Climat: Appel des scientifiques aux élus de la start-up nation

1
232

Climat: Appel des scientifiques aux élus de la start-up nation

November 12, 2019  Dominik Döhler

 

 

 

 

 

 

Les scientifiques israéliens ont lancé, à l’initiative de la Société israélienne des Sciences de l’Environnement et de l’Ecologie, une pétition interpellant leur gouvernement et les citoyens à prendre des mesures significatives pour lutter contre les changements climatiques dont “les effets sur le terrain sont déjà visibles et nocifs”.

 

Une pétition pour dénoncer le laxisme

En tant que “Start up nation”, nous avons le devoir de prendre part à la lutte pour limiter les conséquences du dérèglement climatique et confirmer l’engagement d’Israël, signataire de l’Accord de Paris, souligne cette pétition, diffusée à l’occasion de la Semaine du climat organisée par l’ONU à New York.

Les experts soulignent que leur pays, grâce à sa capacité d’innovation et à son expérience accumulée au cours des années dans les nouvelles technologies, a les moyens de participer de manière significative au combat contre le dérèglement climatique, mais ne le fait pas suffisamment.

Les succès enregistrés par les entreprises israéliennes dans le domaine du traitement des eaux avec le recyclage des eaux usées, la désalinisation, la micro irrigation… doivent être mis à profit également pour lutter contre le réchauffement climatique.

Leader dans le domaine de l’Environnement, de nombreuses start up israéliennes ont exporté leur technologie à l’étranger et doivent aussi être mise à contribution dans leur propre pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Leur appel  intervient alors que les inquiétudes s’accentuent sur l’avenir de la planète avec le désengagement des Etats-Unis de l’Accord de Paris signé en 2015, et l’aggravation de la crise climatique suite à la publication de nouvelles études prouvant que les températures moyennes augmentent plus vite que prévu, malgré les mesures déjà mises en place.

Ainsi octobre 2019 a été le mois d’octobre le plus chaud jamais enregistré sur la planète, selon Copernicus une agence gouvernementale européenne  ajoutant qu’il s’agit du 5e mois consécutif battant ou s’approchant d’un record.

L’environnement un sujet aussi grave que la sécurité

En Israël et au Moyen-Orient, région fortement concernée par le dérèglement climatique,  le constat est grave, soulignent les experts.  Selon de nouvelles études les températures moyennes entre 2015 et  2019 vont être nettement supérieures aux évolutions constatées lors des périodes précédentes.

Les hivers sont plus courts et le nombre de jours de pluie diminue. La saison sèche est plus longue qu’auparavant  et se traduit par des risques élevés de feux de forêt au cours des premiers mois de l’hiver. Par ailleurs, les inondations sont plus fréquentes car les précipitations, même moins nombreuses, sont bien plus intenses. Il a été constaté une nette hausse des températures, la journée comme la nuit. Sur les seules 3 dernières décennies, les températures moyennes ont progressé de 1,8°C en Israël.

Les scientifiques soulignent que toutes les prévisions montrent que le réchauffement va s’accentuer.  Israël va devoir se préparer à gérer cette crise climatique qui se profile pour éviter des conséquences dramatiques sur l’économie et le bien-être de ses habitants.

C’est un sujet aussi grave et sensible que les questions sur la sécurité de l’Etat hébreu et sur la place d’Israël sur la scène internationale,  soulignent-ils.

 Sur les seules 3 dernières décennies, les températures moyennes ont progressé de 1,8°C en Israël. Photo by Shai Pal on Unsplash

Des objectifs hors d’atteinte

 Signataire des accords de Paris sur le climat, Israël s’est engagé à optimiser sa composition énergétique et à générer au moins 10 % de son électricité à partir d’énergies renouvelables et durables à l’horizon 2020.

Le ministre israélien de la Protection Environnementale Ze’ev Elkin a déclaré qu’Israël ne se retirerait pas de l’accord de Paris, contrairement aux Etats-Unis. “Israël attache une grande importance à la gestion de la crise climatique et s’engage à atteindre ses objectifs”, a-t-il indiqué récemment.

