Jerusalem, Israel.- Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu (center) meets with US National Security Adviser Robert O'Brien (left) and US Senior Presidential Advisor Jared Kushner (right) in Jerusalem, Israel on August 30, 2020. Israel secretly discusses with many leaders of Arab and Muslim countries to normalize relations with the Hebrew State, Prime Minister Benjamin Netanyahu said this Sunday (30). Netanyahu made the remarks on the eve of the "first direct commercial flight" between Israel and the United Arab Emirates, following the normalization agreement between the two countries announced on August 13 with the mediation of the United States.

À l’aube de l’ère Biden, Netanyahu redouble de détermination contre l’accord avec l’Iran – analyse

Le changement imminent de la garde à Washington et le désir naturel de Netanyahu de vouloir commencer avec le président du bon pied ne changent pas sa vision du JCPOA. Il est prêt à l’affrontement. 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset à Jérusalem (crédit photo: RONEN ZVULUN / REUTERS)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset à Jérusale (crédit photo: RONEN ZVULUN / REUTERS)
Quelques jours avant que les membres du Collège électoral américain ne votent officiellement, dont 306 allant lundi à Joe Biden et 232 au président américain Donald Trump, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a retiré une photo de couverture sur sa page Facebook de lui durant une rencontre avec Trump.

À sa place, Netanyahu a posté ses meilleurs vœux de Hanoukka.

Était-ce un signe que Jérusalem se préparait à la fin de l’ère Trump et au début du règne de Biden – malgré le refus de Trump de concéder sa défaite? Ou était-ce simplement un désir du Premier ministre de souhaiter à ceux qui viennent à son page un bon Hanoukka?

La signification de ce pivotement d’images sur Facebook est ouverte à l’interprétation. On ne peut cependant pas en dire autant des paroles que Netanyahu a prononcées sur l’Iran dimanche, lors d’une conférence de presse à Jérusalem, avec le conseiller sortant à la sécurité nationale, Robert O’Brien. Là, Netanyahu a envoyé un message fort à la nouvelle administration Biden, et il n’y avait absolument aucune équivoque quant à son intention.

«Les Israéliens et les Arabes ont félicité le président Trump lorsqu’il s’est retiré de l’accord nucléaire iranien raté ; lorsqu’il a réimposé et renforcé des sanctions sévères contre l’Iran; quand il a éliminé l’architerroriste iranienne, Qasem Soleimani.

«Lorsque les Israéliens et les Arabes sont d’accord sur tant de choses, il est logique que le monde y prête attention. Après tout, nous vivons dans cette région. Nous en savons quelque chose », a déclaré Netanyahu, en employant un ton très direct pour faire savoir à l’administration Biden qu’elle aussi ferait bien d’y prêter attention.

«Tant que l’Iran continuera d’assujettir et de menacer ses voisins; tant que l’Iran continuera d’appeler à la destruction d’Israël; tant que l’Iran continuera à financer, équiper et former des organisations terroristes dans toute la région et dans le monde; et tant que l’Iran persiste dans sa dangereuse quête d’armes nucléaires – et des moyens de les véhiculer – nous ne devrions pas retourner aux affaires en faisant comme d’habitude avec l’Iran », a-t-il dit. «Nous devons tous nous unir pour empêcher cette menace majeure contre la paix mondiale.»

Les paroles de Netanyahu ont été prononcées aux côtés d’O’Brien, mais elles étaient destinées aux oreilles de son remplaçant, Jake Sullivan – et de son patron, Biden. Et le message était simple: «Ne retournez pas aux affaires avec l’Iran en faisant comme d’habitude, ne réintégrez pas le Plan d’action global conjoint [l’accord sur le nucléaire iranien]. Et si vous le faites, je – Netanyahu – le repousserai, tout comme je l’ai fait lorsque Barack Obama siégeait à la Maison Blanche.

Sullivan, il faut le rappeler, était l’un des principaux architectes du JCPOA. Et Biden, l’un de ses principaux partisans, sera, dans un peu plus de six semaines, en mesure de tenir sa promesse électorale d’annuler ce que Trump a fait concernant l’accord nucléaire iranien et de le réintégrer.

Sullivan a envoyé lundi un signal indiquant qu’il ne se faisait absolument aucune illusion sur la personne à qui il avait affaire à Téhéran, du moins en ce qui concerne les violations des droits de l’homme. En réponse à l’exécution par l’Iran du journaliste dissident Ruhollah Zam, Sullivan a tweeté qu’il s’agissait d’une «autre violation horrible des droits de l’homme par le régime iranien. Nous nous joindrons à nos partenaires pour appeler et dénoncer les abus de l’Iran.

Les commentaires de Netanyahu indiquaient qu’il allait faire du lobbying fort et résolu pour convaincre Biden et Sullivan de jeter un regard aussi sévère que sobre sur les conceptions nucléaires de l’Iran, alors que Sullivan a déclaré que ses critiques porteraient sur les violations des droits de l’homme du régime. Netanyahu veut qu’ils se dressent contre les abus que les Iraniens pourraient promulguer s’ils mettaient la main sur des armes nucléaires.

L’ambassadeur aux États-Unis, Ron Dermer, dans un podcast du Fonds Tikvah la semaine dernière, clôturant sept années de service dans la capitale américaine, a déclaré que le discours hautement controversé et polarisant de Netanyahu lors d’une session conjointe du Congrès en 2015 contre l’accord iranien était le point culminant de sa titularisation à Washington.

«En prenant la décision de se présenter et de prononcer ce discours», a déclaré Dermer, «Netanyahu s’acquittait de l’obligation morale la plus fondamentale du Premier ministre : de s’exprimer sur une question qui affecte la survie même du pays. Les gens qui voient cela à travers une lentille partisane ne semblent pas apprécier le fait qu’il s’agit d’un problème existentielpour l’État d’Israël – c’est ainsi que le Premier ministre le perçoit.

Israël, a déclaré Dermer, «voit le JCPOA comme une menace pour la survie d’Israël. Pourquoi? Parce que cela ne bloque pas le chemin de l’Iran vers l’acquisition d’une bombe. Cela n’a jamais été le cas. Il impose des restrictions pour un bref nombre d’années qui sont ensuite automatiquement supprimées. »

Le changement imminent de garde à Washington, officialisé par le scrutin du Collège électoral ce lundi – et la volonté naturelle du Premier ministre de vouloir commencer avec le président du bon pied – ne change pas la façon dont il perçoit le JCPOA: comme une menace à la survie d’Israël.

Et Netanyahu a clairement indiqué dans ses commentaires aux côtés d’O’Brien qu’il n’hésiterait pas, une fois de plus, à crier cela du haut de la Colline (du Congrès) – même si cela, une fois de plus, met Jérusalem sur une trajectoire de collision frontale avec Washington.

Adaptation : Marc Brzustowski

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.