Baghdadi, Israël et les éliminations ciblées

13
3511

APRÈS BAGHDADI, UN REGARD SUR L’EFFICACITÉ DE LA POLITIQUE D’ÉLIMINATION CIBLÉE D’ISRAËL

La politique d’Israël est-elle toujours pertinente? Et l’État juif devrait-il intensifier sa propre campagne ciblée contre les dirigeants d’organisations qui menacent son existence?

PAR YAAKOV KATZ
 1ER NOVEMBRE 2019 13H14

Un hélicoptère Apache israélien lors d'un entraînement de routine

Un hélicoptère Apache israélien lors d’un entraînement de routine. (crédit photo: AMIR COHEN / REUTERS)

Le 16 février 1992, l’armée israélienne a procédé à son première élimination ciblée. La cible : Abbas al-Musawi, dirigeant du Hezbollah.
Initialement, la mission était censée être une opération «d’arrache-pied». Les commandos israéliens de Sayeret Matkal – l’Unité de reconnaissance de l’état-major – avaient pratiqué la traversée secrète au Liban, se rapprochant suffisamment du fervent adepte chiite de l’ayatollah iranien Ruhollah Khomeiny et le ramenaient en Israël. Heure et lieu choisis : rassemblement dans le village de Jibchit, dans le sud du Liban, non loin de la frontière avec Israël.
Le plan israélien d’enlèvement de Moussaoui était ambitieux, mais jugé critique. Ron Arad, le navigateur de l’armée de l’air, était tombé en captivité six ans plus tôt et était passé d’une milice iranienne à une autre. Israël n’était pas près de le localiser ou d’obtenir sa libération. S’emparer de Musawi était censé donner à Jérusalem une monnaie d’échange sans précédent.
Le jour du rassemblement des forces, Ehud Barak, le chef d’état-major de l’armée israélienne à l’époque, a ouvert une salle de guerre au quartier général de l’armée de la Kirya à Tel-Aviv. Barak et ses agents du renseignement ont vite compris qu’un enlèvement serait impossible. Des drones planant au-dessus de Jibchit ont démontré que Moussaoui était lourdement gardé et entouré d’une foule immense. Il n’y avait aucun moyen de s’approcher suffisamment de lui.
Barak a décidé de changer d’opération. Ce ne serait plus un enlèvement mais une élimination. Israël allait faire exploser sa voiture. Deux hélicoptères d’attaque Apache ont décollé et, une fois en vol, sont restés près de la frontière en attendant d’autres instructions. Les pilotes ont appris qu’ils pourraient être amenés à lancer des missiles sur un convoi. Qui était dedans?, on ne leur a pas dit.
Pendant ce temps, Barak est allé parler à Moshe Arens, le ministre de la Défense. Israël, a-t-il dit, n’aurait plus aucune chance de pourchasser Moussaoui, un terroriste connu. C’était une occasion unique. Arens a d’abord hésité, mais après que son interlocuteur s’est montré un peu plus convaincant, il a donné son approbation. Peu après 16 heures, un missile Hellfire a pulvérisé la berline Mercedes de Musawi, le tuant ainsi que son épouse et son fils de six ans.
La plupart des réactions étaient positives. Des officiers supérieurs de Tsahal auraient ouvert une bouteille de champagne ce soir-là et Arens a déclaré que cette liquidation avait envoyé un message à tous les terroristes : “Nous allons régler les comptes avec quiconque ouvre un compte chez nous”.
C’était un peu prématuré. Ce jour-là, près de 50 roquettes Katyusha ont été tirées sur Kiryat Shemona et les villes israéliennes voisines. Les jours suivants, des dizaines de roquettes supplémentaires ont pilonné la Haute Galilée. Une des roquettes a touché une maison dans la petite communauté de Gornot Hagalil, tuant Avia Elizade, âgée de cinq ans. C’était le premier tir de barrage à grande échelle du Hezbollah contre Israël.
Puis, un mois plus tard, une camionnette Ford F-100 de 1985 s’est arrêtée devant l’ambassade israélienne à Buenos Aires, tout près de la porte principale. La voiture était chargée avec environ 340 kg de TNT. Quand elle a explosé, la moitié du bâtiment s’est effondrée. 29 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées. Si quelqu’un en Israël pensait encore que la mort de Musawi avait affaibli le Hezbollah, ils savaient après Buenos Aires qu’ils avaient tort.
Malgré les représailles violentes, l’assassinat de Musawi était justifié et il répondait aux critères appliqués par Israël pour déterminer qui, parmi ses ennemis, était considéré comme une cible légitime. Après le massacre des athlètes olympiques israéliens à Munich en 1972, le Mossad s’est lancé dans une opération visant à régler les comptes avec ses auteurs et ses cerveaux arabes. Il ne s’agissait pas de ce qu’ils risquaient de commettre à l’avenir, mais de ce qu’ils avaient fait dans le passé – et de s’assurer qu’ils en paieraient le prix.
Mais ces opérations étaient compliquées et dangereuses. les exécuter n’était pas facile. En conséquence, la politique israélienne a changé et l’échelon politique a décidé de n’approuver la liquidation de terroristes que pour ce qu’ils pourraient faire à l’avenir. La doctrine est passée de la vengeance à la préemption.
Sur ce point, Musawi méritait de payer la facture. Mais ce qu’Israël n’avait pas envisagé avant de tirer le missile Hellfire sur sa Mercedes, c’était la question de savoir qui le remplacerait. Les officiers de renseignement israéliens pensaient que tous les successeurs potentiels étaient équivalents. Ils avaient tort.
Quelques jours seulement après la mort de Musawi, le Hezbollah a annoncé qu’un jeune cheikh âgé de 31 ans, du nom de Hassan Sayyed Nasrallah, allait remplacer le chef assassiné du groupe. Nasrallah provenait du flanc radical du Hezbollah et a amené le groupe terroriste vers une nouvelle direction, renforçant ses liens avec l’Iran et se dirigeant vers un affrontement ouvert, plus agressif et direct avec Israël.
