Un sous-marin russe doté de 20 missiles balistiques Intercontinentaux et 200 têtes nucléaires vogue vers la Syrie

Le plus gros sous-marin au monde, le Dmitri Donskoy (TK-208), nom de code au sein de l’OTAN, le Typhoon (ou Typhon) navigue vers la Méditerranée avec la côte syrienne pour destination, selon ce que révèlent les sources des renseignements militaires de Debkafile. A bord du sous-marin, on trouve 20 missiles balistiques intercontinentaux Bulava ( nom de code à l’OTAN : SS-N-30) disposant d’un nombre d’ogives nucléaires estimées à 200. Chaque missile, qui a une portée évaluée à 10.000 kms, transporte 6 à 10 têtes nucléaires MIRV.

Ce sous-marin russe a largué les amarres de sa base de la Mer du nord le 4 septembre, escorté par deux navires de guerre anti-sous-marins. Le moment prévu de leur arrivée à destination dans dix jours couronnera le nouveau déploiement militaire russe en Syrie.

Dmitriy_Donskoy_B (1)

L’introduction par le Président Vladimir Poutine d’une force nucléaire en face des côtes syriennes renforce considérablement ce qui ressemblait, tout d’abord, à une opération afin de fortifier le régime Assad à Damas, en un véritable corps expéditionnaire prêt à toutes les confrontations aériennes ou maritimes avec les forces américaines au Moyen-Orient.

Le Secrétaire américain John Kerry a fait comprendre samedi 5 septembre à quel point il s’inquiétait des manoeuvres russes, quand il a exprimé ses préoccupations, quant au « déploiement de forces militaires russes en Syrie », par un appel téléphonique au Ministre russe des affaires étrangères Sergeï Lavrov. Le Département d’Etat a rapporté que : « Le Secrétaire a fait clairement savoir que si de tels rapports s’avéraient exacts, ces actions risqueraient de provoquer une grave escalade du conflit, mèneraient à plus de pertes encore de vies innocentes, accroîtraient encore les flots de réfugiés et pourraient générer une confrontation avec les opérations de la coalition anti-Daesh en Syrie ».

Kerry faisait directement référence aux interférences russes potentielles avec les frappes aériennes de la coalition menée par les Etats-Unis contre l’Etat Islamique en Syrie.

Les sources de Debkafile à Washington et à Moscou révèlent que ce déploiement d’un sous-marin nucléaire dans les eaux syriennes est interprété comme un message fort que le Kremlin ne laissera pas les Etats-Unis entraver son intervention militaire dans le conflit syrien et qu’il est prêt à aller jusqu’aux dernières extrémités pour ouvrir les vannes de l’afflux de troupes russes vers ce pays déchiré par la guerre.

Cette situation est en train de se développer bien au-delà des intentions de l’Administration Obama, quand les pourparlers russo-américains se sont initialement tenus, en ce qui concerne les forces américaines stationnées en Turquie et en Irak, en même temps que les troupes russes arrivant en Syrie, afin de lancer une double-offensive combinée contre l’Etat Islamique. Ces négociations sont réduites à néant.

Debkafile révélera bientôt et pour la première fois comment Poutine  a l’intention de déployer les forces russes qu’il affecte en Syrie, leur plan opérationnel, leur coordination militaire avec l’Iran et, par-dessus tout, comment cette nouvelle intervention russe en Syrie peut impacter la politique américaine au Moyen-Orient et les marges de manoeuvres d’Israël.

 

DEBKAfile  Reportage Exclusif 7 septembre 2015, 4:08 PM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski.

 

———————————

 

Les preuves saillantes d’une présence russe de grande envergure s’accumulent (Coolamnews)

Les preuves s’accumulent quant à l’arrivée de militaires russes dans les zones de combat en Syrie malgré les démentis répétés de Moscou. Les quotidiens britanniques Times et Telegraph avaient annoncé dès samedi, la participation de militaires russes en Syrie aux côtés des troupes gouvernementales.

Mais les temps ont changé et la censure soviétique implacable du temps de la guerre froide a vécu. Depuis, les réseaux sociaux permettent en temps réel de suivre l’évolution de n’importe quelle situation dans le monde. Et les soldats russes fraîchement débarqués en Syrie ne se sont pas gênés d’envoyer quelques photos souvenirs à leurs proches. La presse occidentale en a publié des extraits que Coolamnews reproduit ci-dessous.

Parmi les observations rapportées, il a été dit qu’un navire de débarquement appartenant à la Flotte russe de la Mer noire – le Nikolai Filchenkov – a été vu passer le détroit du Bosphore avec des véhicules blindés sur son pont.

