L’impact des massacres à Paris sur la société française mènera à diverses évolutions sociopolitiques. La plupart ne deviendra apparente que de manière très progressive. Beaucoup auront une grande importance pour les Juifs de France et/ou pour Israël. L’une de ces évolutions est patente dans une récente déclaration du Premier Ministre français Manuel Valls devant le Parlement, disant solennellement que la France est en guerre contre le terrorisme. Il a ajouté : “La France est en guerre contre le Jihadisme et l’Islamisme radical. La France n’est pas en guerre avec l’Islam et les Musulmans”. Dans son discours, Valls s’est aussi adressé à la communauté musulmane française pour lui assurer la protection du gouvernement[1].

1085378_les-mesures-annoncees-par-valls-pour-completer-larsenal-anti-terrorisme-web-0204097375319

Pourtant une telle séparation aussi nette entre l’Islamisme radical et l’Islam est beaucoup plus difficile à établir que ne pourraient le laisser supposer les paroles de Valls. Dans plusieurs écoles françaises, les élèves musulmans, qui ne sont pas en soi des “Jihadistes”, considèrent que le meurtre des caricaturistes est justifié et qu’on ne devrait pas le condamner, et certains pensent même ouvertement qu’on devrait glorifier de tels assassinats[2]  .

En même temps, la branche d’Al Qaïda basée au Yémen et dans la Péninsule Arabe a menacé la France de nouveaux attentats à venir[3]. La situation risque de se détériorer encore plus, si la France parvient à mobiliser des alliés en vue d’une campagne militaire en Libye, qui est devenue une plaque tournante importante du Jihadisme tourné vers l’Europe[4].

Le gouvernement français a annoncé qu’il prendrait une variété de mesures pour   reprendre la main et contrer le terrorisme intérieur. Un certains nombres de laudateurs du terrorisme ont déjà été condamnés à des peines de prison ferme et d’autres doivent être déférés devant le Tribunal[5]. Hors de France, néanmoins, les Jihadistes n’ont de cesse d’en appeler aux Musulmans français pour qu’ils mènent des attentats contre le pays.

Ce sur  quoi on n’a guère insisté, c’est qu’en particulier, la bataille contre le terrorisme musulman requerra un accroissement de la surveillance téléphonique et internet. Dans un pays qui met la liberté au sommet de ses priorités, le gouvernement français ne mettra pas l’accent sur ce sujet. Le fait est que l’usage de ce genre d’écoutes est souvent abusive. Charlie-Hebdo incarne un des aspects de la liberté, telle qu’on la conçoit en France : le droit à la provocation et au blasphème.

Apporter tout son soutien à l’un de ces droits et, parallèlement en limiter un autre – celui relative à la vie privée – correspond à une des réalités de notre époque. Les Américains ont pris la tête, grâce à leur système  bien établi de surveillance des communications, en bien des endroits, y compris dans l’espionnage des dirigeants qui sont, a priori, leurs alliés[6].

Valls, natif d’Espagne et dont la femme est Juive, a soulevé un autre problème important. Lors d’une prise de parole, il a affirmé que la France sans les Juifs signifierait l’échec complet du projet républicain[7]. Il n’a pas précisé ce qu’il voulait exactement dire par ce commentaire. On peut considérer que c’est la façon de Valls de réagir aux nombreuses discussions en cours, à propos de l’émigration des Juifs de France vers Israël, en partie alimentée par le Premier Ministre israélien Binayamin Netanyahu. Valls a aussi déclaré : “Lorsque les Juifs de France sont attaqués, c’est la France qui est attaquée, c’est la conscience de l’humanité qui est attaquée. Ne l’oublions jamais[8].”

