Par Manfred Gerstenfeld.Durant l’occupation allemande de l’Europe, le principal dirigeant des Arabes palestiniens était le Mufti de Jérusalem, Mohammed Amin Al-Husseini. Il établissait le parallèle entre Islam et Nazisme. Al-Husseini a identifié sept points déterminants qui fondent la similarité entre ces deux idéologies, lors d’une conférence devant les membres de la Division SS des Musulmans bosniaques, qu’il a contribué à mettre sur pied-1-.

Le chercheur allemand Matthias Kuentzel mentionne les objectifs communs de l’Islam et du Nazisme, dans son livre en allemand dont le titre peut être traduit par : Le Jihad et la Haine des Juifs.

• Monothéisme, unité du commandement et le principe du Führer

• notions d’obéissance et de discipline

• Combattre pour l’honneur et combattre pour mourir au combat

• Attitude envers la communauté : l’intérêt commun précède l’intérêt personnel
• Valoriser la maternité et prohiber l’avortement

• Attitude envers les Juifs : l’Islam et le National Socialisme sont proches l’un de l’autre dans le combat contre les Juifs

• Glorification du travail et de la création – l’Islam protégé et respecte le travail de toutes les façons possibles -2-.

Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, Al-Husseini a planifié – dès que les Allemands auraient conquis la Palestine – d’établir un complexe d’extermination du même type qu’Auschwitz, complété par des fours crématoires. Il aurait dû être construit dans le but de gazer les Juifs de Palestine et des Pays arabes-3-.

img

Depuis longtemps, le dirigeant des Arabes palestiniens “modérés” était Ragheb bey el-Nashashibi, le maire de Jérusalem. Il s’est aussi exprimé en faveur du massacre de masse des Juifs. Après les émeutes de 1929, à l’époque du Mandat britannique, l’écrivain non-Juif Albert Londres, a demandé à El-Nashashibi pourquoi les Arabes avaient assassiné les vieux Juifs pieux d’Hébron et de Safed, avec lesquels ils n’étaient pas en conflit.

Le maire lui a répondu : “Dans une guerre, vous vous comportez comme à la guerre. Vous ne tuez pas qui vous voulez. Vous tuez tous ceux que vous trouvez. La prochaine fois, on les tuera tous, les jeunes comme les vieux ». Poursuivant, Londres s’est adressé au maire pour le tester, de façon ironique, en disant : « Vous ne pouvez pas tuer tous les Juifs. Il y en a 150.000, parmi eux ». Nashashibi a répondu d’une voix très calme : « Mais non. Cela ne prendra pas plus de deux jours -4-”.

On peut considérer Al-Husseini comme le précurseur du Hamas. Concernant les fondements des intentions génocidaires du Hamas, on peut tirer directement quelques exemples du programme du parti, la Charte du Hamas : l’Article 7 de ce document prépare le terrain à son idéologie du meurtre de masse, lorsqu’elle énonce que le Hamas aspire à « la réalisation de la promesse d’Allah, peu importe le temps que cela prendra. Le prophète, Allah le bénisse et lui apporte le salut, a dit :

“Le Jour du Jugement ne surviendra pas avant que les Musulmans combattent les Juifs (tuent les Juifs), lorsque le Juifs se cachera derrière des pierres et des arbres. Les pierres et les arbres diront : Ô Musulmans, Ô Abdullah, il y a un Juif derrière moi, vies et tue-le ! Il n’y a que l’arbre de Gharkad… qui ne ne le fera pas parce que c’est l’un des arbres des Juifs -5-”.

Quiconque choisit de suivre de près les expressions les plus récentes de la volonté génocidaire du Hamas peut aisément visiter le site internet de Palestinian Media Watch (PMW). Un exemple récent de l’activité islamo-nazie du Hamas, correspond au communiqué enregistré par le Commandant en Chef du Hamas, Mohamed Deif, qui a proclamé, durant la guerre à Gaza : « Aujourd’hui, vous [les Israéliens] combattez des Soldats de Dieu, qui aiment la mort pour Allah comme vous aimez la vie et qui se livrent une compétition pour obtenir le Martyr, comme vous fuyez devant la mort ».

img

PMW cite aussi la Télévision du Hamas, qui a récemment diffusé les déclarations du dirigeant du Hamas et ancien Premier Ministre palestinien Ismaïl Haniyeh. Il dit : « Nous aimons la mort comme nos ennemis aiment la vie ! Nous aimons le Martyr, la manière dont les dirigeants du Hamas sont morts ». La télévision du Hamas a aussi diffusé un sermon répétant l’idéologie du Hamas qui affirme que selon l’Islam, la destinée des Musulmans est d’exterminer les Juifs. PMW cite bien d’autres déclarations de cet ordre, appelant ouvertement au meurtre des Israéliens et des Juifs -6-.

Mais, le Hamas ne détient pas le monopole palestinien du projet de génocide des Juifs. On peut trouver des appels au meurtre de masse des Juifs, même si c’est en nombre moins important, dans d’autres médias palestiniens. Un bon exemple provient du discours, en 2000, du Dr Ahmed Abu Halabiyah, Recteur des Etudes avancées de l’Université de Gaza, qui s’exprimait à la télévision de l’AP, la chaîne officielle de l’Autorité Palestinienne. Il avait, alors prononcé un sermon du vendredi à la télévision et cette prédication résonnait donc comme émanant des sphères aussi bien gouvernementales, universitaires que religieuses d l’AP et de la société palestinienne.

Halabiyah déclarait : “Les Juifs sont les Juifs… Ils n’ont absolument aucun acteur modéré ni aucun défenseur de la paix. Ce ne sont que des menteurs. Ils doivent être massacrés et ils doivent être tués… Les Juifs sont comme un ressort – tant que vous avez le pied dessus, il ne bouge pas. Mais dès que vous levez le pied, il vous blesse et vous fait mal… Il vous est interdit d’avoir la moindre pitié dans vos cœurs pour les Juifs, où que ce soit, sur quelque terre que ce soit, faites-leur la guerre partout où vous vous trouvez. Où que vous les croisez, tuez-les ! -7- »

Les exemples des ambitions génocidaires palestiniennes sont sans limites. Beaucoup, en Europe, parmi les partis politiques, les médias et les acteurs importants de la société civile, qui prétendent se montrer critiques envers Israël, demeurent totalement silencieux, quant à ces appels au meurtre de masse, de la part des Islamo-Nazis palestiniens. Leur lourd silence les rend complices de ces prêcheurs de massacres.

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski .

Notes :

-1 Matthias Küntzel, Djihad und Judenhass, (Freiburg: ça ira-Verlag, 2003), 39. [German]

-2- Ibid.

-3- Manfred Gerstenfeld interview with Nadav Shragai, “Libel: Israel Intends to Destroy the Al-Aksa Mosque”, Israel National News, 16 October 2013.

-4- Albert Londres, Le Juif Errant Est Arrivé (Paris: Arléa, 1997), 209. [French]

-5- [http://avalon.law.yale.edu/20th_century/hamas.asp

Article précédentLevant : 14 millions de réfugiés, combien de recrues islamistes ?
Article suivantFN : Bourdin s’en prend à Canteloup à l’antenne – Vidéo

7891 Commentaires

  1. cet amin el husseini a tranquillement fini ses jours a beyrout je crois en 1976 ..ce que je n arrive pas a piger c est que l etat d israel nait rien fait contre lui..si proche …un petit missile ..et l affaire etait reglèè definitivement …voila comment israel NE SAIT PAS SE FAIRE RESPECTER PAR SES PIRES ENNEMIS .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.