour de lui, plusieurs individus en armes surveillent le secteur.

 

La seconde séquence mise en scène sur fond musical, des dealers du Mistral sont assis autour d’une table, sur laquelle reposent des bocaux vraisemblablement remplis de produits stupéfiants. Les individus arborent des t-shirts portant le nom de leur quartier.

 

Le procureur de la République a publié un message sur Twitter indiquant que cette exhibition « renforce, si besoin est, la détermination du parquet de Grenoble à lutter contre les trafiquants de stupéfiants ».

« Nous nous sommes évidemment interrogés sur l’intérêt de la diffusion de ces vidéos qui ont manifestement été mises en scène par les dealers eux-mêmes », a-t-il confié au Dauphiné. « Il semble […] probable que ces images aient pour objectif d’impressionner d’éventuels ennemis ou clans rivaux qui ambitionneraient de s’approprier ce point de deal dans la guerre de territoires et de pouvoir qui opposent les trafiquants actuellement », a déclaré le magistrat.

La mairie demande des renforts policiers

« C‘est une condamnation ferme de la Ville de Grenoble et une pensée aux familles, aux enfants, aux gens qui travaillent sur le quartier », pour Maud Tavel, l’adjointe à la tranquillité publique, citée par France Bleu. « Il est du rôle de l’État de démanteler les trafics, il est du rôle de la ville de Grenoble de faire en sorte qu’on puisse y vivre dans de bonnes conditions, aller au travail, sortir de son immeuble, demain aller à l’école », a-t-elle ajouté, en demandant des « renforts complémentaires » de policiers.

Ce n’est pas la première fois que les trafiquants grenoblois se mettent en scène sur internet. En avril 2019, ils avaient organisé une tombola pour leurs clients avec une console de jeux vidéos à gagner.

Cette exhibition singulière intervient après plusieurs règlements de compte dans l’agglomération grenobloise. Pas moins de sept fusillades ont eu lieu depuis fin juin. Elles ont fait trois morts.

Grenoble : Des dealers du quartier du Mistral s’exhibent armés dans la rue, un renfort policier réclamé

2 Commentaires

  1. Les gros trafiquants et dealers sont tous fichés .
    Les flics les connaissent tous sans exception .
    Crtains de ces dealers poursuivent leurs activités impunément car ils sont des indics .
    Sans la drogue que feraient ces criminels ?
    Sans oublier qu’ils  » nourissent  » des familles entiéres .
    Certains parents ferment les yeux……pas tous pour être honnête .

    Alors maintenant c’est au gouvernement de décider , et il en a les moyens , soit de continuer à fermer les yeux soit à s’attaquer de front à ces criminels qui tuent des milliers de personnes par an .

    Pour cela il faut du courage , beaucoup de courage .
    C’est ce qui manque à tous ceux qui nous gouvernent .

  2. Depuis que le pro palestinien EELV Piolle est à la mairie, Grenoble est aux mains de ces dealers. Et personnes ne dit rien. C’est curieux que la police ne rentre pas dans ces quartiers. C’est 2 poids 2 mesures car si on ne porte pas de masque alors là ils sont d’un zèle incomparable.
    ROSA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.