Erdogan de Turquie accueille une importante délégation du Hamas avec à sa tête un architerroriste recherché

Le Hamas et le parti au pouvoir en Turquie ont les mêmes racines chez les Frères musulmans, matrice de l’Etat Islamique et d’Al Qaïda (alliés en Syrie et en Libye).

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan (crédit photo: HANDOUT / REUTERS)
Le président turc Recep Tayyip Erdoğan planificateur de chaos au Moyen-Orient et en Afrique (crédit photo: HANDOUT / REUTERS)

Le Président de Turquie, Recep Tayyip Erdogan a accueilli une importante délégation du Hamas, samedi à la veille de la visite du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo en Israël.

La réunion était la dernière d’une série de réunions de haut niveau du Hamas en Turquie qui ont toutes été organisées sous la pression d’Erdogan et son équipe. Ankara est un partisan du Hamas, accusé d’avoir planifié des attaques contre Israël depuis Istanbul en Turquie. Le pays a donné la citoyenneté aux membres du Hamas, selon les comptes rendus des médias au Royaume-Uni. Le Hamas et le parti au pouvoir en Turquie ont des racines communes chez les Frères musulmans, une organisation extrémiste religieuse d’extrême droite. Les membres de la Fraternité sont accusés d’avoir et de répandre des opinions antisémites chez leurs adeptes.

Saleh Al Arouri, 2 août 2017 à Beyrouth, où il est censé résider sous protection du Hezbollah (enfin, les accidents et explosions à Beyrouth sont fréquents bien qu’inopinés)

Le Hamas a salué la rencontre avec Erdogan samedi dans un communiqué de presse. Il a déclaré que la délégation comprenait le chef adjoint du Hamas Saleh al-Arouri, le chef du Hamas à l’étranger Maher Salah, le chef des religions arabe et islamique du Hamas Ezzat al-Rihiq et le représentant du Hamas en Turquie Jihad Yaghmor. Arouri est un terroriste recherché, dont la tête vaut 5 millions de $ sur le marché américain.

Le chef du Hamas Ismael Haniyeh «a félicité Erdogan pour l’avènement d’une nouvelle année Hijri, la découverte d’un nouveau champ de gaz naturel et la réouverture de la mosquée Aya Sofia (ancienne basilique Sainte-Sophie, quand les Etats chrétiens se battaient encore pour leurs droits chez eux et au Moyen-Orient) ». La mosquée a été ouverte dans ce qui avait été un musée et une église historique. C’est l’une des deux anciennes églises que le régime d’Ankara a récemment transformées en mosquées.

Le Hamas dit qu’il a informé Erdogan de l’évolution fr la «cause palestinienne» et s’est plaint des plans d’annexion d’Israël. Ces plans sont maintenant en suspens après qu’Israël et les Émirats arabes unis ont accepté de normaliser leurs relations. Le Hamas, l’Iran et la Turquie s’opposent à l’accord de normalisation israélien avec les Émirats arabes unis. Le Hamas a déclaré qu’il travaillait contre la «judaïsation de Jérusalem» par Israël.

Raf Sanchez de NBC a souligné sur Twitter que le second à la droite d’Erdogan lors de la réunion se trouvait Arouri, un terroriste désigné aux États-Unis avec une prime de 5 millions de dollars sur sa tête.

Erdogan a critiqué les États-Unis ces dernières années, affirmant qu’ils travaillaient avec des «terroristes» en Syrie parce que Washington avait soutenu les combattants kurdes contre l’EI. Il semble pourtant bien que ce soit le gouvernement d’Ankara qui accueillait samedi des terroristes recherchés.

Le 13 août, le Telegraph a rapporté que la Turquie accordait la citoyenneté aux hauts responsables d’une cellule terroriste du Hamas. En décembre dernier, le journal a également rapporté que le Hamas avait planifié des attaques depuis la Turquie. Un article récent du Times au Royaume-Uni affirmait qu’Israël considérait de plus en plus la Turquie comme une menace. Une évaluation annuelle de Tsahal de l’année dernière aurait mentionné la Turquie pour la première fois comme représentant un «défi».

LA REUNION avec le Hamas en Turquie a eu lieu au manoir du sultan ottoman Vahdettin à Istanbul. Le manoir monumental était la maison du dernier sultan ottoman et a été rénové en 2014 pour qu’Erdogan accueille des réunions dans la ville historique. La réunion devait symboliser la Turquie, membre de l’OTAN, tentant d’embrasser son héritage ottoman alors qu’Erdogan défie de plus en plus la Grèce, la France, l’Égypte et d’autres en Méditerranée.

Israël a récemment soutenu la Grèce, alors que la Turquie augmentait la pression. En outre, Israël a signé un accord de construction d’un gazoduc avec la Grèce, Chypre et l’Égypte et a également signé un accord avec la Grèce. La Turquie a, à son tour, envoyé une flotte sous le couvert d’un navire de recherche en Méditerranée et envoyé des mercenaires syriens se battre en Libye dans le cadre d’un accord avec la Libye pour revendiquer une Zone d’Exploitation Exclusive sur la mer entre les deux pays, provoquant la colère de la Grèce.

Les Émirats arabes unis et l’Égypte soutiennent la faction basée à Benghazi en Libye contre les factions soutenues par la Turquie à Tripoli. L’objectif général de la Turquie est d’unir le Hamas, le Qatar et le gouvernement d’accord national à Tripoli dans une coalition qui semble de plus en plus ancrée dans des partis liés aux Frères musulmans, dans le cadre d’une grande coalition contre les Émirats arabes unis, Israël, l’Égypte, la Grèce et d’autres pays (dont la France et la Russie).

La visite du Hamas en Turquie et la délégation de haut niveau qu’elle comprenait visaient à traiter le groupe terroriste comme un gouvernement égal au régime d’Ankara, comme si le Hamas représentait les Palestiniens à un moment où Israël et les Émirats arabes unis ont signé un accord. Il survient à la veille de la visite de Pompeo en Israël, probablement dans le cadre d’un message à délivrer à l’ensemble du Moyen-Orient (qui n’entame que des fragments du plan Trump pour la paix, à la veille d’élections cruciales).

Alors que la Turquie a été un allié historique des États-Unis et était autrefois également proche d’Israël, la réunion visait à montrer qu’Ankara travaille désormais main dans la main avec le Hamas dans le cadre des relations de plus en plus étroites de la Turquie avec l’Iran et de son achat de systèmes de défense aérienne de Moscou.

Le Hamas reçoit le soutien de Téhéran. Aucun autre pays au monde n’offre au Hamas le grand accueil de haut niveau que la Turquie donne régulièrement – pas même l’Iran, le Qatar et la Malaisie. Le concept derrière cette réunion semble être d’accroître l’apparence de légitimité du Hamas à un moment où Israël et les Émirats arabes unis font la paix, afin de rehausser la stature du Hamas (- milice de nuisances, qui n’a pour faits d’armes que la gêne régulière occasionnée par les tirs de roquettes et lancements de ballon piégés dans le Sud d’Israël-).

Adaptation : Marc Brzustowski

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bonaparte

Tout se paye dans la vie .

Patience .