A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil Israel 27 siècles après, le retour d’une tribu perdue d’Israël

27 siècles après, le retour d’une tribu perdue d’Israël

2 782 vues
3
Le retour d’une tribu perdue d’Israël, 27 siècles plus tard
Des milliers de Bnei Menashe dans le nord-est de l’Inde ont commencé à revenir dans la patrie de leurs ancêtres dans les années 1980. Environ 6 000 autres attendent de les rejoindre.    17 JANVIER 2021, 8H40

Les immigrants de Bnei Menashe sont les bienvenus en Israël. Photo par Laura Ben-David

 «À nos yeux, nous n’avons jamais été perdus. Nous savions qui nous étions et avons toujours voulu rentrer à la maison et renouer avec nos racines. »
Le 3 janvier, trois sœurs Lhanghal du nord-est de l’Inde – Rut, 28 ans; Dina, 21 ans; et Avigail, 13 ans – ont immigré en Israël, la terre que leurs ancêtres ont été forcés de quitter il y a 27 siècles.
L’histoire remarquable commence en 722 avant notre ère, lorsque l’Empire assyrien a conquis et déporté les neuf tribus du royaume nord d’Israël, qui s’était séparé du royaume sud de Judée 200 ans plus tôt.
Menashe (Manassé) était la plus grande de ces soi-disant tribus perdues. Ils ont erré à travers l’Asie centrale et l’Extrême-Orient pendant des siècles, pour finalement s’installer dans les villages de Manipur et Mizoram le long des frontières de la Birmanie (aujourd’hui Myanmar) et du Bangladesh.
Isolés du monde, les Bnei Menashe (enfants de Manassé) ont continué à pratiquer le judaïsme biblique et à rêver à leur retour pendant 2700 ans.
Dans les années 1970 et peut-être avant, des lettres ont commencé à parvenir aux premiers ministres d’Israël d’un groupe d’Indiens revendiquant l’héritage juif. Les dirigeants avaient alors la tête tournée vers la construction et la défense d’une nation, et les lettres ont été ignorées.
Pourtant, ils n’arrêtaient pas d’arriver. Et au printemps 1997, une enveloppe froissée en provenance d’Inde a atterri sur le bureau de Michael Freund, un jeune immigrant new-yorkais travaillant au bureau des communications du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le rabbin Michael Freund de Shavei Israël avec une arrivée de Bnei Menashe. Photo par Laura Ben-David

Freund dit à ISRAEL21c que la lettre «était un appel très émouvant» de la part de gens disant qu’ils étaient des descendants de la tribu de Menashe et qu’ils voulaient rentrer chez eux.
«Ma première réaction a été:« C’est fou ». Je ne pensais pas qu’il pouvait y avoir une tribu perdue de nos frères quelque part dans le nord-est de l’Inde. Mais il y avait quelque chose de sincère et de sincère dans la lettre et j’ai choisi d’y répondre.
Cet acte a changé la vie de Freund et la vie de milliers de Bnei Menashe à Mizoram et Manipur.
Il y a maintenant près de 4 500 Bnei Menashe en Israël, y compris ceux qui sont nés ici.
Les sœurs Lhanghal faisaient partie du dernier groupe à arriver, peu de temps après que 252 autres membres de la communauté aient débarqué en Israël en décembre .

Cinq femmes Bnei Menashe qui ont déménagé en Israël le 3 janvier 2021. De gauche à droite, Malka Zote, Tiferet Renthlei, Rut Lhanghal, Dina Lhanghal et Avigail Lhanghal. Photo par Assaf Renthlei avec l’aimable autorisation de Shavei Israel

Les plus de 6000 restants espèrent les rejoindre, avec l’aide du gouvernement israélien et de l’ organisation à but non lucratif Shavei Israel de Freund (Shavei signifie «rapatriés»).