Cela dit, la duplicité française en ce qui concerne Israël, est toujours manifeste. En effet, les dirigeants français au plus haut niveau du gouvernement et Valls, en particulier, ont fait de leur mieux pour trouver les mots justes envers la communauté juive. A des niveaux intermédiaires et inférieurs du gouvernement français, cependant, des attitudes très différentes s’expriment. Dans la ville d’Aubervilliers, par exemple, le terroriste palestinien Marwan Barghouti s’est vu attribuer la citoyenneté d’honneur[9]. A Valenton, il a pris le nom d’une rue et d’un square[10]. En glorifiant Barghouti, ces municipalités sont des partisans indirects et des complices du terrorisme palestinien en particulier et du terrorisme tout court, en général.  

Une information a fait l’objet d’une fuite, à propos d’un autre genre de duplicité : Hollande aurait préféré que Netanyahu ne participle pas à la manifestation-monstre de Paris, le 11 janvier[11]. Et ceci même en dépit du fait que l’objectif de ce defilé consistait à dénoncer, entre autres, le massacre de Juifs à cause de leur seule qualité de Juifs. Et dès que Netanyahu a manifesté son intention de venir, Hollande s’est précipité pour inviter Mahmoud Abbas, le glorificateur des assassins-terroristes de civils israéliens, pour qu’il marche aussi à ses côtés[12].

Un débat incohérent s’est développé autour des meurtres récents, au sujet de l’émigration des Juifs de France. Supposer qu’en l’espace de quelques années, la majorité d’un demi-million de Juifs va quitter la France pour Israël est complètement irréaliste. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles un tel exode de masse ne se produira pas. Une des raisons est que beaucoup de Juifs de France se perçoivent exclusivement comme des citoyens français, avec peu d’affinités envers Israël, voire même à l’égard du peuple juif en général. Si la situation devenait intenable pour les Juifs en France, ceux-ci envisageraient probablement d’immigrer vers d’autres pays qu’Israël. Il existe déjà un nombre conséquent d’immigrants Juifs Français à Londres, Montréal, Miami et New York[13].

Même parmi ces Juifs qui aimeraient partir, il faut prendre en compte pas mal de contraintes. De nombreux Juifs de France ne parlent que le français et ne montrent pas de goût ou d’aptitudes particulières à apprendre aisément d’autres langues. Si on est d’âge moyen, fonctionnaire de rang intermédiaire du gouvernement français, vers quel type de métier peut-on s’orienter pour gagner sa vie en Israël?

Au-delà de ces considérations, il y a aussi les contraintes familiales. Aussi significative l’Aliyah peut-elle être, la France n’est quand même pas l’Union Soviétique. Les Juifs de France pourraient regretter un certain niveau de vie et de confort qu’ils ne sont pas sûrs de retrouver. Ces Juifs de France qui immigrent effectivement en Israël seront probablement originaires des parties les plus actives de la communauté juive et cela ne pourra qu’affaiblir encore plus cette communauté, de façon disproportionnée[14].

 

media_xll_7223223

Les Israéliens peuvent se demander pourquoi les Français ne parviennent pas à réaliser que les deux luttes que mènent la France et Israël contre le terrorisme sont, pour parler de façon générale, un seul et même combat. C’est ce que Netanyahu n’a de cesse de répéter à l’envi, mais sans le soutien substantiel et organisé d’une structure israélienne de contre-propagande –actuellement inexistante – cette idée ne prendra pas son élan[15].  C’est pourtant bien le cas, même si un peu plus de Français, à titre individuel, semblent s’accorder sur la similitude dans les formes de combat contre le terrorisme.

Hamas-manifestation-paris

L’absence d’une telle reconnaissance, cependant, ne résulte pas que de l’ignorance. Il y a une résistance politique de premier ordre, dans les politiques françaises et européennes, contre l’idée de se résoudre à cette vérité première. Admettre une telle ressemblance signifierait que le chateau de carte, patiemment édifié, avec ses mensonges en grand nombre et ses illusions entretenues, est sur le point de s’effondrer. S’accorder sur le fait que le combat d’Israël contre le terrorisme palestinien et la lutte de l’Occident contre le terrorisme musulman sont deux facettes d’un seul et même problème, voudrait dire que les hommes politiques européens devraient admettre que le conflit palestino-européen est loin d’être le problème central dans le monde, que la construction d’implantations juives n’est pas la seule et unique action , au Moyen-Orient, qui devrait être régulièrement condamnée et que la violence palestinienne n’est pas déterminée par des problèmes purement économiques, mais qu’elle a une énorme composante religieuse et idéologique.

