Une frappe aérienne saoudienne au Yémen élimine des commandants houtis et d’Iran. 

Un groupe de commandants importants, iraniens et houtis, a trouvé la mort dans une frappe aérienne de la coalition menée par l’Arabie Saoudite, dans la capitale du Yémen, le 23 octobre.

This map shows the location of Aden and Sanaa in Yemen. Sanaa is the capital.

Cette frappe aérienne a pris pour cible la maison à Sanaa de l’ancien Général yéménite Mohsen Ali Ahmar, un allié du Président en exil Abbed Rabbo Mansour Hadi, selon les rapports des médias au Yémen.

Les responsables de la coalition saoudienne affirment que 98 rebelles houtis ont été tués lors de cette frappe et que 45 autres ont été blessés. Cette frappe a été lancée, après un renseignement affirmant que les dirigeants principaux iraniens et houtis menaient une réunion dans l’ancienne maison d’Al Ahmar.

Al Ahmar était un des principaux commandants et le conseiller d’Hadi au sein du gouvernement internationalement reconnu. Sa maison a été envahie et réquisitionnée par les Houtis, lorsqu’ils se sont emparés de Sanaa, en septembre dernier. Avant de rejoindre l’administration d’Hadi, Al Ahmar a été un allié du président Ali Abdullah Saleh, chassé du pouvoir, qui est aujourd’hui aligné sur les positions des Houtis.

Les sources déclarent que parmi les tués dans la frappe aérienne à Sanaa, on trouve les principaux responsables houtis : Saleh Ahmad Qarqash, Abdullah Ahmad Al Madani et Hussain Abdullah Aidha et le Commandant iranien Khouri Obaid Agha, ainsi que certains membres de l’équipe de la télévision Al Maseera contrôlée par les Houtis.

|

worldtribune.com

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.