 

Sincérité et engagement

Nouveaux immigrants du nord-est de l’Inde embrassant la mezouza à l’aéroport international Ben Gourion. Photo par Laura Ben-David

Au milieu des années 1980, les dirigeants de Bnei Menashe ont établi des liens avec le rabbin israélien Eliyahu Avichail, fondateur d’une organisation dédiée à la recherche de descendants des tribus perdues.
Une fois convaincu de leurs origines juives, Avichail a présenté les Bnei Menashe à la pratique juive orthodoxe contemporaine et à des fêtes telles que Hanoukka, qui commémore les événements de la période du Second Temple, longtemps après l’exil de leurs ancêtres.
Avichail et d’autres ont aidé quelques familles Bnei Menashe à immigrer en Israël dans les années 1980 et 1990. Et puis la lettre est arrivée sur le bureau de Freund.
Lorsqu’il est arrivé pour sa première visite dans une communauté de Bnei Menashe, Freund a vu des gens affluer vers la simple synagogue en bambou au centre du village. C’était l’heure du minha , le service de prière de l’après-midi.

«J’ai donc rejoint la communauté pour minha et je n’ai jamais oublié la puissance de cette expérience. Si vous fermiez les yeux et les écoutiez réciter les prières, vous pourriez facilement imaginer que vous vous trouviez à Jérusalem », dit Freund.
«J’ai été très touché par leur sincérité et leur engagement envers le judaïsme et le peuple juif. J’ai vu qu’ils voulaient vraiment vivre en tant que Juifs et s’installer en Israël.

Une cinquantaine de familles Bnei Menashe, 24 célibataires, 43 enfants et 19 seniors débarquent en Israël en décembre 2020 après une attente très attendue. Photo par Eleonora Shiluv / Avec l’aimable autorisation du ministère de l’Aliyah et de l’Intégration

Freund a organisé le premier grand groupe d’immigration en 1998 et a officiellement établi Shavei Israel en 2002. La tâche à laquelle il était confronté n’était pas et n’est pas simple.
«En vertu de la loi du retour d’Israël, toute personne ayant un grand-parent juif a le droit d’immigrer en Israël et de recevoir automatiquement la citoyenneté. Les Bnei Menashe n’entrent pas dans cette catégorie », explique-t-il.
«Donc, Shavei Israël travaille avec le gouvernement israélien et le grand rabbinat pour obtenir la permission d’amener des groupes ici et de leur faire subir un processus de conversion formel.» Ce n’est qu’alors qu’ils reçoivent des prestations de citoyenneté et d’immigration.

Le rabbin Michael Freund de Shavei Israël salue les immigrants Bnei Menashe à l’aéroport international Ben-Gurion. Photo par Laura Ben-David

Soutenu par des dons, Shavei Israël paie les billets d’avion et les frais de transport tandis que le gouvernement couvre la plupart des autres dépenses pour les nouveaux arrivants.
L’avocate et journaliste d’origine éthiopienne Penina Tamano-Shata, l’actuelle ministre de l’Aliyah (Immigration) et de l’Intégration, a joué un rôle de premier plan pour permettre à davantage de Bnei Menashe d’immigrer.

 

‘Nous n’avons jamais été perdus’

«Dieu merci, il y a 4 500 Bnei Menashe en Terre Sainte qui réalisent les rêves de leurs ancêtres», déclare Tzvi Khaute, coordinateur communautaire de Shavei Israël pour les Bnei Menashe en Israël et en Inde.
L’ancien professeur d’économie du lycée de Manipur a «fait son alyah», c’est-à-dire a immigré en Israël en 2000.
En Inde, Tzvi Khaute a aidé à mettre en place des centres éducatifs où les immigrants potentiels se plongent dans les textes juifs, apprennent l’hébreu de base et se préparent à la vie en Israël. Il travaille avec divers ministères gouvernementaux pour répondre aux besoins des immigrants, des bébés aux aînés.
«Après 27 siècles d’exil, rentrer à la maison est un grand défi mais tout le monde est heureux de vivre dans cette génération chanceuse qui a pu faire son aliyah», a déclaré Khaute à ISRAEL21c.
«Mes enfants ont encore plus de chance parce qu’ils sont nés ici et sont complètement intégrés dans la société israélienne. Ils me disent toujours: «Papa, tu es un Indien Bnei Menashe et nous sommes un Israélien Bnei Menashe».
«Mes parents sont venus aussi. C’était difficile de laisser derrière eux leurs amis et leur maison, mais ils veulent vivre ici et être enterrés ici », dit Khaute.

