Members of the Palestinian National Council (PNC) meet in the West Bank city of Ramallah on August 26, 2009. The parliament of the Palestine Liberation Organisation (PLO) began its first meeting in more than a decade in the occupied West Bank to replace leaders who have died. The PNC will pick six new members of the 18-strong PLO Executive Committee headed by president Mahmud Abbas. AFP PHOTO/ABBAS MOMANI / AFP PHOTO / ABBAS MOMANI

Des sources fiables du Fatah affirment que la détérioration de la santé du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, conjuguée à l’alliance que le Hamas a forgée avec son amical rival politique Muhammad Dahlan, l’ont forcé à se concentrer sur le front palestinien intérieur. Abbas s’est également rendu compte qu’aucun salut pour les Palestiniens ne viendra de l’administration Trump, ce qui, à son avis, est le signe de la partialité de Trump en faveur d’Israël.

Abbas a effectivement décidé – officieusement – de lever le pied sur les questions diplomatiques et la possibilité d’entamer de négociations avec Israël. Il a décidé de geler tous les contacts avec Israël, y compris la coordination de la sécurité, (officiellement seulement car officieusement elle continue NDLR). De plus, Abbas a mis en place un ensemble de conditions pour entériner sa prise de distance, en exigeant la reconnaissance israélienne officielle de la solution à deux états.

Abbas sait bien que le gouvernement israélien de droite n’acceptera pas ses demandes. Par conséquent, dans le but de faire pression sur Israël et ainsi améliorer sa baisse de popularité parmi les Palestiniens, il opte délibérément pour l’impasse diplomatique.

Élargissement de la lutte contre le Hamas et Dahlan

L’accord que le Hamas a obtenue de Dahlan au Caire est très inquiétante pour Abbas. Il réduit le statut de l’Autorité palestinienne et restaure la place de Dahlan au centre de l’arène politique palestinienne, comme une sorte de ministre des Affaires étrangères à Gaza. Deux millions de Palestiniens vivent là-bas, et Dahlan a également été chargé par le Hamas, du développement économique de Gaza et des relations avec Israël.

Initialement, Abbas envisageait de se réconcilier avec le Hamas comme moyen d’arrêter Dahlan. Le président égyptien Sisi a proposé un rapprochement national entre l’AP et le Hamas, ainsi que la fin de la faille entre la Cisjordanie et Gaza. Les deux parties ont annoncé leur consentement, mais finalement, Abbas a changé d’avis et a donné au Hamas une contre-proposition que celui-ci a rejeté.

Abbas intensifie ses mesures contre le Hamas, y compris :
1.La retraite anticipée forcée de 7 000 fonctionnaires à Gaza.
2. La cessation des paiements de salaire de l’AP à 277 prisonniers de sécurité libérés avec le Hamas qui purgeaient des peines d’emprisonnement pour terrorisme.
3. L’arrestation de cinq journalistes palestiniens affiliés au Hamas en Cisjordanie sur une accusation qu’ils « fourniraient des informations à des éléments hostiles ».

Une réunion du Conseil national palestinien

Abbas cherche à renforcer sa légitimité. Sans possibilité d’élections générales en raison de la faille de Cisjordanie-Gaza, il agit de sorte à renforcer sa légitimité en tant que chef de l’OLP.

Abbas voudrait une réunion du Conseil national palestinien, qui constitue le parlement de tous les Palestiniens dans les territoires et la diaspora. Il veut être réélu en tant que président de l’OLP et élire un nouveau Comité exécutif de l’OLP qui lui permettra de prendre des mesures pour réduire l’influence du Hamas et de Dahlan.

Abbas veut tenir la réunion de la PNC à Ramallah au cours de la première quinzaine de septembre, avant la convocation de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Le Hamas et le Jihad islamique sont opposés à la tenue de la réunion à Ramallah en raison du contrôle de sécurité israélien dans les territoire. Abbas, cependant, a ordonné à son peuple d’ignorer leur opposition et de commencer à organiser les préparatifs de ce rassemblement. Selon lui, les membres de la PNC qui ne pourront se rendre à Ramallah pourront y participer par vidéoconférence de Beyrouth.

Après la réunion de la PNC et la réélection d’Abbas en tant que chef de l’OLP, disent les sources du Fatah, il cherchera à dissoudre la PNC et à supprimer les bases de la légitimité du Hamas et de Dahlan.

À l’heure actuelle, le parlement comprend une faction entière du Hamas ainsi que 15 délégués du Fatah affiliés à Dahlan.

Le Conseil national palestinien est une épée à double-tranchant

La PNC a déjà tenu une première réunion à Gaza à laquelle ont participé les membres pro-Dahlan. Dahlan, lui-même membre de la PNC, y a participé par vidéoconférence.

Parce qu’Abbas craint que la PNC adopte des résolutions contre lui, il veut se lancer dans sa réunion et la dissoudre.

Selon les sources du Fatah, la dissolution de la PNC éliminera automatiquement les membres du Hamas et pro-Dahlan. Abbas pourra alors prendre l’initiative légale de les déclarer «éléments hostiles», de les arrêter et de les interroger et de les faire juger.

Abbas envisage également de geler les comptes bancaires de ses adversaires afin qu’aucune aide financière extérieure ne puisse les soutenir.

Abbas, dont les jours politiques sont comptés, ne prend plus de gants, ni avec Israël, ni avec le Hamas ni avec  Dahlan. Il envisage également, le mois prochain, de demander à l’Assemblée générale des Nations Unies d’accorder à la « Palestine » l’adhésion complète à l’ONU pour pouvoir faire agir la Cour pénale internationale, contre les implantations, et faire en sorte que l’Etat palestinien rejoigne les 28 nouvelles organisations internationales.

Abbas espère que sa nouvelle politique de refus systématique lui assurera un plus grand soutien de la rue palestinienne. Quand le moment sera venu de se retirer de l’arène politique, il sera celui qui aura osé tenir tête à Israël et aura réussi à vaincre son ennemi juré, Muhammad Dahlan.

JPCA – traduction JFORUM

3 Commentaires

  1. La seule finalite de ces créateurs du terrorisme moderne c’est de s’enrichir prodigieusement sur le dos du peuple en mentant aux Européens peu regardant sur les milliards versés, et pour ça, on Peut dire qu’il a bien réussi

  2. Oui bien sur , mais cela me fait penser au film ‘le folie des grandeurs  » avec Loui de Funes  » qui manigance pour maintenir sa place de grand dEspagne allant jusqu’à marier laReie avec son « neveu » et le Roi avec lui,même , etc etc

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.