Exclusif: Six explosions, toutes les 11 secondes d’intervalle, ont précédé l’explosion colossale de Beyrouth

Des découvertes étonnantes changent l’histoire de l’explosion de Beyrouth

Le sismogramme montrant la grande explosion à Beyrouth et les petites explosions qui l’ont précédée. 

Une exclusivité de Défense d’Israël : L’énorme explosion à Beyrouth a été précédée par six petites explosions qui ont eu lieu à intervalles de temps égaux. Des statistiques sismologiques sans équivoque indiquent que les événements inhabituels peuvent être expliqués comme des actes de sabotage ou comme un dysfonctionnement des armes qui étaient stockées à proximité.

Les découvertes étonnantes, qui sont révélées ici pour la première fois, ont été découvertes et analysées par des experts en géophysique en coopération avec le groupe d’ingénierie israélien Tamar, et également portées à l’attention des hauts échelons des dirigeants politiques et de défense du pays.

Le groupe Tamar, qui a été créé par Boaz Hayoun, un ancien officier du Corps du génie de Tsahal, s’occupe depuis des décennies du domaine de la démolition et des explosions contrôlées en Israël, et aide également les aéroports du monde entier à identifier les matières explosives. Entre autres, le groupe réalise des projets spéciaux utilisant des explosifs, y compris des explosions dans des bâtiments et des expériences complexes. Le groupe comprend le Centre israélien de sécurité des explosifs et le Laboratoire national des feux d’artifice qui est responsable au nom de l’Institution de normalisation d’Israël de l’octroi de licences pour tous les feux d’artifice, qui proviennent principalement de Chine.

Le tournant dramatique dans la compréhension de la catastrophe de Beyrouth a commencé à partir de l’enquête sismologique qui a recueilli des statistiques sismiques à partir de capteurs à travers le Moyen-Orient. Il est devenu clair que les instituts de sismologie en Israël, situés loin de l’épicentre de l’explosion, ont clairement détecté les secousses causées par l’énorme explosion de nitrate d’ammonium à Beyrouth qui équivalaient à un petit tremblement de terre. Cependant, ils n’auraient pas pu faire la découverte qui n’a été réalisée qu’en utilisant CY603, un réseau sismographique de six capteurs situé dans la mer entre Chypre et le Liban à environ 70 km de Beyrouth à une profondeur de 2,2 km.

C’est un réseau qui a été installé dans le cadre d’IRIS, un projet géologique international pour la recherche et la prévision des tremblements de terre, ainsi que la détection des essais d’armes, dans le bassin méditerranéen. Les statistiques des capteurs sont accessibles au public sur Internet, mais de manière inhabituelle, elles ont été bloquées le 5 août, moins de 24 heures après la catastrophe survenue à Beyrouth le 4 août un peu après 6 heures du matin. Les experts en géophysique ont obtenu ces statistiques et ont constaté que les statistiques sismographiques révélées ici (sur la photo) sont identiques aux statistiques d’autres capteurs sensibles de la région concernant les principales explosions à Beyrouth. Et pourtant, il semble qu’aucune autre entité n’ait remarqué ce qui a été découvert dans l’enquête globale sur l’événement :

Chacune de ces explosions était équivalente à celle de plusieurs tonnes d’explosifs (il est difficile de déterminer les quantités exactes à ce stade de l’enquête), et la durée entre elles était la même – 11 secondes. Comme le montre le sismogramme, nous pouvons clairement identifier cinq explosions identiques à 11 secondes d’intervalle, tandis que la sixième explosion, 11 secondes plus tard, était plusieurs fois plus importante. Et puis, après 43 secondes de plus, est venue l’explosion massive qui a été captée par tous les sismographes à travers le Moyen-Orient et qui a dévasté de grandes parties de Beyrouth.

Cette analyse soulève des questions majeures concernant l’hypothèse acceptée qui a été publiée dans les médias selon laquelle l’explosion provenait d’un incendie au sol dans le port, qui a enflammé des feux d’artifice puis des sacs de nitrate d’ammonium. Il est également conforme aux rapports des médias étrangers (qui ont été démentis de manière peu convaincante par des sources officielles au Liban) que sous les entrepôts « réguliers » du port où les feux d’artifice et le nitrate d’ammonium étaient stockés se trouvait une ville souterraine exploitée par le Hezbollah, le véritable « propriétaire « du principal port libanais, apparemment avec des entrepôts et des tunnels, dont les restes ont été clairement indiqués dans les rapports.

