L’université de Berkeley en Californie est critiquée pour avoir créé des « zones sans juifs »

Le règlement controversé, mis à jour pour la nouvelle année universitaire par un groupe pro-palestinien sur le campus, dit qu’il vise à arrêter la propagation des croyances sionistes.

« [Les organisations] n’inviteront pas d’orateurs qui ont exprimé leur intérêt et continuent d’avoir des opinions, d’héberger, de parrainer ou de promouvoir des événements en faveur du sionisme, de l’État d’apartheid d’Israël et de l’occupation de la Palestine », déclare le règlement, rédigé par le Berkeley Étudiants en droit pour la justice en Palestine.

Mais la politique – qui interdit également au doyen juif de l’école de parler – a été rapidement qualifiée d’attaque antisémite contre la liberté d’expression dans un environnement censé accueillir des voix diverses.

« Berkeley développe des zones sans juifs », a écrit l’écrivain Kenneth Marcus dans une chronique d’opinion pour le Jewish News Syndicate.

« Si ce n’était pas si effrayant, on pourrait reconnaître l’ironie à la vue des progressistes du campus qui essaient si fort de signaler la vertu qu’ils sont victimes d’une profonde honte morale », a-t-il fulminé.

Le doyen de l’école, Erwin Chemerinsky, qui est lui-même juif , a critiqué la règle, affirmant qu’elle l’empêchait de prendre la parole lors des événements.

Le règlement controversé de l’UC Berkley, mis à jour pour la nouvelle année universitaire par un groupe pro-palestinien sur le campus, affirme qu’il vise à arrêter la propagation des croyances sionistes.

« Il est troublant d’exclure largement un point de vue particulier de l’expression », a-t-il déclaré au Jewish News of Northern California . « Pris littéralement, cela signifierait que je ne pourrais pas être invité à parler parce que je soutiens l’existence d’Israël, même si je condamne nombre de ses politiques. »

Le règlement note que l’objectif d’interdire les orateurs pro-israéliens est de « protéger la sécurité et le bien-être des étudiants palestiniens ».

Les groupes de campus qui ont adopté la règle comprennent l’Association des étudiants musulmans en droit de Berkeley, l’Association des étudiants en droit du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

Le Womxn of Color Collective, le Queer Caucus, l’Association des étudiants en droit d’Asie-Pacifique et d’autres groupes l’ont également adopté.

Source : infos-israel.news

6 Commentaires

  1. soit c est un zone où il est interdit de parler à la fois d Israël , et de la Palestine … ou soit les deux on le droit , dont essayé de se comprendre … Mais on ne peut pas accorder un droit un l un , et pas à l autre … c est logique

  2. Une université aux mains des antisionistes/antisémites. L’Amérique des Biden et Blinken et autres démocrates montre son vrai visage, une Amérique où être juif et sioniste est dangereux et les campus sont le terrain de jeu des AOC, Tlaib, Omar pour leur politique raciste.

  3. Mais qu’attendent les juifs américains pour se better contre ces islamistes
    Qui fait la loi dans cette université nazie
    Merci à obama d’avoir fait rentrée 10 millions d’arabes en 2 mandats pour installer les arabes en nombre aux usa avec l’aide financière du Qatar et de l’Arabie saoudite
    Les juifs américains doivent déclencher des émeutes dans cette université de bougnoules
    Il faut mettre le feu dans cette université et s’en prendre aux responsables Nazis ou islamistes et les excclure de cette université
    Juifs américains réveillez vous et aidez vos étudiants à éliminer cette race de nazis
    Demandez aux célébrités juives ou chrétiennes d’intervenir et d’isoler cette université
    Les arabes là où ils arrivent créent l’anti sionisme qui n’est autre wue l’anti judaïsme
    C’est une race à éliminer qui veut éliminer les américains juifs
    Comme d’habitude ces arabes détruisent et volent ce qui a été construit par les judéo-christianismes chrétiens c’est la peste noire qui arrive avec eux

  4. Un ramassis de musulmans criminels en puissance, de juifs renégats et de chrétiens antijuifs ravis de pouvoir exhaler leur haine. Je ne comprends pas qu’il n’y ait aucune réaction à cette infamie, violente si cela se révèle nécessaire. Je réprouve également, violemment, la réponse « molle » et « pleurnicharde » du doyen de l’école, qui ne trouve rien de plus opportun que d’affirmer qu’il condamne nombre des politiques d’Israël. Dans cette affaire qui appelle la plus brutale réaction, nous nous trouvons avec les pires ennemis d’Israël face à ses pires défenseurs. Seul, en fait.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.