« Bâtir le mur » : Trump prévoit un séjour en Israël en Juillet 
Pour Donald Trump, la barrière de 240 kms qu’Israël a érigée le long de sa frontière avec l’Egypte est une démonstration primordiale des slogans centraux de sa campagne. 

TrumpInIsrael

Donald Trump, le candidat républicain qu’on présume nominé pour la Présidentielle américaine, prévoit de se rendre en visite en Israël durant quelques jours avant l’ouverture de la convention de son parti Républicain, à Cleveland, le 18 juillet, selon les sources de Debkafile à Washington et Jérusalem. Mais les dates exactes de cette visite, les personnalités publiques israéliennes qu’il rencontrera et les lieux qu’il visitera font encore l’objet de discussions.

L’agenda de ce séjour est prévu pour que Trump rejoigne le hall d’entrée de la Convention en débarquant directement d’Israël, alors qu’il diffusera des déclarations de soutien à l’Etat Juif tout au long du trajet. De manière toute aussi importante, il garantira de mettre un terme à l’accord de coopération militaire secrète entre les Etats-Unis et l’Iran, s’il est élu Président, tout en avertissant l’Iran contre toute idée de poursuivre le développement de ses programmes d’armement en missiles balistiques et nucléaires. Cette visite et sa programmation sont en train d’être peaufinés par le conseiller judiciaire du candidat dans ses affaires et son conseil en matière d’affaires israéliennes, Jason Dov Greenblatt, qui est un Juif Orthodoxe du New Jersey et par Ron Dermer, l’Ambassadeur d’Israël à Washington.

Trump a, de toute évidence, changé d’avis depuis décembre 2015, quand il avait annoncé : « J’ai décidé de reporté mon voyage en Israël et de prévoir mes rencontres avec Netanyahu à une date ultérieure, après que j’aurai été sacré Président des Etats-Unis ».

A cette époque, il y avait 16 Républicains qui concouraient pour la Présidence et très peu d’experts des renseignements israéliens imaginaient lke candidat idéal qui tiendrait le coup assez longtemps pour défier Hillary Clinton.

Si la visite de Trump s’était déroulée il y a sept mois, il n’aurait consisté à guère plus qu’à une opération-photos de serrage de mains avec Netanyahu. La visite prévue à ce stade aura une importance pratique.

Les des objectifs importants de Trump serait de démontrer la faisabilité du mur qu’il est en train de vendre chèrement entre les Etats-Unis et le Mexique, afin d’infléchir l’afflux de migrants illégaux vers les Etats-Unis. Il espère pointer du doigt les 240 kms de barrière qu’Israël a érigée le long de sa frontière avec l’Egypte comme un bon exemple de l’un de ses slogans centraux de campagne : Bâtir le Mur. C’est un fait que la barrière du Sinaï endigue le flux de millions de migrants potentiels arrivant en Egypte et de là cherchant à passer en Israël. Le mur, construit en 2015, s’est avéré suffisamment massif pour agir comme une barrière contre les intrusions de Daesh venant du Sinaï égyptien.

Une visite à cette barrière du Sud sera essentielle pour apporter du sens à la visite de Trump, en plus des explications fournies par des officiers de haut-rang de Tsahal et un flash de photo avec des soldates et soldats du bataillon mixte Karakal qui défendent la barrière. Il y aura aussi une visite jusqu’à la barrière sécuritaire dans le nord, le long de la frontière avec la Syrie et le Liban.

Ces tournées donneront à Trump l’occasion de parler de son soutien à Israël et lui permettront aussi de critiquer la politique du Président Obama et celleenvisagée par Hillary Clinton, concernant ce qui se passe et se poursuit au-delà de ces barrières frobntalières, dans les guerres en Syrie et en Irak contre Daesh.

Trump sera aussi en mesure de s’exprimer opposé au soutien de Washington aux forces iraniennes qui prennent part à ces guerres et de dénigrer la coopération américano-iranienne sous couverture. Il est conscient du fait que l’un des tous derniers objectifs d’Obama avant de quitter le Bureau Ovale est de mettre en avant la détente entre l’Iran et les Etats-Unis comme l’une de ses réussites majeures.

En effet, après sa visite à Kobe et Hiroshima au Japon, Obama se prépare à voyager vers Téhéran ou toute autre direction, afin de tenir une réunion avec le Président iranien Hassan Rouhani. Les sources iraniennes de Debkafile révèlent que la Maison Blanche a déjà envoyé des pisteurs à cette fin. Au cours de la visite à venir de Trump vers la frontière le long de la frontière Nord, il déclarera ses intentions de bloquer de telles avancées dès qu’il entrera à la Maison Blanche.

 

DEBKAfile Reportage Exclusif 1er juin 2016, 7:30 PM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski

2 Commentaires

  1. L’un rend visite à Israel ,l’autre va en Iran . A vous de choisir selon vos préférences et l’idée que vous vous faites de votre avenir et de celui de vos enfants .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.