Cela signifierait aussi qu’il faudrait reconnaître que les Palestiniens ne sont pas les victimes d’Israël,mais plutôt que les Palestiniens forment l’une parmi les nombreuses sociétés arabes qui sont, en partie, imprégnées par le crime et qui tiennent pour la vie humaine un bien piètre respect. Cela comprendrait, en outre, la mention du fait que le Hamas, qui est le parti palestinien le plus puissant, a une caractéristique islamonazie indélébile. Cela signifierait aussi la nécéssité, pour l’Europe, d’abandonner la pratique, fort répandue, de juger Israël à travers le prisme du double-standard. Il faudrait ajouter à cette liste de nombreux autres facteurs participant au montage mensonger de la romance européenne à l’égard du conflit palestino-israélien.

Par Manfred Gerstenfeld

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

Notes : 

[1] Manuel Valls : “Oui, la France est en guerre contre le terrorisme,” Le Monde, 13 January 2015.

[2] “Dans les collèges et lycées, le soutien à ‘Charlie Hebdo’ loin de faire l’unanimité,”Le Monde, 14 January 2015. [French]

[3] “Attentats de Paris: Al-Qaïda au Yémen menace la France de nouvelles attaques,” L’Express, 10 January 2015. [French]

[4] “Jean-Yves Le Drian, Sur Le Pied de Guerre en Libye,” Paris Match, 10 January 2015. [French]

[5] “Plus de 70 procédures ouvertes pour apologie et menaces d’actions terroristes,” Le Monde, 14 January 2015. [French]

[6] James Ball, « NSA monitored calls of 35 world leaders after US official handed over contacts, The Guardian, 25 October 2013.

[7] Jeffrey Goldberg, “French Prime Minister: If Jews Flee, the Republic Will Be a Failure, The Atlantic, 10 January 2015.

[8] Jeffrey Goldberg, “French Prime Minister: If Jews Flee, the Republic Will Be a Failure, The Atlantic, 10 January 2015.

[9] “Marwan Barghouti nommé Citoyen d’honneur de la ville d’Aubervilliers,” l’Humanité, 22 December 2014. [French]

[10] “Valenton Inauguration d’une rue Marwan-Barghouti, une première dans le monde,” l’Humanité, 18 September 2014. [French]

[11] ”Hollande asked Netanyahu not to attend unity march,” JTA, 12 January 2015.

[12] Itamar Marcus and Nan Jacques Zilberdik, “Abbas Hypocrisy:  Participated in the Anti-Terror march in France, while PA glorifies terrorists who kill Israelis”, Palestinian Media Watch, 11 January 2015.

[13] Uriel Heilman, “For embattled French Jews, mixed feelings about call to move to Israel,” JTA, 12 January 2015.

[14] Cnaan Liphshiz, “After attack, spike in emigration could deplete France’s Jewish community,” JTA, 13 January 2015.

[15] Herb Keinon, “Netanyahu at site of Paris attack: I expect world leaders to fight terrorism alongside Israel,” The Jerusalem Post, 12 January 2015.