Dans le cadre de l’Accord de Paris, Israël a promis, d’ici 2030, de maintenir ses émissions de gaz à effet de serre autour de leurs niveaux actuels. En prenant en compte l’augmentation de la population, le plan prévoit donc une réduction des émissions de gaz à effet de serre d’environ 26 % par habitant. L’État hébreu s’est également engagé à multiplier par huit ses sources d’énergie renouvelable, à mettre en place des bâtiments plus propres afin de promouvoir l’efficacité énergétique et à investir dans les transports publics.

Appel à la création d’un comité indépendant

Les scientifiques  dans leur pétition estiment que les pouvoirs publics ne sont pas suffisamment actifs. Rédigée par des experts multi-disciplinaires, le texte appelle à la création d’un comité indépendant dont la tâche sera d’évaluer les besoins et les risques qui pèsent  sur le pays. Ce comité indépendant réunira des spécialistes de l’environnement dans divers domaines et collaborera avec des instituts de recherche.
Ce comité aura, selon le texte de la pétition, “ le devoir de soutenir la mise en place d’une politique publique  pour limiter les conséquences du changement climatique et mieux anticiper les moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre”.

La pétition demande aux élus d’adopter immédiatement des mesures et notamment d’améliorer  ses engagements dans le cadre de l’Accord de Paris et de réduire de manière plus drastique ses émissions de gaz à effet de serre. Il faut accélérer la transition énergétique et encourager la production d’énergie renouvelable car les objectifs fixés ne seront pas atteints, au rythme actuel.

Outre le recours à l’énergie verte les experts soulignent que le contrôle sur les émissions de gaz à effet de serre doit être plus sévère. Ils regrettent également que le public israélien soit insuffisamment investi dans la lutte contre le dérèglement climatique et demande aux pouvoirs publics de renforcer leurs actions pour augmenter la prise de conscience collective et améliorer ses efforts d’information envers les jeunes, dans l’éducation.

Israël avec près de 200 pays a signé l’accord de Paris sur le climat de 2015, visant à limiter le réchauffement planétaire à moins de 2 degrés Celsius d’ici la fin du siècle. Mais de nombreux gouvernements s’inquiètent du manque de résultats sur le terrain et prennent conscience que  les actions peinent à être mises en place . Selon le rapport de l’ONU de septembre, il faudrait réduire par trois les émissions de CO2 pour éviter la poursuite du réchauffement climatique de 2°C et même diviser par 5 pour atteindre l’objectif d’une hausse limitée à 1,5°C .

Lors de la semaine du climat lancée par l’ONU fin septembre des dirigeants de la planète ont rappelé l’urgence d’agir pour limiter le réchauffement climatique.  Les objectifs mis en place pour réduire les gaz à effet de serre n’ont pas eu les effets prévus et  la crise s’aggrave.

Quelque 65 pays se sont engagés à éliminer totalement leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, tandis que 70 autres ont fait savoir qu’ils se consacraient d’ores et déjà à renforcer leurs plans d’action nationaux ou qu’ils étaient déterminés à s’y employer d’ici 2020. Plus de 100 dirigeants d’entreprises ont pris des mesures concrètes en vue de respecter les objectifs de l’Accord de Paris et d’accélérer la transition de l’économie grise à l’économie verte pour agir sans tarder et éviter le pire.

Ce combat est également celui d’Israël et doit devenir une priorité du gouvernement et être considéré comme un enjeu national, résument les scientifiques dans leur pétition.

Cet article de ZAVIT a également été publié dans Israël Science Info le 13/11/2019.

1 COMMENT

  1. Pourtant, en Israël, on utilise l’énergie solaire depuis plusieurs dizaines d’années, principalement pour chauffer l’eau des chauffe-eau posés sur le toit des maisons

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.