Dans une interview au « JDD », l’acteur français indique qu’il a été la cible de menaces et d’insultes après sa conversion au judaïsme.

Le comédien Dany Boon indique avoir été "inondé d'insultes et de menaces anonymes" à la suite de sa conversion au judaïsme. Photo d'illustration.

 

Le rire comme arme, Dany Boon l’a choisi très tôt. Dès son plus jeune âge, comme il le confie ce dimanche au JDD. « Dès mon enfance, j’ai connu le rejet avec un père kabyle musulman laïque et une mère catholique », raconte-t-il au journal. « J’ai vu le racisme contre les Kabyles de la part des Algériens, mais aussi l’exclusion de ma famille maternelle qui prenait mon père pour un Arabe. J’étais une minorité dans ma propre famille », explique-t-il.

Alors, oui, le comédien se dit « rodé en matière de racisme ». Encore plus depuis qu’il s’est converti, il y a 13 ans, au judaïsme. Il se rappelle encore d’une remarque d’un journaliste à ce sujet : « Maintenant que vous êtes juif, vous êtes riche. » Ce à quoi il avait immédiatement répondu : « J’étais riche quand j’étais catholique et il existe aussi des juifs pauvres. » Le réalisateur du célèbre Bienvenus chez les Ch’tis ajoute qu’il a aussi été « inondé d’insultes et de menaces anonymes ». Et « ça continue encore aujourd’hui ».

« L’esprit Charlie est toujours vivant »

Dans cet entretien, Dany Boon revient également sur la marche du 11 janvier consacrée aux victimes des attentats de Charlie Hebdo. Un événement qui l’a « bouleversé ». « J’étais venu exprès de Los Angeles pour participer à ce formidable élan national », se souvient-il. « Je n’étais pas dans le cortège VIP avec les chefs d’État, je voulais me joindre à la foule. »  Pour l’acteur français, « l’esprit Charlie » est en tout cas « toujours vivant ». Même si « chacun est rentré chez soi » et que « le problème demeure ».

« Le problème » ? « C’est une secte très puissante qui n’a rien à avoir avec la religion », indique le comédien, qui parle de jeunes désocialisés, fragiles, qui n’ont reçu aucune éducation religieuse et qui tombent, du coup, « dans le panneau ». Dany Boon sait toutefois pertinemment qu’il y aura « toujours des gens pour faire des amalgames avec l’islam et les musulmans ». Il rappelle d’ailleurs un récent événement, l’affaire du bikini de Reims, qui avait créé l’emballement médiatique. « Certains se sont sentis immédiatement obligés de dire attention, il ne s’agit pas d’un conflit religieux. Cela en dit long sur l’état de l’opinion en matière d’islamophobie. »

Le Point.fr

Dany Boon : le comédien, qui a adopté le judaïsme, reçoit toujours autant d’insultes et de menaces.

Depuis sa conversion au judaïsme, Dany Boon se dit toujours victime d’insultes et de menaces. Un intolérance qui dure pour lui depuis déjà 13 ans.

Dany Boon dénonce les clichés sur le judaïsme.

Ce n’est un secret pour personne, Dany Boon s’est converti au judaïsme suite à son mariage avec Yaël Harris, il y a 13 ans. Une religion qu’il n’hésite d’ailleurs pas à tourner en dérision notamment dans le prochain film d’Yvan Attal, où il incarne un juif sans le sou et souhaitant renier son identité. Dans une interview accordée au JDD, le comédien en profite ainsi pour évoquer les clichés trop souvent attribués à sa communauté.

« Un journaliste m’avait balancé : ‘Maintenant, que vous êtes juif, vous êtes riche’. Je l’ai immédiatement rassuré : ‘J’étais riche quand j’étais catholique et il existe aussi des juifs pauvres' », a-t-il révélé, tout en avouant être toujours victime d’intolérance. « J’ai compris que ma conversion était réussie quand j’ai été inondé d’insultes et de menaces anonymes. C’était il y a treize ans, et ça continue encore aujourd’hui », a-t-il confié, alors qu’il se dit « rodé en matière de racisme ».

« J’ai opté pour l’humour »

« Dès mon enfance, j’ai connu le rejet avec un père kabyle musulman laïc et une mère catholique. J’ai vu le racisme contre les Kabyles de la part des Algériens, mais aussi l’exclusion de ma famille maternelle qui prenait mon père pour un Arabe. J’étais une minorité dans ma propre famille, où l’on vivait une forme d’exil intérieur. Comme mon père était boxeur, on ne l’emmerdait pas trop. J’étais moins costaud, donc j’ai opté pour l’humour. Je voulais comprendre pourquoi on me rejetait », a expliqué Dany Boon pour qui « le rire a toujours été une forme de réparation ».

Ce n’est pas la première fois que Dany Boon évoque le racisme et l’antisémitisme. « En France, je me fais amplement insulter et menacer quand je prends position pour Israël. La montée de l’antisémitisme ne s’observe pas juste en France, mais partout en Europe », avait-il déjà déclaré lors d’un entretien à la chaîne i24news, en décembre dernier.

MetroNews

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.