Tsahal déjoue l’attaque transfrontalière du Hezbollah, échange de tirs rapporté – -Vidéo

Le Hezbollah a averti, ces derniers jours, qu’il pourrait riposter à une attaque qui a tué un haut responsable, mais a déclaré qu’il ne donnerait aucune indication sur le moment et le lieu.

Porte-parole de Tsahal: “Il faut penser que nous aurons quelques jours tendus à venir”. Hezbollah : “l’incident” n’est pas terminé, il y en aura d’autres dans les temps à venir” :

Les Iraniens sont récemment venus à Beyrouth pour contraindre Nasrallah à frapper Israël (à cause de la douzaine d’explosions récentes humiliantes pour le programme nucléaire iranien). Il pourrait être réticent, parce que mis à l’épreuve à l’intérieur, à cause de la double-crise économico-sanitaire… Il pourrait donc se contenter d’une forme de “mise en scène”, en tentant de “provoquer” Tsahal sans aller réellement plus loin. Puis attendre un “meilleur moment”. Le Liban est au bord de la famine…

Israël “verrouillé et chargé”, selon l’expression anglophone utilisée par Netanyahu (paré à faire feu)

L’incident semble avoir été déclenché par une escouade terroriste du Hezbollah qui a tenté d’organiser une attaque transfrontalière. Les troupes de Tsahal ont réussi à contrecarrer l’attaque et ont tiré sur l’escouade, même si on n’a pas su immédiatement si tous ses membres avaient été touchés. Il aurait s’agi de chasser le commando du Hezbollah sans provoquer trop de dégâts, de façon à lancer un avertissement.

Aucune victime israélienne n’a été signalée.

La fumée monte de la zone contestée de Shebaa Farms vue du village de Marjayoun dans le sud du Liban, au Liban, le 27 juillet 2020 (crédit photo: REUTERS / KARAMALLAH DAHER)
La fumée monte de la zone contestée des Fermes de Shebaa vue du village de Marjayoun dans le sud du Liban, au Liban, le 27 juillet 2020. (crédit photo: REUTERS / KARAMALLAH DAHER)

Les habitants de la zone ont signalé des explosions, bien que l’on ne sache pas qui en était responsable et s’il y a eu des victimes dans le prétendu échange de tirs.

Selon des informations non confirmées dans les médias arabes, Tsahal a réussi à contrecarrer une attaque d’une escouade terroriste du Hezbollah qui avait tenté de franchir la frontière pour venir frapper les troupes israéliennes. La chaîne de télévision affiliée au Hezbollah,  Al Mayadeen, a  rapporté que le groupe terroriste avait tiré un missile antichar (type Kornet? à vérifier) sur les troupes israéliennes. 

La cellule, qui comptait entre trois et quatre membres du Hezbollah, a traversé la frontière – également connue sous le nom de Ligne bleue – à plusieurs mètres du territoire souverain israélien et a été identifiée par Tsahal, qui a ouvert le feu sur eux avec des mitrailleuses et des obus de char.

La cellule a fui au Liban sans tirer sur les troupes de Tsahal, a déclaré Zilberman, niant les informations selon lesquelles des missiles anti-chars guidés auraient été tirés pendant l’incident.

Il y avait eu des informations non confirmées faisant état d’un échange de tirs le long de la frontière, des photos publiées par des journalistes affiliés au Hezbollah sur Twitter montrant des panaches de fumée près de Kfarchouba, dans le sud du Liban, près du mont Hermon, en Israël, après des informations selon lesquelles Tsahal avait tiré des obus sur la zone.

Selon divers médias libanais, une cellule du Hezbollah a tiré des missiles guidés antichar (ATGM) sur un véhicule de Tsahal près de la zone sud des fermes de Shebaa, et Tsahal a riposté en bombardant le territoire libanais.

Plus d’une douzaine de communautés, dont Avivim, HaGoshrim, Zarit, Hanit, Yiftach, Kfar Giladi, Misgav Am, Metula, Neve Ativ, Kiryat Shmona, Rosh Hanikra, Shlomi et Shetula, ont été touchées après qu’un incident de sécurité dans la région de Har Dov a été relevé.

