020928-N-3653A-001 At sea with USS George Washington (CVN 73) Sep. 28, 2002 -- The nuclear-powered aircraft carrier transits the Atlantic Ocean as she and her embarked Carrier Air Wing Seventeen (CVW-17) return from a regularly scheduled deployment, after conducting missions in support of Operation Enduring Freedom and Operation Southern Watch. USS Geroge Washington is homeported in Norfolk, Va. U.S. Navy photo by Photographer's Mate 3rd Class Summer M. Anderson. (RELEASED)

Une vidéo fuite du chasseur américain F-35C qui s’était abîmé en mer de Chine méridionale

Le porte-avions USS Carl Vinson au Vietnam le 5 mars 2018. KHAM / REUTERS

Lors de son appontage le 24 janvier, l’avion de chasse avait lourdement touché le pont, avant de s’enflammer puis de tomber à l’eau, faisant sept blessés.

La «mission de routine» s’est très mal terminée. Le lundi 24 janvier dernier, deux imposants groupes aéronavals américains croisaient en mer de Chine méridionale, épicentre des tensions entre les États-Unis et la Chine. À leur tête, les porte-avions USS Carl Vinson et USS Abraham Lincoln s’entraînaient depuis une journée avec leur chasse embarquée dans cette zone revendiquée par Pékin, mais tout ne s’est pas passé comme prévu.

À bord du premier porte-avions, étaient embarqués des F-35C, les chasseurs bombardiers furtifs les plus modernes de l’US Navy, fabriqués par la firme Lockheed Martin. L’un d’eux s’est abîmé en mer après un «accident de vol». «Je peux confirmer que l’avion a percuté le poste de pilotage lors de l’appontage [terme désignant un atterrissage sur un porte-avions, NDLR] et est ensuite tombé à l’eau», déclarait le lendemain sans tellement plus de détail le lieutenant Nicholas Lingo, porte-parole de la 7e flotte américaine. Sept marins ont été blessés, dont le pilote, qui a pu s’éjecter de l’appareil avant d’être récupéré par un hélicoptère.

Samedi 5 février, une vidéo de l’accident publiée sur Reddit a fuité, avant de devenir rapidement virale sur les réseaux sociaux et d’être reprise sur les principaux sites consacrés aux questions de défense. Les images, visiblement prises depuis la caméra d’aide à l’appontage, montrent le F-35C descendre trop brutalement vers le pont. Réalisant ce qui est en train de se passer, l’officier d’appontage crie «Power» puis «Wave off, wave off», signifiant au pilote qu’il doit interrompre l’appontage et remettre les gaz. Mais trop tard… Le F-35C heurte violemment le pont, son train d’atterrissage ne résiste pas au choc, l’appareil pique du nez et s’embrase, tout en dérapant sur le côté. Alors que l’équipe d’incendie intervient immédiatement, le chasseur poursuit sa course, incontrôlable, jusqu’à tomber à l’eau.

Si l’armée américaine n’a pas confirmé l’authenticité de la vidéo, il y a peu de doute sur le fait qu’il s’agit bien de l’accident du 24 janvier. Rapidement après l’accident, une image d’un F-35C flottant sur l’eau avait déjà été divulguée sur internet, puis une première vidéo filmant le début de la procédure d’appontage de l’avion avait également fuité. Pour le coup, la marine américaine avait confirmé l’authenticité de ces deux premiers documents, qui semblent cohérents avec ces nouvelles images.

Dès le 25 janvier, l’US Navy annonçait qu’elle lançait des opérations pour récupérer le F-35C tombé en mer. Il faut dire qu’étant donné la zone du crash et la proximité de celle-ci avec la Chine, la tâche s’avère stratégique. Il serait malencontreux que Pékin puisse mettre la main sur des débris du F-35C avant les Américains. Alors que la presse anglo-saxonne faisait état de telles craintes rapportées par Reuters, le lieutenant Nicholas Lingo avait pudiquement répondu : «Nous ne pouvons pas spéculer sur les intentions de la RPC [République populaire de Chine] à ce sujet».

Un autre crash depuis un porte-avions britannique

C’est une série noire pour le F-35 puisqu’il s’agit du deuxième accident sur un porte-avions en deux mois. Le 17 novembre 2021, un F-35B [variante du F-35 prévue pour des décollages courts et des atterrissages verticaux sur des porte-aéronefs non pourvus de catapultes et de brins d’arrêt, NDLR] britannique s’était abîmé en mer Méditerranée juste après son décollage du porte-avions HMS Queen Elizabeth. Le pilote, sain et sauf, avait pu s’éjecter. Là encore, une vidéo de l’accident avait fait le tour du Web, révélant des images peu glorieuses puisqu’on y voyait l’avion de chasse décoller à une vitesse étonnamment faible avant de tomber aussitôt du tremplin qui aide au décollage.

L’absence d’élan avait alors suscité de nombreuses moqueries sur les réseaux sociaux. D’après le Sun du 23 novembre, l’accident aurait pu être causé par l’oubli d’«une housse de pluie en plastique bon marché laissée pendant le décollage» au niveau des admissions d’air, ce qui aurait expliqué la perte de puissance de l’appareil. Une bête erreur humaine mais dont le coût pourrait être élevé puisque le prix d’un F-35B dépasse allégrement les 100 millions de dollars. L’enquête en cours n’a pas encore confirmé cette hypothèse et l’avion a depuis été récupéré. Là encore, des craintes avaient été exprimées concernant la possibilité que les Russes mettent en premier la main sur l’épave.

Début janvier, un F-35A [la version de base, terrestre, du F-35, NDLR] sud-coréen avait aussi effectué un atterrissage d’urgence pendant un vol d’entraînement. Et en avril 2019, un F-35A japonais s’était abîmé dans l’océan Pacifique, entraînant la mort du pilote.

Par Alexis Feertchak Le Figaro
USS George Washington, en vue de face (2002).

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.