Plus récemment encore, des photographies montrant des avions d’attaque Su-34 et de supériorité aérienne Su-27 et MiG-29 ainsi que des drones Pchela 1T ont circulé via les réseaux sociaux, avec l’affirmation selon laquelle ces appareils évoluaient dans la région d’Idleb, fief du Front al-Nosra, lié à al-Qaïda.

r15 r14 r13 r12 r11 r9 r8 r7 r6 r5 r4 r3 r2 r1

coolamnews.com

6 Commentaires

  1. Quel canular incroyable, le Donskoy en Méditerranée. Il n’a que deux tubes opérationnels, et il ne sert qu’à la mise au point des missiles Bulava qui en ont bien besoin: 67% seulement de taux de réussite technique !

  2. pas sur ce sujet qui a été abondamment traité sur ce site, mais la raison de ce revirement était bien évidemment les victoires consécutives des mouvances islamo-nazies de DAECH au Moyen-orient. Ce développement de la situation Poutine l’avait annoncé il y a un an et demi, quands les ocidentaux se sont mis à aider les terroristes nazislamistes qui étaient alors les « bons rebelles ». Je suis persuadé que lea Russie et Israël vont agir de concert pour en finir avec cette vermine et en fin de compte sauver la situation, comme ce fut le cas de l’Egypte avec Al-Sissi la bête noire des USA mais le meilleure ami d’Israël et de la Russie.

  3. Non mon cher ami, il n’oublie pas Israël, il n’a cessé d’énerver les Ayatollah et autres mufti en affirman t haut et clair que la Russie ne permettra jamais un autre holocauste et que la sécurité d’Israël et de la Russie était un coefficient commun. Qui plus est la coopération militaire des deux pays date de longue date et s’est considérablement accrue et amplifiée depuis un an, surtout en ce qui concerne l’informatique et l’avionique. C’est la mis en route par les USA et leur toutou de l’UE de ces merveilleux « printemps arabes » qui ont enraîné l’embrasement de tou le moyen-orient, les guerres meurtrières dans tous ces pays soit-disant libérés. L’EI est une création américaine à la docteur Frankenstein, en armant des groupes terroristes pour détruire le régime de Bashar el Assad, puis en leur fournissant des armes ultra sophistiquées capable de frapper Israël, les USA ont fabriqué l’EI qui remporte victoire sur victoire sur le terrain, malgré les fausses nouvelles de la propagande- maison- blanche. Après avoir considérés l’Iran comme l’ennemi numéro 1, le gouvernement Obama a entamé des tractations secrètes avec cet ennemi et contre Israël. Je ne reviendrai pa

  4. Non mon cher ami, il n’oublie pas Israël, il n’a cessé d’énerver les Ayatollah et autres mufti en affirman t haut et clair que la Russie ne permettra jamais un autre holocauste et que la sécurité d’Israël et de la Russie était un coefficient commun. Qui plus est la coopération militaire des deux pays date de longue date et s’est considérablement accrue et amplifiée depuis un an, surtout en ce qui concerne l’informatique et l’avionique. C’est la mis en route par les USA et leur toutou de l’UE de ces merveilleux « printemps arabes » qui ont enraîné l’embrasement de tou le moyen-orient, les guerres meurtrières dans tous ces pays soit-disant libérés. L’EI est une création américaine à la docteur Frankenstein, en armant des groupes terroristes pour détruire le régime de Bashar el Assad, puis en leur fournissant des armes ultra sophistiquées capable de frapper Israël, les USA ont fabriqué l’EI qui remporte victoire sur victoire sur le terrain, malgré les fausses nouvelles de la propagande- maison- blanche. Après avoir considérés l’Iran comme l’ennemi numéro 1, le gouvernement Obama a entamé des tractations secrètes avec cet ennemi et contre Israël. Je ne reviendrai p

  5. Je ne crois pas qu’il faille dramatiser la présence Russe en Syrie. Au contraire. Les Russes ne veulent absolument pas de confrontation militaire avec l’Occident. Et Poutine, que l’Occident a pris l’habitude imbécile de diaboliser, a montré suffisamment de souplesse et de patience avec les va-t-en-guerre français, allemands, américains, ukrainiens, pour qu’on ne le soupçonne pas de bellicisme.
    Poutine a désigné à plusieurs reprises l’ennemi commun, et, même si nos intérêts ne sont pas tous convergents, je crois qu’il va agir à notre place et donner aux inqualifiables qui nous dirigent, une leçon de stratégie planétaire. Reste à souhaiter qu’il n’oublie pas Israel dans ses plans.
    Terranova

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.