Suite à ces informations, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a interrompu ses réunions politiques.

L’incident survient dans un contexte de tension accrue entre le groupe terroriste du Hezbollah soutenu par l’Iran et l’État juif, après qu’un haut responsable du Hezbollah a été tué dans une frappe qui a été attribuée à Israël en Syrie.

Israël a renforcé sa présence de troupes le  long des frontières avec le Liban et la Syrie ces derniers jours, un  raid aérien sur Damas lundi  – qui aurait été mené par Israël – a tué cinq combattants étrangers, dont un membre du groupe terroriste libanais.

Le Hezbollah a averti Israël qu’il pourrait riposter, mais a déclaré qu’il ne donnerait aucune indication sur le moment et le lieu. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a averti lundi que “Tsahal est prêt pour n’importe quel scénario” et a averti que le Liban paierait le prix fort de toute provocation du Hezbollah.

Vidéo: Arab Media, אנשי הדממה

On ne sait pas si l’incident de lundi faisait partie de cette réponse et s’il a été perpétré par le Hezbollah, mais l’armée israélienne a émis un ordre obligatoire aux habitants du nord de «s’abriter sur place» pour éviter des pertes.

“Nous ne cherchons pas une escalade inutile, mais si on nous teste – nous avons une capacité opérationnelle élevée, que j’espère que nous n’aurons pas besoin d’utiliser”, a déclaré dimanche le ministre de la Défense Benny Gantz, un jour après que les médias étrangers ont rapporté qu’Israël a envoyé un message clair au Hezbollah qu’il ne laisserait pas les choses dégénérer et que le meurtre du commandant en chef de l’unité dite d’élite Radwan du Hezbollah n’était pas intentionnel.

Peu de temps après que Gantz a visité des troupes dans le nord, l’armée israélienne a déclaré dans un communiqué qu’un de ses drones s’était écrasé dans le sud du Liban “pendant les activités opérationnelles” le long de la frontière.

Le ministre de la Défense s’est entretenu avec le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Aviv Kochavi – qui se trouvait à Tzfat au quartier général du commandement nord de l’armée – au sujet de l’incident dans le nord et a été informé de la situation. Il s’est également entretenu avec les chefs des communautés se trouvant sur la ligne de confrontation israélo-libanaise, dirigée par le chef du Conseil régional de Mateh Asher, Moshe Davidovich.

L’armée israélienne est en état d’alerte depuis qu’une attaque aérienne israélienne présumée en Syrie a tué la semaine dernière un combattant du Hezbollah.

Vendredi, à la suite d’une évaluation de la situation et conformément au plan de défense du Commandement du Nord, l’armée a déclaré avoir déployé des troupes supplémentaires de la 91ème Division et la 210ème Division Bashan ainsi que des troupes d’artillerie et de renseignement sur le terrain “dans le but de renforcer les défenses le long de la frontière nord. » Les batteries de défense antimissile Dôme de Fer étaient également en alerte, ainsi que les jets de l’armée de l’air israélienne.

Ali Shoaieb, correspondant d’al-Manar, la chaîne du parti chiite, a affirmé sur Twitter que les Israéliens avaient bombardé les alentours de Roueissat el-Alam, sur les hauteurs de Kfarchouba. Notre correspondant au Liban-Sud, Mountasser Abdallah, rapporte que ces hostilités ont eu lieu alors que des drones-espions israéliens survolent intensément la région. Selon lui, les tirs de missiles ont provoqué des incendies sur les terrains environnants. Selon l’Agence nationale d’Information (Ani, officielle), les tirs israéliens ont notamment ciblé une maison du village de Hebbariyé, voisin des fermes de Chebaa et de Kfarchouba, y faisant d’importants dégâts matériels. Aucune victime humaine n’est à déplorer pour le moment.

israelhayom.com ; 
Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.