Dans un contexte de craintes de radicalisation de la communauté musulmane, les données recueillies récemment indiquent que 95% des attaques antisémites en Allemagne ont été commises par des extrémistes de droite. Selon les chiffres présentés la semaine dernière au parlement allemand, sur 1275 incidents survenus en 2013, les néo-nazis ont été considérés comme responsables de 1 218 d’entre eux. Les données ont également révélé une légère diminution du nombre d’attaques par rapport à 2012, mais personne n’est encore prêt à la déclarer comme une tendance positive.

Selon les chiffres officiels, seulement 31 attaques en 2013 ont été perpétrées par des personnes d’origine étrangère et le reste (26) ont été attribuées à d’autres délinquants. C’était la première année depuis plus d’une décennie qu’aucune attaque antisémite n’a été attribuée à des radicaux de gauche.

Aussi en 2012, année au cours de laquelle 1 374 attaques ont été commises, les extrémistes de droite ont été accusés de la quasi-totalité des incidents, avec seulement 38 cas attribués à des étrangers, trois à des militants de gauche et 19 à d’autres attaquants. Une distribution similaire a été observée également dans les années 2001-2011.

Ces chiffres ont été présentés par le gouvernement en réponse aux questions des députés du parti Vert. « J’étais un peu étonné de recevoir ces résultats », a admis Volker Beck, l’un des députés. « Le sentiment dans la communauté juive, ainsi que mon sentiment, est qu’il y avait plus d’attaques antisémites commises par des musulmans, mais les statistiques ne montrent pas ça. Cela prouve simplement que nous devons approfondir le problème et avoir une meilleure évaluation de ce qui menace la sécurité des personnes et des institutions juives en Allemagne ».

Néanmoins, il a souligné qu’il ne réfutait pas les données sur l’islam radical. « Nous avons vu ce qui est arrivé à Bruxelles, Paris et Copenhague, et les assaillants étaient des fondamentalistes radicaux. Heureusement cela n’a pas encore eu lieu ici. Bien que tous les jours des actes antisémites soient plus susceptibles d’être commis par des gens de droite, les islamistes représentent toujours une menace antisémite, même si cela n’est pas encore reflété dans les données ».

Les documents publics montrent également que 40 personnes ont été blessées dans les attentats commis en 2013 (comparativement à 41 l’année précédente), et à la suite de ces incidents, 873 auteurs (hommes et femmes) ont été arrêtés – dont 154 étaient âgés de moins de 18 ans, 7 des personnes arrêtées avaient 13 ans ou moins.

Les données concernant 2013 correspondent quelque peu aux chiffres enregistrés au début de la décennie, qui a connu une baisse significative du nombre d’attaques antisémites: dans les 9 années qui ont suivi le nombre de ces incidents a stagné à une moyenne de 1 635 événements par année. Les données plus récentes indiquent également une légère baisse dans les attaques antisémites. Un rapport publié cette semaine au sujet de ces actes à Berlin, montre que leur nombre a également diminué en 2014.

ReachOut, un centre de consultation de Berlin pour les victimes de violence issue de la droite, raciste et antisémite, a enregistré l’an dernier 179 attaques, qui ciblaient 266 personnes. Cela indique une légère baisse par rapport aux 185 attaques de 2013, 288 personnes ayant été menacées ou même blessées. Pourtant, au centre, les chiffres ne sont pas considérés comme encourageants. « Ce n’est pas une tendance, » ont-ils insisté. « Le nombre d’attaques en 2013 était tout simplement le plus grand nombre jamais enregistré à Berlin. Le précédent record était de 165 attaques en 2006. »

Beck a également admis, en se référant à des documents officiels: « Ces données sont insuffisantes pour déterminer s’il y a eu une baisse réelle récemment. Parfois, les chiffres sont tout simplement causés par une action plus intense de la police dans un certain laps de temps. À mon avis, les meilleurs miroirs de la situation sont les études sur les attitudes dans la société allemande, et ceux qui ont montré une diminution très lente mais régulière dans les opinions antisémites parmi les Allemands ».

Pourtant, le centre ReachOut a souligné un phénomène différent. Selon son rapport la plupart des attaques ont eu lieu en public: l’année dernière 107 crimes (121 en 2013) ont eu lieu dans les rues, les places et les arrêts de bus et 37 (42 en 2013) ont été commises dans les transports publics et dans les gares. « Dans beaucoup de cas, les autres passagers regardaient l’attaque sans aider, » a remarqué Sabine Seyb du centre. « Les décideurs politiques devraient lancer une campagne qui encouragerait les témoins à intervenir et ainsi mieux protéger ceux qui sont menacés. »

Polina Garaev est la correspondante de i24news à Berlin

1 COMMENTAIRE

  1. Je mets ces deux extrêmes dans le même sac . Aucune différence .

    Patience , un jour ces deux la s’allieront sur le dos des juifs .

    Au bord de l’abîme , ils se sont souvent serrés la main et congratulés sur le dos d’Israêl et du Peuple Juif , le ciment de cette entente contre nature .

    Oui , n’oublions pas Hitler serrant la main d’ Husseini le grand mufti de Jérusalem . Le courant est tellement bien passé entr’eux que le monde a été électrocuté , faisant des morts par dizaines de millions .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.