«À nos yeux, nous n’avons jamais été perdus. Nous savions qui nous étions et avons toujours voulu rentrer à la maison et renouer avec nos racines.

Une immigration réussie

Les nouveaux arrivants vivent temporairement dans le centre d’absorption de Shavei Israël près de Netanya avant de s’installer dans des endroits tels que Nof HaGalil, Maalot, Acre, Tibériade et Migdal HaEmek en Galilée au nord et Sderot au sud.
Historiquement, la moitié de la tribu de Menashe vivait en Galilée et l’autre moitié du côté est du Jourdain dans une région comprenant aujourd’hui les hauteurs du Golan.
«Ils ont tous un fort sentiment de retour, spirituellement et géographiquement parlant», dit Freund.

Un grand-père Bnei Menashe est réuni avec sa famille en Israël. Photo par Laura Ben-David

«Comme tout groupe d’immigrants, ils font face à des défis et des difficultés, et certains réussissent mieux que d’autres. Dans l’ensemble, cela a été un grand succès.
Shavei Israel organise des programmes de formation linguistique et professionnelle. «Il est très important pour eux de mettre de la nourriture sur la table grâce à leur propre travail acharné», dit Freund.

De nombreux Bnei Menashe travaillent dans des usines de haute technologie du Nord. D’autres sont devenus infirmières, hygiénistes dentaires, travailleurs sociaux et rabbins. Certains membres de la jeune génération servent dans des unités d’élite des FDI et d’autres étudient dans des universités.

Nouveaux immigrants Bnei Menashe à l’aéroport, décembre 2020. Photo par Eleonora Shiluv / Gracieuseté du ministère de l’Aliyah et de l’Intégration

Le groupe venu en décembre comprenait Obed Hrangchal, un combattant primé du MMA (arts martiaux mixtes) qui espère rejoindre l’armée israélienne et représenter Israël dans des compétitions internationales.
«Les Bnei Menashe se sont révélés être des sionistes engagés qui travaillent dur et font leur service militaire dans l’armée israélienne parce qu’ils ressentent un fort sentiment d’attachement et veulent contribuer à la défense et à la prospérité d’Israël», dit Freund.
«Ils sont vraiment une bénédiction pour Israël. Un juif ne se mesure pas à la forme de ses yeux ou à la couleur de sa peau, mais à ce qu’il y a dans son cœur et son âme.

https://www.israel21c.org/the-return-of-a-lost-tribe-of-israel-27-centuries-later/

Pour plus d’informations, cliquez ici

3 Commentaires

  1. Bienvenue à nos frères et sœurs. Nous sommes riches de notre amour pour notre D., pour Israel, et pour notre diversité. Nous avons ramené en Israël la connaissance des autres nations. Bientôt, ce seront les juifs américains qui viendront nous rejoindre, car ils vont subir un accentuation de antisémitisme. Leurs belles illusions d’être américains avant d’etre juifs vont s’évanouir. Notre avenir est en Israel qui inclut la zone C.

  2. Mais si, perdues…
    De quelques dizaines de milliers, se retrouver à quelques milliers après 27 siècles, c’est s’être perdus.
    Certes ils ont retrouvé leur chemin, et reviennent, hébétés des quatre coins du monde, et comme ont prédit les prophètes, c’est là le kibboutz galouillote, le rassemblement des (débris des) exilés, certes mâtinés ici et là, puisque rassemblement des âmes recueillies, mais enfin de retour…
    Quand le compte y sera, on pourra guetter l’imminence de Mashiah’!
    Nb: et nous ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.