Les Etats-Unis et la Russie débattent intensément des limites de possibles frappes américaines contre l’empoisonneur au Gaz, Assad

Many of the gas victims were children

Beaucoup des victimes des armes chimiques d’Assad sont des enfants
01:01

L’Administration Trump est clairement au bord d’une action militaire contre le régime Assad, à en juger par la rhétorique tonitruante  de ses responsables de haut-rang, mercredi 5 avril dans la nuit. Le Président Donald Trump a déclaré que l’attaque horrifiante au gaz chimique avait franchi « de nombreuses, trop nombreuses lignes rouges », selon lui. « Il en va maintenant de ma responsabilité de répliquer à cette crise. Mon attitude envers la Syrie ety Assad vient brusquement de changer énormément ».

Le Vice-Président Mike Pencea déclaré, plus tard, que « toutes les options sont sur la table », alors que l’Ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley a alerté la réunion d’urgence du Conseil de Sécurité de l’ONU que les pays « pourraient être obligés d’agir à titre individuel si l’organisme mondial ne prend pas d’option sur une action collective, à la suite de l’attaque empoisonnée au gaz chimique en Syrie. L’Ambassadrice parlait alors qu’elle s’attendait à ce que les Russes posent leur veto contre un projet de résolution américano-britannico-français condamnant la Syrie pour l’usage d’armes chimiques.

Israël s’est aligné sur la position de Washington sur ce sujet,quand le Ministre de la Défense Avigdor Lieberman a, jeudi, évoqué des preuves dont dispose Israël que l’ordre de lancer des bombes au Gaz Sarin sur la ville de Khan Sheikhun provenaient directement du dictateur syrien Bachar El Assad. Le Président russe Vladimir Poutine, pour sa part, a sorti l’artillerie lourde, à la fois, afin de vaincre une éventuelle condamnation de l’ONU contre le dirigeant syrien, en prétendant que les bombes ont touché un dépôt d’armes toxiques appartenant aux rebelles, et en tentant de faire reculer une éventuelle frappe militaire américaine pour le punir.

Jeudi matin, le Président Trump lui-même était encore aux prises avec trois décisions majeures :

1. Déterminer l’ampleur cde l’opération militaire dans l’arène syrienne compliquée. Devrait-il prendre pour cible une cible du régime ou de son armée, ou aussi étendre cette attaque de façon à faire refluer la présence iranienne et cdelle du Hezbollah? L’idée derrière cette dernière option est que si le but est d’affaiblir Assad, pourquoi ne pas y aller carrément et frapper ses forces étrangères qui lui apportent le soutien nécessaire à ce type de bombardement au Sarin?

2. Il doit éviter tout affrontement avec les forces russes. Cependant, la Russie pourrait donner son accord afin de rester hors du coup et ne pas entreprendre d’action pour la défense du régime Assad, mais elle exigerait certainement en retour d’être informée par avance des limites précises d’une telle opération militaire.

Les sources des renseignements militaires de Debkafile ont révélé jeudi, que Washington et Moscou ont verrouillé les portes pour poursuivre d’intenses négociations durant des heures concernant une éventuelle attaque. On doit encore en attendre les résultats.

3. L’arrivée du Président chinois  Xi Jinping, jeudi, pour deux jours de pourparlers avec Trump à sa résidence d’été en Floride, est un facteur de complications graves. Une décision de la part du Président américain de se lancer dans une action militaire contre la Syrie aurait besoin d’être suffisamment puissante,afin d’impression son hôte quant à la détermination de l’Amérique, non seulement de couper les ailes d’Assad, en matière d’utilisation de’armes chimiques, mais aussi celles du dictateur Nord-Coréen Kim Jong-Un, à moins que la Chine n’intervienne directement pour infléchir les aspirations nucléaires de son belliqueux voisin.

 

DEBKAfile Special Reportage Spécial 6 Avril 2017, 11:07 AM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.