Les messages antisémites qui ont accompagné l’élection de Miss France s’inscrivent dans une nouvelle logique antisémite que nous décryptons avec l’historien des idées et philosophe, Pierre-André Taguieff.

Avec Nathalie Krikorian-Duronsoy le 27.12.2020
Pierre-André Taguieff

La vision anti-juive des juifs a subi une grande transformation, nous dit Pierre-André Taguieff. Désormais, la nouvelle vague judéophobe s’exprime sans honte sur les réseaux sociaux et s’inscrit dans la vie quotidienne. Comme lors de l’élection de Miss France 2020, le samedi 19 décembre. L’antisémitisme de certains obéissant à une logique militante que légitiment les mouvements politiques d’extrêmes gauche pro-palestiniens, indigénistes et décoloniaux.

En cette année 2020, l’élection traditionnellement bon enfants de Miss France par des Français qui aiment à célébrer la beauté et la grâce féminines, a été gâchée par de violentes attaques antisémites sur les réseaux sociaux, à l’égard d’April Benayoum, élue première dauphine. Largement relayés par les médias, les faits ont suscité l’étonnement et la stupeur. Les journalistes en général, tout comme les politiques et les élus, semblaient découvrir une réalité qui nous est pourtant connue depuis presque dix ans.

Spécialiste de l’histoire des idées, Pierre-André Taguieff avait dès 2002 publié un ouvrage intitulé La nouvelle judéophobie, qui fait date dans l’histoire de l’analyse des idées politiques. L’auteur y constate un « renouvellement des « discours judéophobes » à partir de 1948.

On observe, nous dit Taguieff, l’origine historique d’une « nouvelle configuration anti-juive « constituée par deux arguments centraux : 1) « une islamisation progressive » de la haine des juifs (judéophobie) autour de la « cause palestinienne », qui permet du reste de rendre légitime ce nouvel antisémitisme et 2) « la criminalisation des « sionistes » voir leur nazification » qui rend possible un « retournement de la rhétorique antiraciste, contre les Juifs ».

Selon P.A. Taguieff nous assistons à un processus de « métamorphose des composantes » des mythes judéophobes « faisant surgir un nouveau paysage antijuif international dont l’évolution est largement due à l’importance croissante des réseaux sociaux dans le processus de formation de l’opinion ainsi que dans la transmission des représentations et des croyances. »

Parmi les propos diffusés sur la toile, durant toute la soirée de l’élection Miss France, qui ont suscité une vague d’indignation on a donc pu lire : « Tonton Hitler ta oublier d’exterminer Miss Provence» (sic), « Ne votez pas Miss Provence. Raison : elle est JUIVE », « Provence j’arrive pas à la sacquer depuis qu’elle a dit qu’elle était israélienne».

« Islamisation de la haine des juifs » et « criminalisation d’Israël » ces deux composantes de la nouvelle judéophobie analysée par Taguieff affleurent dans ces tweets et autres messages haineux ayant inondé l’événement, jusqu’à la fin de la soirées. Ils sont, selon toute vraisemblance le fait, l’enquête le confirmera d’un public « islamisé ». Consultés par Le Figaro, la plupart des tweets et captures d’écrans semblent issus de jeunes internautes affichant parfois, notamment dans leurs pseudos, des émoticônes représentant des drapeaux palestiniens.

Dans ce « nouvel imaginaire antijuif » nous dit Taguieff, « la cause palestinienne » transformée en « cause arabo-islamique » est devenue une « cause universelle ». Ainsi idéologisée, la haine judéophobe de cet « antisionisme radical » est globalisée et contribue à « la mise en équivalence des mots antiracisme et antisionisme », faisant de tous ceux qui ne détestent pas Israël et tous les Juifs, des infréquentables racistes selon la logique délirante suivante : « être antiraciste c’est nécessairement être antisioniste. » L’antiraciste bien-pensant, est devenu ou peut devenir selon cette logique celui qui se doit de rejeter les juifs. Et tous ceux qui se réclament d’origine juive que ce discours militant « essentialise », deviennent l’incarnation de ce qu’il faut nécessairement combattre.

Il est évident précise encore l’historien des idées que « l’antisionisme radical va de soi dans les diverses mouvances de l’extrême gauche pro-islamiste qu’on caractérise comme décoloniales ou indigénistes, ou islamo-gauchistes, et qui s’inspirent de la littérature dite postcoloniale. Le Parti des Indigènes de la République (PIR), créé en 2010, en constitue la traduction politique la plus connue dans l’espace médiatique. ». Lire la suite 

https://www.atlantico.fr/decryptage/3594964/ce-nouvel-antisemitisme-qui-se-fiche-de-la-legalite-tant-il-se-sent-legitime-nathalie-krikorian-duronsoy

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.