10 Commentaires

  1. Etre pro-muzz ou etre antisioniste-semite ? La est la question, dont beaucoup connaissent la reponse et le jackpot qui vas avec. Malheureusement, c’est comme au casino, on gagne, on gagne….et puis d’un seul coup on perd sa mise et on sort plume! Bravo l’Europe, de combien de longueur va etre la « la liste Golda »?
    Alors, il ne faut pas se faire d’illusion, entre ceux qui persistent dans la betise et ceux qui ne veulent pas perdre la face. Tout ce que l’on peut esperer est que l’europe arrete de foutre sa merde et de monter le bourrichon a tous ces muzzs. Quand on y pense, ces islamistes ne sont-ils pas la caricature de la betise de l’Europe envers les USA ? Enfin, il est bon de se rappeler que Khomeiny, grand initiateur de la revolution islamique et des montage de tete qui s’en suivent, etait en exil en France en attendant que le chat degage……petrole oblige.
    Alors en France, on n’a toujours pas de petrole, mais est-ce que on va continuer a etre con ?

  2. Trouver du travail EST le vrai problème pour les Olims en Israël car, sans parler convenablement Hébreu on ne peut avoir un emploi équivalent à ceux qu’ils exerçaient en France. Le logement peut être résolu facilement s’il y a une volonté politique. Lors de l’expulsion des Juifs du Goush Katif et nord Samarie, les milliers de Caravillas ont été construites en 6 mois. Elles suffisent pour un temps de quelques années à ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter ou d’habiter à Tel Aviv ou Jérusalem.
    Beaucoup souhaiteraient vivre en Judée et Samarie, cœur d’Israël, là encore c’est une volonté politique et j’espère que le gouvernement qui sera élu en mars prochain annoncera que les Olims peuvent s’installer où ils veulent !
    En attendant d’arriver apprenez l’Hébreu, réfléchissez à de nouvelles professions, et pensez siurtout à l’avenir de vos enfants qui, lui, ne pourra être que meilleurs ICI ! Shabbat Shalom.

    • Les Olims peuvent s’installer où ils le veulent, je ne comprends pas. Personne ne vous oblige a passer par les mercaz klita non plus. Et puis Israël est déjà assez petite pour la réduire a Jeru et Tel-Aviv quand meme… L’alyah s’organise comme n’importe quelle expat: on apprend la langue et on cherche du boulot a la différence qu’ici, vous recevez une aide considérable pour réussir.

  3. Monsieur Gerstenfeld écrit: « C’est ce que Netanyahu n’a de cesse de répéter à l’envi, mais sans le soutien substantiel et organisé d’une structure israélienne de contre-propagande –actuellement inexistante – cette idée ne prendra pas son élan[ »
    C’est ce que je déplore et c’est pourquoi j’ai préparé un projet « Principes de contre-propagande offensive » paru dans Alyaexpress News. Je vous le ferais volontiers parvenir

    • J’observe depuis 1967 la dramatique montée en puissance de la propagande antisioniste en France et en Europe.

      L’absence de contre propagande par Israël depuis plus de 40 ans est absolument stupéfiante, voire invraisemblable. Il n’y a tout de même pas que des imbéciles là-bas!
      Je ne vois qu’un motif pour expliquer cela, malheureusement: Israël profite peut-être de cette propagande devenue antijuive pour que davantage de Juifs bien éduqués aillent en Israël. Si c’est bien le cas, c’est profondément immoral.

  4. Article très pertinent ,Oui bien sur dans l’absolue On aimerait tous partir
    Mais une fois la bas On fait quoi?
    Trouver un travail et un logement doit être aussi compliquer En Israël qu’ici .
    Et nous n’avons pas envie d’être une charge supplémentaire Pour Israël
    j’ai 56 ans, j’ai fait tant bien que mal ma vie ici , il fallait partir avant
    je n’ai pas eu ce courage, tant pis je dois l’assumer
    Je vais me « battre » ici pour défendre mon identité juive c’est le seul moyen de rester digne
    et de continuer mon judaïsme.
    Depuis plus de 60 ans Israël a fait de nous, Juifs de la diaspora, des femmes et des homme libres
    A nous maintenant de faire en sorte Qu’Israël soit fier de nous.
    Amen

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.