Marine en Israël ?…

0
162

Après l’occasion manquée de se faire interviewer par Radio J, Marine Le Pen pourrait rejoindre les dirigeants d’extrême droite qui se rendent en Israël soutenir l’Etat hébreu. Avec la perspective de faire sauter le verrou de l’antisémitisme, et de capter un hypothétique « vote juif » communautaire en vue des élections.
Un dénominateur commun se dégage (…) sauf dans le cas français : le soutien à Israël », écrivait Dominique Vidal, dans un article où il cherchait à classer les extrêmes droites européennes au sein de « familles ». Ainsi rappelait-il qu’en décembre 2010, une trentaine de dirigeants d’extrême droite européens se réclamant de la European Freedom Alliance (EFA) s’étaient rendus en Israël. Parmi eux, le néerlandais Geert Wilders, le belge Philip Dewinter, du parti flamand Vlaams Belang, ou encore Heinz-Christian Strache, le successeur autrichien de Jorg Haïder. Pour Dominique Vidal, la droite radicale française faisait alors figure d’exception : aucun représentant de Front national ne participait au voyage.

Cette exception semblait en voie d’être corrigée aujourd’hui même, alors que Marine Le Pen est attendue en Israël. En France, la radio communautaire juive « Radio J » avait dû annuler, sous la pression, l’interview de la patronne frontiste prévue le 13 mars dernier. Mais celle-ci semble pourtant tenir sa revanche, si l’on en croit le Figaro en date du 29 mars, annonçant qu’elle serait l’invitée de la radio israélienne 90FM ce soir même. Dans un premier temps, le parti a fermement démenti préparer quelque voyage que ce soit à destination de l’Etat hébreu.

Si elle peut surprendre, cette visite potentielle entre dans la droite ligne de la stratégie de respectabilisation entreprise par Le Pen fille. Son lieutenant Louis Aliot ne considère-t-il pas l’antisémitisme comme le principal « verrou de la diabolisation » ? C’est sans doute en partie pour faire sauter ce verrou que Marine Le Pen affirmait récemment que « les camps ont été le summum de la barbarie ». Mais peut-être cela était-il aussi le premier jalon d’une volonté sincère de tourner le dos au passé antisémite et négationniste du Front national. S’il ne fait pas de doute que le FN est traversé de « différentes tendances », comme certains aiment à le rappeler, photos de nazillons décérébrés à l’appui, Marine Le Pen n’est pas son père, et la judéophobie ne s’hérite pas. Alors que la fille se montre décidée à tourner le dos aux obsessions de son géniteur pour de la seconde guerre mondiale, mais aussi pour la guerre d’Algérie, il apparaît que sous son impulsion, le FN a entrepris de troquer ses oripeaux post-fascistes et racialistes, pour un différentialisme à caractère essentiellement culturel et religieux, teinté d’occidentalisme. A ce titre, sans doute l’héritière Le Pen partage-t-elle cette ambition que Jean-Yves Camus prêtait à la délégation de l’EFA en décembre dernier : « Ils partagent une croyance : à tout prendre, Israël mérite d’être soutenu parce qu’il est un rempart de l’Occident ». Désir de faire oublier le passé antisémite du Front national mais également de se poser en égérie de la défense des démocraties occidentales dans l’optique d’un supposé « Choc des civilisations », tel est sans doute le double enjeu de la possible visite mariniste en Israël.

Il n’en reste pas moins que si l’on accorde quelque crédit à la très huntingtonienne théorie du choc civilisationnel, on suppose implicitement qu’il faut rechercher des « alliés objectifs », pour combattre un seul et même ennemi. Or, dans le cas du Front national comme dans celui l’ensemble des extrême droites européennes new look, il ne fait aucun doute que cet ennemi est l’Islam. Probablement Marine Le Pen, qui se pique de défendre les acquis de la modernité contre l’obscurantisme musulman, ne renierait-elle pas ce passage de la « Déclaration de Jérusalem » rédigée par l’Américan Freedom Alliance (le pendant américain de l’EFA) dénonçant une « nouvelle menace globale de type totalitaire : l’islamisme ».

Peut être enfin la patronne frontiste, bien loin de chercher à séduire un public israélien fort lointain, cherche-t-elle à s’attirer avant tout les bonnes grâces d’un électorat français d’origine juive, en accréditant paradoxalement les thèses manichéennes de l’humaniste sirupeux Daniel Lindenberg, selon lequel « the jews turn right ». Si tel était le cas, il serait en effet tentant pour la frontiste de chercher à mobiliser une « communauté juive », volontiers essentialisée, et supposée droitisée, contre une autre « communauté », la musulmane, sur fond d’instrumentalisation en filigrane du conflit israélo-palestinien.

Supposer qu’il existe dans notre pays des communautés rivales et irréconciliables, parier sur l’opportunité de les dresser les unes contre les autres… et si Marine Le Pen, derrière son discours en apparence républicain, n’était finalement que « la première communautariste de France » ?

Coralie Delaume

Marianne2.fr

1 COMMENT

  1. Zakhor,

    La haine que vous semblez nourrir à l’égard de M.L.P. vous classe à gauche .

    Comment pouvez vous la comparer à Olivia Zemmor qui organise ,elle , cette misérable ,des boycotts contre les produits israéliens ce que ne fait pas mais condamne M.L.P. .?

    C’est cette haine et cette désinformation dont la Gauche est coutumière qui nous vaudra un antisémitisme des gens mal intentionnés et malhonnêtes à qui , par vos légers propos , vous ouvrez une avenue

    Vous en êtes responsable .

    Allez écouter toute la vidéo et ne soyez pas de parti pris aussi extrême ; c’est lamentable.

    https://www.jforum.fr/forum/france/article/le-pen-les-juifs-et-les-musulmans

  2. A Godlewicz.

    Vous l’appelez Marine, signe d’une proximité idéologique,peut-être, kol akavod !
    MLP n’a rien dit contre Israël, si ce n’est qu’elle avait joint sa voix à ceux qui accusaient Israël d’avoir répondu au Hamas, d’une manière “disproportionnée” !
    MLP n’ a rien dit contre Israël sauf qu’elle s’est prononcée pour une internationalisation, de Yéroushalaim sur la radio israélienne!
    Cela suffit amplement pour la mettre dans le camp des adversaires de l’Etat Juif, vous ne trouvez pas ?

    Quant au fait qu’il y a trop de Juifs de gauche( ce dont je suis pas pour me répéter une fois de plus),qui délégitimisent Israël, je vous rejoins totalement, car je n’ai pas signé leur pétition.
    De là à leur interdire d’entrer en Israël,faites le donc avec Fienkenkrault, BHL, eux qui n’ont jamais versé dans l’anti-sionisme, c” est un peu fort de café.
    Même si on n’est pas d’accord avec des Israéliens ,de gauche , de droite, ou d’ailleurs, cela a un nom: la démocratie .

  3. Mais je ne suis pas d’accord avec vous, n’en déplaise, contrairement à Olivia Zemmor, Marine n’a rien dit contre Israël.
    Par contre, il y a trop de juifs de gauche en France comme en Israël d’ailleurs qui délégitime Israël regardez les Juifs de JCall-JSteet, ceux là n’ont rien a foutre en Israël et devraient même interdit d’entrer dans le pays.

  4. Marine Le Pen n’ a rien à faire en Israël.

    Israël en Décembre dernier avait refusé de laisser entrer Olivia Zemmor ,la passionaria pro-palestinienne, Marine Le Pen doit se voir opposer le même refus.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.