Roch Hodesh Chevat: vers le renouveau de soi (vidéos)

2
514

A partir de ce soir nous fêtons le Roch Hodesh (1er jour) du mois de Shevat.

Les lettres du nom “shevat” sont les initiales de trois mots hébraïques : SHeyvasserou Bessoroth Tovoth soit : que lors de ce mois soient transmises de bonnes nouvelles.

Selon la Tradition, Moïse étant décédé un 7 adar, c’est tout au long du mois de Shevath que le plus grand prophète de tous les temps adressa ses harangues au peuple dans l’espoir de voir sa résipiscence.

C’est encore ce mois entier que Moïse utilisa pour traduire la Torah en “70 langues” (les 70 langues citées après l’épisode de la Tour de Babel) de manière à ce que tous ceux qui souhaitent étudier la Loi émanant de D., puissent le faire même si l’hébreu n’est pas la langue qu’ils comprennent habituellement.

Shevat est le mois des pluies en général (c’est peut-être pour cela que le signe astrologique du verseau est le signe relié à cette période.

C’est aussi en quelque sorte l’annonce de la fin de l’hiver et de l’approche du printemps.

Le 15 du mois de shevat est distingué par une “demi-fête” : TOU bishevat ou Nouvel-An des arbres car, c’est à cette époque que les arbres fruitiers commencent à bourgeonner et fleurir et que les arbres au feuillage caduque recommencent à se couvrir de feuilles. Le réveil de la nature se fait à cette époque et dans les arbres la sève monte.

Résultat de recherche d'images pour "Shevat"

TOU est d’une valeur numérique de 15 (9+6) anciennement, encore au XIIème et XIIIème siècles, le chiffre 15 s’inscrivait avec un youd et un hé (10+5) mais, par la suite les rabbins ont trouvé qu’il était inconvenant d’écrire 15 et 16 avec un youd et un hé ou un youd et un vav et deux autres façons de signaler ces chiffres furent adoptées : teth et vav (9+6)pour 15 et teth et zayine (9+7) pour 16.

Pour cette demi-fête il existe un cérémonial et des traditions pour la plupart tirées du Zohar ou provenant de Maïtres en Cabbale et, la semaine prochaine sera publié un article à ce propos cependant que certains se cantonnent à consommer des fruits de 15 sortes parmi les listes suivantes (en frais ou en congelé ou en conserve ou encore en fruits secs) et en y ajoutant des pâtisseries confectionnées à base de blé, orge, flocons d’avoine etc..

FRUITS DITS D’ISRAËL (même s’ils proviennent d’ailleurs) : RAISINS, FIGUES, GRENADES, DATTES, GRENADES et OLIVES (à la place des raisins : raisins secs ou vins de toutes les couleurs).

FRUITS DE LA TERRE : Cacahuètes, bananes, framboises, myrtilles, fraises, melons, pastèques, groseilles, cassis, canneberges, ananas………….

FRUITS DE L’ARBRE : Oranges, pamplemousses, citrons, pomelos, mandarines, clémentines, kumquats, cédrats, mangues, papayes, arbouses, amandes, noix, marrons, noisettes, noix de cajou ou du brésil ou de pékan ou de macadamia, pommes, poires, plaquemines(ou kakis ou sharon)…………

L’idéal étant de pouvoir réciter les bénédictions : “MAGA ESH” soit : mezonoth, guefen, êtz, adama, shéhakol……..

Caroline Elishéva REBOUH
MA Hebrew and Judaic Studies
Administrative Director of Eden Ohaley Yaacov

 

Le symbole astrologique (mazal) du mois de Chevat, le cinquième mois de l’année juive, est le seau, qui correspond au signe du Verseau.

Un seau n’est qu’un récipient ordinaire, destiné à contenir de l’eau, mais l’eau, dans le judaïsme, est dotée d’une très forte connotation spirituelle. C’est, avec la terre, l’air et le feu, l’un des « quatre éléments ».

Examinons-les chacun à leur tour.

Le feu : la flamme tend naturellement à s’élever. Son action peut être soit créatrice, soit destructrice. De même, la passion, créée pour nous inciter à nous élever et à nous rapprocher de notre Source initiale, peut, en cas de déviation, transformer cette aspiration positive en fureur qui consume et détruit tout sur son passage.

La terre : Elle est stable par nature. Sa résilience et sa permanence sont la source spirituelle de l’humilité et de la tolérance, qui peuvent, en cas de mauvais usage, donner lieu à de la passivité, ou, pire encore à du désespoir.

L’air : Il est constamment en mouvement. Il nous fournit l’oxygène, indispensable à la vie. Nous avons tendance à associer vie et mouvement. Il symbolise, sous sa forme la plus accomplie la tension interne qui nous permet de dépasser le stade léthargique de l’auto-satisfaction. Sa force utilisée de manière négative conduit à une agitation perpétuelle qui fait que nous ne nous soucions jamais de rien ni de personne

L’eau : Elle aussi permet la vie. En hébreu, le mot qui signifie la matérialité est « gashmi », qui signifie littéralement « pluvieux ». L’eau s’écoule naturellement vers le bas. En raison de ces deux facteurs, la Torah est considérée comme le complément spirituel de l’eau.

Elle nous donne la vie au sens le plus fondamental. C’est à partir de ses enseignements que les concepts moraux essentiels (l’intégrité, le dépassement de soi, la justice) sont devenus la base du lexique moral universellement admis.

Traduction et Adaptation de Monique Siac

2 COMMENTS

  1. Certes… Mais on appelle également cette fête Nouvel an des arbres..
    En quoi les fruits de la Terre seraient concernés ?
    C’est que “l’Homme est un arbre des champs”…
    Planté face à l’autre arbre, celui de la Connaissance du Bien-Mal, entremêlés…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.