Allemagne : l’accord insincère de coalition, les Juifs et Israël

 

En ce qui concerne les Juifs et Israël, la proposition d’accord de coalition en Allemagne est un document insincère[1]. On peut le dire, en partie à cause de son contenu, mais aussi, principalement, à cause de ce dont il faut abstraction.

Les trois partis de coalition : les Chrétiens Démocrates (CDU), son parti frère de Bavière, L’Union Sociale Chrétienne (CSU) et les Sociaux Démocrates (SPD), voteront chacun de son côté avant la fin février pour savoir s’ils veulent réellement entrer au nouveau gouvernement sur la base de ce texte.

L’antisémitisme est mentionné plusieurs fois dans le document. En un endroit, il est question de la future expansion « de notre programme réussi contre l’extrémisme de droite, contre l’extrémisme de gauche, contre l’antisémitisme, contre l’Islamisme et contre le Salafisme[2]« .

Ce que ce document aurait pu dire, c’est que : « Au cours de ces dernières années, et en dépit de nos programmes de lutte, l’antisémitisme a continué d’augmenté. Les études ont, prouvé, en définitive, qu’à côté de l’antisémitisme d’extrême-droite, l’antisémitisme musulman joue un énorme rôle[3]. D’autres études  montrent que beaucoup d’immigrés musulmans récents, provenant d’Irak et de Syrie sont des antisémites extrémistes[4]. Comme beaucoup de réfugiés supplémentaires seront candidats pour immigrer en Allemagne, cette année et dans les années futures, il faurdra examiner leurs attitudes en matière d’antisémitisme et il faudra interdire ceux qui véhiculent des préjugés antisémites et anti-israéliens marqués ».

Ce document porte la mention d’une gratitude envers la renaissance d’une vie Juive en Allemagne après la Shoah[5] et met aussi en exergue la nomination d’un Commissaire National de la Vie Juive et de l’Antisémitisme[6]. Il ne fait, en revanche, aucune référence pour dire à quel point il est choquant qu’il y ait à présent une nécessité de traiter spécifiquement la question de l’antisémitisme, après plus de soixante-dix ans de rééducation des citoyens allemands depuis l’effondrement du régime nazi.

Encore plus problématique est la façon dont ce document traite du conflit palestino-israélien. On mentionne la collaboration avec Israël pour diverses questions secondaires. Il y a aussi des remarques standard essentiellement abstraites concernant Israël comme Etat Juif et Démocratique, sa sécurité, son droit à l’existence et ainsi de suite. Ce document exprime son soutien à la solution à deux Etats et condamne la politique d’implantation d’Israël comme se dressant contre les lois internationales.

Le dernier article n’apparaît pas dans l’accord de la coalition sortante qui était constituée des mêmes partis. Le texte aurait dû dire : « La diabolisation d’Israël en Allemagne demeure un énorme problème qui est largement répandu parmi de vastes proportions de la population. Plus de quarante pour cent d’Allemands ont une perception extrêmement fausse et antisémite, pour laquelle Israël se conduit envers les Palestiniens comme les Nazis l’ont fait envers les Juifs.

Avoir échoué aussi lamentablement sur ces deux questions et sur l’éradication de l’antisémitisme – tout en laissant arriver de très nombreux antisémites supplémentaires au cours de ces dernières années – nous devrions d’abord travailler à remettre en ordre notre pays, qui a un tel passé extrêmement troublant. Nous avons l’intention de nous focaliser sur cela, plutôt que d’exprimer des opinions critiques à propos du soi-disant comportement d’Israël. Cela ne fait que verser du carburant à l’horrible diabolisation d’Israëldans notre pays ».

Concernant les Palestiniens, le document reste très vague, sur une grande palette évoquant les questions les plus cruciales. Il condamne tout appel à la violence et toute incitation sans mentionner spécifiquement les Palestiniens sur ce sujet[7]. Il ajoute : « Dans les territoires palestiniens, sur tous les plans, une avancée démocratique est nécessaire ».

Il aurait dû dire : « Il n’y a pas de démocratie dans les territoires palestiniens. Les dernières élections parlementaires se sont tenues en 2006 etont apporté la majorité au Hamas, un parti qui veut commettre un génocide contre les Juifs. Le deuxième grand parti, le Fatah, contrôle l’autorité palestinienne qui glorifie et offre des récompenses financières autant aux meurtriers de Juifs qu’à leurs familles ».

Concernant l’UNWRA, l’accord de coalition représente mal la réalité. Il déclare que le gouvernement allemand  veut, au sein de l’Europe, prendre l’initiative « d’apporter suffisamment de financements durables, autant que de la réforme de l’UNWRA, et de la réorganisation de l’aide offerte par l’ONU aux réfugiés palestiniens au Proche-Orient[8]« .

Il aurait dû dire : « Selon les critères de l’ONU pour toutes les nations du monde, plus de 99% de tous les gens aidés par l’UNRWA ne sont pas des réfugiés. L’Allemagne reconnaît sa responsabilité particulière envers Israël en mettant en lumière cette falsification. Elle promouvra activement la liquidation de cette organisation dans laquelle de nombreux employés sont, en fait, des adhérents au Hamas. D’autant plus que l’UNRWA éduque et incite contre Israël et qu’on découvre occasionnellement des armes et missiles du Hamas entreposés dans ses écoles ».

La mention des Juifs, de l’antisémitisme, d’Israël et des Palestiniens, dans les 177 pages de cet accord de coalition pourrait très bien servir de cas d’école pour les étudiants allemands en sciences politiques. On pourrait leur demander de relever le nombre de manipulations qu’ils sont en mesure d’identifier : sur quels points ce texte apparaît détaillé et sur lesquels il ne l’est pas du tout, où devient-il abstrait ou vague et où est-il concret, quelles questions sont déformées ou détournées et, en définitive, où fait-il porter l’accent sur les questions moins importantes et comment il contourne ou escamote les vrais problèmes.

 

Par Manfred Gerstenfeld

manfredgerstenfeld-322x279-df2dd

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

——————————–

[1] www.zeit.de/politik/deutschland/2018-02/grosse-koalition-koalitionsvertrag-spd-cdu-csu

[2] Ibid line 5613.

[3] PAAF-Analysen, Ausgabe 1 Landesamt fuer Verfassungschutz Hessen

[4] https://ajcberlin.org/sites/default/files/ajc_studie_gefluechtete_und_antisemitismus_2017.pdf

[5] www.zeit.de/politik/deutschland/2018-02/grosse-koalition-koalitionsvertrag-spd-cdu-csu line 8021

[6] Ibid line 5633

[7] Ibid 7174

[8] Ibid 7173

2 Commentaires

  1. le vrai problème qui est nié par les autorités européennes c’est l’antisémitisme musulman atavique ,celui qui tue et qui ravage l’Europe entière…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.