Amos Gilboa, un ancien chef de la division de recherche du renseignement militaire, a étudié l’élimination de Musawi et en est revenu consterné. Il a découvert qu’Israël avait lancé une opération d’amateur sans presque tenir compte des conséquences : d’abord le plan de l’enlèvement, puis le plan de le tuer sans réelle prévision.
«Tout a été fait sur le plan tactique et aucune question ne s’est posée sur les conséquences, qui lui succéderaient et si cela en valait encore la peine», m’at-il dit cette semaine. “Tout a été fait comme un commandant de peloton prend la décision d’engager une cellule terroriste.”
Si Israël avait correctement pris en compte les conséquences, Gilboa n’est pas sûr qu’il aurait procédé à la liquidation de Moussaoui.
“Il ne fait aucun doute qu’avec Musawi, le Hezbollah serait toujours resté une menace pour Israël”, a déclaré Gilboa. «Mais ils n’avaient jamais tiré de roquettes sur la Galilée auparavant. Immédiatement après sa mort, ils l’ont fait – et ils ont continué. “
C’est une leçon importante, et qu’Israël semble avoir intériorisée. Depuis 1992, l’une des premières questions à poser à la communauté du renseignement lorsqu’il envisage une élimination ciblée est de savoir qui sera son successeur. Seront-ils plus radicaux ou plus modérés? La mort du terroriste entraînera-t-elle plus de violence ou moins? Parfois, le diable que tu connais est meilleur que le diable que tu ne connais pas encore.
L’opération visant à tuer Musawi est l’un des grands «et si» de l’établissement de la défense israélienne. Que serait-il arrivé si Israël ne l’avait pas tué? Le Hezbollah serait-il devenu l’organisation qu’il est aujourd’hui avec plus de 130 000 missiles et roquettes capables de frapper n’importe quel endroit de l’État d’Israël? Aurait-il fait exploser l’ambassade de Buenos Aires ou le centre communautaire juif AMIA dans cette ville deux ans plus tard? Nous ne le saurons jamais.
C’est là qu’il convient de penser après l’opération Kayla, la mission réussie de la Delta Force le week-end dernier, qui s’est terminée par la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi, le dirigeant de l’Etat islamique. L’opération n’affecte pas directement Israël et la menace de l’Etat islamique est depuis longtemps en bas de la liste des menaces auxquelles Israël est confronté. Oui, il y a encore des milliers de djihadistes en Syrie et en Irak qui ont suivi Baghdadi et qui n’ont aucun amour pour Israël. Mais ils doivent faire face à des défis nationaux bien plus importants avant d’envisager de lancer une attaque contre l’État juif.
Son élimination soulève toutefois la question de savoir si la politique israélienne est toujours d’actualité – et si l’État juif devrait éventuellement intensifier sa propre campagne ciblée contre les dirigeants d’organisations qui menacent ouvertement son existence.
Aujourd’hui, la liste des cibles potentielles d’Israël pourrait inclure : Nasrallah; Qassem Soleimani, commandant de la force Qods d’Iran; et peut-être aussi Baha Abu al-Ata, chef du Jihad islamique dans la bande de Gaza. Tous les trois auraient survécu aux précédentes tentatives d’élimination, toutes attribuées à Israël.
Ces dernières années, Israël aurait mené une série d’opérations de ce type. En 2008, il aurait tué le grand terroriste du Hezbollah Imad Mughniyeh à Damas et le général syrien Mohammed Suleiman à Tartus; en 2012, Ahmed Jabari à Gaza; en 2015, Samir Kuntar près de Damas; et en 2016, Jihad Mughniyeh – le fils d’Imad – à Quneitra. Dans presque tous ces cas, Israël s’est abstenu d’assumer ses responsabilités, mais tous les cinq étaient des personnes engagées dans des opérations anti-israéliennes dangereuses. Leur élimination était la clé pour saper leurs activités.
Ces assassinats ont-ils été efficaces? C’est difficile à dire. Après la mort d’Imad Mughniyeh à Damas, le Hezbollah a tenté à plusieurs reprises d’attaquer des cibles israéliennes en Europe et en Asie. Toutes les tentatives ont échoué jusqu’en 2012, lorsqu’une bombe humaine libanaise a explosé à Burgas à côté d’un autobus de touristes israélien, tuant cinq Israéliens et leur chauffeur de bus bulgare.
L’assassinat ciblé de Jabari, le commandant militaire du Hamas, a été la salve d’ouverture de l’opération Pilier de Défense. Depuis lors, le Hamas a développé ses capacités en obtenant et en tirant des roquettes avec une portée plus longue et en creusant des dizaines de tunnels sous la frontière israélienne. Deux ans après que Jabari a explosé dans sa berline Kia, Israël a été forcé de participer à Bordure Protectrice, la guerre de 2014 à Gaza, qui a duré 50 jours et s’est terminée sans victoire claire.
Cela ne signifie pas que des éliminations ciblées ne sont pas nécessaires. Si ces cinq hommes n’avaient pas été tués, on ne peut envissager qu’ils n’auraient pas tenté d’attaquer Israël. Ils l’auraient fait – et beaucoup d’entre eux étaient déjà impliqués dans de telles attaques lorsqu’ils ont été éliminés.
Gilboa accepte cette perspective, mais demande à Israël de s’en tenir aux critères qu’il s’est fixés : un terroriste est pris pour cible en raison des attaques qu’il prévoit, et il convient de réfléchir de manière approfondie à son successeur potentiel, et de déterminer s’il est meilleur ou plus efficace, ou pire de procéder à l’élimination prévue.
«Je ne doute pas que des leçons ont été tirées de l’affaire Musawi. Mais connaissant les gens et leur façon de penser, je ne doute pas non plus que cela puisse toujours se reproduire », a-t-il déclaré. «Les décideurs ne peuvent pas se laisser aveugler. Ils doivent toujours penser aux répercussions. “
Adaptation : Marc Brzustowski