Au cours des derniers jours, des experts de Tamar ont combiné les résultats sismologiques avec des analyses supplémentaires qui ont été effectuées, principalement sur la base des rapports dans les médias. Selon Aharon (Arik) Goren, chef du Centre israélien de sécurité des explosifs, qui était la principale autorité professionnelle en matière de sécurité des explosifs au sein de Tsahal, « tous les reportages des médias en provenance du Liban devraient être considérés avec suspicion, mais s’il y en avait vraiment 2750 tonnes de nitrate d’ammonium au port, comme on l’a déclaré, cela aurait été équivalent à la puissance d’environ 850 tonnes de TNT. Il est important de se rappeler que le nitrate d’ammonium pourrait être une base à la fois pour un explosif appelé « Anfo » et pour les engrais pour l’agriculture et l’industrie, et la puissance de l’explosion de l’ammonium, par rapport au TNT, dépend des conditions de stockage. « 

Goren a également expliqué que « dans de mauvaises conditions, le matériau pourrait être équivalent à la puissance explosive de plus de 850 tonnes, mais cela ne suffit toujours pas à expliquer le cratère de 43 mètres de profondeur qui a été créé à l’épicentre de l’explosion, selon le rapport du Liban. Selon les formules acceptées, le cratère aurait dû avoir la même largeur que celui signalé, environ 110 mètres, mais moins profond. La profondeur inhabituelle pourrait s’expliquer par des explosions souterraines qui ont précédé l’explosion de l’ammonium, mais aussi par une quantité d’ammonium beaucoup plus importante que ce qui a été rapporté par le gouvernement libanais – ou par l’explosion d’armes qui n’ont pas été signalées.  » En ce qui concerne les couleurs de la fumée de l’explosion, marron et orange, Goren a déclaré qu’elles correspondent à ce que l’on attend d’une explosion de nitrate d’ammonium.

L’enquête géophysique a exclu la possibilité que les capteurs sismologiques particulièrement sensibles dans la mer entre Chypre et le Liban aient enregistré différents tremblements causés par la même explosion. Selon les chercheurs, la grande explosion a en effet été précédée de six petites explosions, et cela ne fait aucun doute. Les contrôles qui ont été effectués ont également tenté de découvrir s’il y avait eu des explosions contrôlées pour forage ou taille de pierre dans la zone du port avant la catastrophe, ce qui pourrait également expliquer les résultats, mais à ce stade, il n’y a aucune preuve de cela.

Alors, que s’est-il vraiment passé au port? Arik Goren, qui, au nom du ministère israélien de l’Environnement, a enquêté sur une explosion en 2017 dans un entrepôt de feux d’artifice dans un Moshav du centre d’Israël dans laquelle deux travailleurs ont été tués, a déclaré que les feux d’artifice sont sensibles aux phénomènes de chaleur. Selon lui, il est possible que des explosions souterraines aient généré de la chaleur qui a enflammé les feux d’artifice à côté des sacs d’ammonium, et alors seulement, à la suite d’un incendie, s’est produite l’explosion massive qui a provoqué un tremblement de terre de 3,3 sur l’échelle de Richter.

Cette explication possible ne répond pas à la question de savoir ce qui a provoqué la première série d’explosions, mais, selon Goren, il existe des systèmes d’armes qui sont activés en chaîne, ainsi que la possibilité qu’une chaîne de bombes ait été placée sous les entrepôts par un entité qui voulait provoquer l’explosion massive, et synchronisé la série d’explosions à l’aide d’une minuterie.

S’agit-il d’un sabotage ou d’un dysfonctionnement des armes du Hezbollah sous le port? Il est à noter que le président des États-Unis a déclaré dans sa première réponse au rapport de la catastrophe de Beyrouth que l’incident était une « attaque ». Étant donné que les résultats pourraient également soulever la possibilité que l’explosion d’ammonium ait été causée par des bombes placées par des entités d’Israël, la Défense israélienne a procédé à un contrôle qui a conclu sans aucun doute qu’Israël n’était en aucune façon lié à la chaîne des événements de la catastrophe. Les plus hauts responsables israéliens ont entendu parler de la catastrophe par la presse, comme tout le monde.

Le fondateur du groupe Tamar, Boaz Hayoun, a déclaré à Israel Defence : « Nous ne savons toujours pas exactement ce qui a causé les premières explosions, qu’il s’agisse d’un sabotage ou d’un dysfonctionnement. Le Hezbollah doit fournir la réponse à cette question. »

israeldefense.co.il

5 Commentaires

  1. Regardez bien l’enregistrement: Après la (ou les) explosions principales apparaissent encore 3 secousses quasiment à la même fréquence que les précédentes, peut-être même 4 la première étant un peu noyée dans le bruit. Y a-t-il des hypothèses d’explication ?]

  2. Avec des explosions minutées, l’accident parait peu probable, quand à la signature, j’avais depuis le début une idée, aujourd’hui, je n’ai plus beaucoup de doute.

  3. A qui profite le crime, a l’évidence pas au Hezbollah alors qui avait interet a que cette base du Hezbollah explose et qu’il soit discrédité …. si Israël n’y est pour rien il faut chercher au Liban.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.