Rome, en double sens! (Rav Elie Kling)

2
582

Rome, fin de l’an 70

Vespasien, en contemplant la foule qui l’acclame, ne peut s’empêcher de penser que la vie réserve décidément bien des rebondissements.

Il y a 7 ans à peine, il craignait pour sa tête et se cachait chez des amis pour échapper à la colère de Néron, l’empereur fou, qui lui reprochait de s’être assoupi à une de ses représentations théâtrales ! Depuis, beaucoup d’eau avait coulé sous les ponts du Tibre!

La Judée s’était révoltée et ce même Néron l’avait nommé commandant des troupes chargées de ramener la Pax Romana entre la mer et le Jourdain.

Puis, au moment où Jérusalem l’indomptable semblait enfin prête à céder, c’est lui, Vespasien, qui fut appelé sur le plus puissant trône du monde. Il nomma son fils Titus à la tête des armées et lui confia le soin d’achever le travail en Judée.

Aujourd’hui, après quatre années de guerre sanglante, Jérusalem était enfin tombée et il ne restait plus rien du splendide temple juif qui narguait la puissance de Rome.

Le défilé de la victoire fut l’un des plus prestigieux que la ville ait connu. Il semblait interminable : les ustensiles en or, en argent et en ivoire, les tapis d’un pourpre rare, les légionnaires et leurs chefs impeccablement revêtus de leurs brillantes armures.

Mais ce qui attirait le regard de tous, c’était la Table sacrée recouverte d’or et le chandelier en or massif qu’on avait ramenés de la capitale judéenne, derniers vestiges du Temple incendié.

A leur côté, un superbe rouleau de la Thora, sensé témoigner de ce que fut la religion de Moïse qui venait de disparaitre définitivement dans le cri des captifs torturés et dans les flammes au milieu desquelles Sion s’était consumée.

Vespasien admira son fils Titus qui, superbe, conduisait son quadrige de chevaux blancs. “Un jour, il me remplacera”, songea-t-il.

Soudain, le tumulte cessa. Le cortège s’arrêta net devant le Temple de Jupiter. Dans un impressionnant silence, Shimon Bar Guiora, le charismatique chef des armées juives fut amené à l’entrée du Forum. Lorsqu’on le jeta du haut du Capitole, un énorme cri de joie s’éleva de la foule.

Et les sacrifices de remerciements à Jupiter clôturèrent cette mémorable journée. Vespasien ne le sait pas encore mais onze ans plus tard, sur ce même lieu, l’empereur Domitien, son second fils, érigera un Arc de Triomphe en l’honneur de son frère Titus et de sa victoire en Judée.

Sur l’un des piliers on pourra l’admirer en triumphator coiffé de lauriers et conduisant son quadrige. Sur l’autre pilier, des soldats porteront la Menora et la Table.

Ainsi, la chute de Jérusalem sera immortalisée sur les lieux mêmes où en ce jour d’automne de l’an 70, Vespasien savoure sa victoire….

Rome, 30 Novembre 1947

David Pratto, le grand rabbin de Rome, a préparé toute la nuit son discours. De toute façon, il n’aurait pas pu dormir.

Le vote de la veille fut bien trop serré et le suspens bien trop grand pour qu’un homme comme lui puisse ensuite trouver le sommeil.

Au matin, il avait appelé les Juifs de la capitale italienne à le rejoindre aux pieds de l’arc de triomphe de Titus.

Rassemblés devant le célèbre monument, à l’endroit précis où s’élevait jadis le Temple de Jupiter et où Shimon bar Guiora avait été exécuté, ils se retrouvèrent pour entendre ce que leur rabbin avait à leur dire. Intrigués, les badauds italiens observaient ce singulier rassemblement.

Puis tout le monde se tut et les visages se tournèrent vers Rav Pratto. La plupart des Juifs présents avaient perdu des êtres chers durant les années noires et une sourde douleur se lisait encore sur tous les visages.

Tous avaient entendu la veille le vote historique à New York reconnaissant enfin au vieux peuple têtu le droit de faire revivre son Etat.

Le rabbin voulut leur dire que la boucle était enfin bouclée, que non seulement l’histoire juive ne s’était pas achevée le jour du défilé de la victoire en 70 mais qu’au contraire, un nouveau chapitre commençait maintenant comme les prophètes d’Israël nous l’avaient promis et que la décision des rabbins italiens d’interdire de passer sous l’Arc de Titus et que les Juifs du monde entier avaient scrupuleusement respectée pendant des siècles en l’honneur de Jérusalem était devenue caduque…

Il voulut leur dire tout cela et bien des choses encore mais aucun son ne sortit de sa bouche. Lui dont les sermons étaient tant appréciés et qui trouvait si facilement les mots en toutes circonstances, était submergé par l’émotion.

Alors, ce fut un vieux Juif au visage marqué par des douleurs qu’on devinait à la fois récentes et très anciennes qui brisa le silence en récitant la prière d’usage : “Béni soit Celui qui nous a fait vivre jusqu’à ce jour!”.

Le Rabbin fit un signe de la main, se mit en marche et devint le premier Juif depuis 1866 ans à passer sous l’Arc de Titus. Il prit bien soin de le franchir du Nord au Sud, de Rome vers Jérusalem, dans le sens inverse de celui qu’avaient emprunté les esclaves juifs de Vespasien.

Les autres le suivirent en silence et lorsqu’ils furent tous passés entre les deux colonnes, ils se mirent à chanter l’Hatikva.

Rav Elie Kling

hemdathadarom.com

2 COMMENTS

  1. Où sont passés ces czar, empereurs, généraux etc… Où est cette Rome qui prétendait à l’éternité, assistée de ses dieux capricieux ?
    Nous, nous sommes toujours là.
    Nos textes fondamentaux (répétitas) nous enseignent que La Menorah est toujours où elle a été dissimulée, ainsi que l’Arche, l’autel des Encens, et le Pectoral avec les Ourim et Toumim…
    Le second Temple n’avait pas ces accessoires et la Menorah emportée à Rome est une des Menoroth qui éclairait le Parvis…
    En quoi aura consister la victoire romaine ? À la chute de Rome, entérinée dès lors par le Seigneur des Armées.
    Finalement, ce sera notre désunion et combats fratricides, à l’intérieur de Jérusalem, ainsi que l’incendie volontaire des réserves alimentaires (prévues pour tenir 19 ans) qui aura offert sur un plateau une cité affamée et affaiblie, alors que Titus pensait lever le camp, tant le siège durait et coûter cher.
    Nous réparons tant bien que mal cette désunion et cette haine gratuite.
    Ce n’est pas facile…
    Mais Unis, même Dieu retient sa colère !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.