13 COMMENTS

  1. Oui il y a un prix à payer,
    Oui ce prix peut être très cher.
    Mais l’essentiel, c’est qu’Israël avance.
    Dans 100 ans, tout sera apaisé, Israël sera le pays le plus riche de la région, et tous les musulmans rêveront de venir y travailler…
    (il est bon ce petit Bordeaux bio…)

  2. Donc, il aurait fallu ne pas éliminer le terroriste ? Drôle de raisonnement. Avez-vous envisagé une autre direction pour le cheminement de votre pensée?
    Tout d’abord, ne pensez-vous pas que ne pas procéder à des éliminations ciblées (pour lesquelles vous employez le terme hors-sujet d’assassinat), les conforterait dans une position d’impunité les confortant dans leur opinion que les Israéliens seraient paralysés par la peur?
    A présent, l’autre direction : avez-vous pensé qu’au lieu de n’éliminer qu’une tête remplaçable, une élimination plus large de tous les terroristes rassemblés autour de la crapule éliminée par Barak juste derrière la frontière aurait eu un effet bien plus convaincant? Dans ce cas, au lieu d’agir comme une milice qui emploie un commando terroriste, comme vous dites, on aurait donné l’impression d’un Etat qui se sert de son armée pour écraser son ennemi.
    Je ne présente pas nécessairement ici une opinion, je ne cherche qu’à évoquer d’autres directions dans la réflexion, puisque de toute façon tout ceci ne restera que théorique en tout état de cause.

    • “qui emploie un commando terroriste, comme vous dites” : on n’a jamais rien dit de tel et cela ressemble fort à du procès d’intention. Le terme technique est : “élimination ciblée”. Vous nous prêtez continuellement des intentions qui ne sont pas les nôtres : exemple : “ne pas éliminer Moussaoui. En réalité, parti d’un coup “d’amateurs”, les services ont professionnalisé leur approche, mais il y reste des variables aléatoires, comme prouvé en mise en oeuvre 1 : Mousawi

      • Ceci est un copié-collé du texte ci-dessus :
        «Tout a été fait comme un commandant de peloton prend la décision d’engager une cellule terroriste.”
        Donc, il n’y a pas de procès d’intention. Au contraire, j’ai lu votre article avec beaucoup d’intérêt.

  3. Le problème ne vient peut-être pas de la loi du Talion (qui peut être admise par les deux parties), mais plutôt de l’escalade.
    Lorsqu’il y a un équilibre des terreurs, le conflit peut s’apaiser, mais si l’un des protagonistes fait de la surenchère…

  4. Un de tuer ,10 nouveaux qui le remplacent .une base de missiles bombardée ,elle est reconstruite aussitôt
    Une maison de terroristes détruite ,elle est recontruite etc…
    Des siècles et des siècles de massacres de Juifs ,et nous reconstruisent notre pays .La question est aurons nous le courage et la volonté de vaincre ,quand chez nous il y a temps de ennemis ,y compris dans la population Juive ( de naissance )qui collabore avec les arabes.?

  5. Quand israel fait des attaques cibles les autres n’en font pas et commettent des massacres , c’est ça le problème d’Israël , qui refuse de faire la même chose .

  6. ça fait plaisir de voir enfin tes articles on pensait que tu avais arrêter ou tu avais réduis le nombre d’articles que tu as faites 😀

    merci pour cet article

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.