L’ex-première dame Valérie Trierweiler doit affronter un nouveau coup dur. Un de ses trois fils a été pincé la semaine dernière avec une petite dose d’amphétamine sur lui, révèle Closer.Loin des projecteurs, l’ancienne compagne de François Hollande remontait la pente, après la séparation douloureuse avec le président français. Il y a quelques jours, Valérie Trierweiler avait même confié à des journalistes qu’elle reprenait goût à la vie.

Et là, selon le magazine people Closer, l’ex-première dame française doit faire face à un nouveau coup dur qui touche sa famille proche.

Un de ses trois fils a été arrêté mercredi 1er mai, devant une boîte de nuit, avec de l’amphétamine sur lui. Une drogue largement consommée dans le monde de la nuit.

Il a été placé en garde à vue. Le lendemain après-midi, le procureur de la République l’a condamné à suivre une thérapie.

Apparemment, cela ne serait pas la première fois que Valérie Trierweiler se retrouve confrontée à des problèmes de drogue avec l’un de ses enfants.

NDR: A noter qu’en fin d’année dernière, Closer avait déjà révélé que l’un de ses trois fils avait été arrêté à plusieurs reprises en possession de drogue sans qu’aucune poursuite judiciaire n’ait jamais été lancée à son encontre.

On ignore cependant s’il s’agit du même garçon arrêté en début de semaine ou bien de l’un de ses frères.

En Haïti

La première dame ne s’est pas exprimée sur ce nouvel épisode douloureux. Elle est partie en mission humanitaire en Haîti pour le secours populaire.

En revanche l’ex-première dame a fait savoir qu’à son retour, elle contacterait François Hollande afin de susciter plus de solidarité en faveur du pays frappé en 2010 par un terrible séisme.

«C’est fort probable que je lui fasse un message pour lui dire ce que j’ai vu en Haïti. Ce que j’entends dire ici en Haïti c’est que l’aide française n’est pas suffisante», a confié l’ex-compagne du président français. «Mais je sais qu’il (François Hollande) a promis de venir en Haïti en 2015, alors il verra aussi», a-t-elle ajouté.

Au cours de son séjour de trois jours, Valérie Trierweiler a visité un hôpital pédiatrique et un complexe scolaire avec cantine, atelier informatique, atelier de couture et infirmerie pour plus de 1200 enfants financé par l’ONG française.

«Je suis là pour offrir plus de visibilité à ce que le Secours populaire fait en Haïti. Je me rendrais disponible autant que je peux.»

(C.B./afp/Newsnet)

Tribune de Genève Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.