Leo Leiderman renonce au poste de directeur de la Banque d’Israël.

Après Frenkel, c’est au tour de Leiderman de jeter l’éponge.

Le poste de gouverneur de la banque centrale d’Israel est décidément difficile à pouvoir. Après le retrait de Jacob Frenkel la semaine dernière, c’est au tour de du nouveau candidat ,le professeur Leo Leiderman de jeter l’éponge.
Comme on s’en aperçoit, de vieilles affaires, aux fondements scabreux et sans administration de la preuve, viennent, tour à tour, heurter des personnalités aux compétences reconnues pour le poste, jusqu’à épuisement du nombre de combattants. Cette saga n’est, évidemment, pas dénuée d’intrigues de coulisses, sans qu’on puisse clairement identifier des sources aux intérêts croisés. Néanmoins, le poste de Gouverneur de la Banque d’Israël est fondamental pour assurer la place d’Israël dans le concert des marchés mondiaux, de Hong-Kong à Wall Street en passant par la City, Berlin ou Paris. L’économie israélienne a été la seule, sous la gouvernance avisée de Stanley Fischer, a conserver la tête hors des eaux troubles de la crise et à maintenir un bon niveau constant de croissance. D’autres enjeux se préfigurent, avec la gestion et la répartition de la nouvelle manne gazière et pétrolière. L’autre question, soulevée par ce fiasco, concerne le processus et la chaîne de décision de l’actuel gouvernement : y a t-il un risque que de telles défaillances affectent d’autres domaines-clé, tels que la sécurité, la Défense -actuelle affaire Ashkenazi?

Frenkel, empêtré dans une affaire de vol à l’étalage soit-disant commis en 2006 à l’aéroport de Hong-Kong, a renoncé à son poste en début de semaine. Quelques jours plus tard et après avoir été désigné par le gouvernement pour le remplacer, Leo Leiderman a également choisi d’abandonner .

Leiderman, actuellement professeur à l’Université de Tel Aviv et à la tête de la banque Hapoalim, aurait décidé de renoncer à son poste après la parution dans la presse d’articles le présentant comme un féru d’astrologie et ayant fait l’objet de soupcons d’harcèlement sexuel.

Selon le quotidien Haaretz, Liederman a pris cette décision pour éviter qu’une ancienne affaire datant d’il y a 10 ans, quand il était en poste à la Deutsche Bank, ne remonte à la surface. A cette époque, il aurait été soupçonné d’harcèlement sexuel sur des collègues. La banque allemande n’a fait aucun commentaire.

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou et son ministre des Finances Yair Lapid ont, tous deux, regretté la décision de Leiderman, prise par l’interessé après d’intenses consultations avec ses proches.

Le site d’informations Ynetnews, et une télévision israélienne, ont, de leur côté fait largement écho de l’intérêt manifesté par Leiderman pour l’astrologie. Il aurait, selon ces médias, consulté plusieurs fois des astrologues. L’économiste a reconnu avoir consulté un astrologue pour des motifs privés et non professionnels.

Le chef économiste de Bank Hapoalim a expliqué au Premier ministre Benjamin Netanyahou qu’il ne souhaitait pas occuper un mandat public le plaçant lui et sa famille sous les feux des projecteurs


Stanley Fischer, qui s’est effondré de fatigue et de déshydratation, le 24 juin dernier.

Ce retrait, quelles qu’en soit les raisons, est un revers pour le gouvernement de Netanyahou et illustre à quel point il est difficile de succéder à Stanley Fischer, brillant économiste respecté dans le monde entier et qui a occupé le poste de gouverneur de la banque centrale d’Israël pendant 8 ans. Tout au long de son mandat, M. Fischer a allié son credo en faveur d’une gestion orthodoxe des finances publiques à une politique ultra-interventionniste sur le marché des changes. Plébiscité par les investisseurs, Israël a fait face à des afflux massifs de capitaux. Pour limiter la pression à la hausse sur le shekel, la banque centrale a racheté des devises à tour de bras.


Kamit Flug

Le poste de gouverneur reste donc ouvert. Shelly Yachimovitch, chef du parti travailliste, a déclaré que l’adjoint de Stanley Fischer, le Dr Karnit Flug, était «la bonne personne pour ce poste.”

i24news.tv Article original

PS : Kamit Flug était la recommandation de Stanley Fischer, au moment de quitter le poste, mais Netanyahou l’a “snobée” deux fois, car il est en désaccord avec sa philosophie financière, soutenue par le leader du Parti Travaillsite, Shelly Yashimovitch.

Autres choix possibles : Eugène Kandel, Président du Conseil National Economique, mais qui a dit clairement ne pas être candidat.

Manuel Trajtenberg, qui a aidé Netanyahou, sous la pression des réformes économiques, il y a deux ans (l’été des tentes).

Yaakov Neeman, ex-Ministre et avocat.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.