Le gratin de Tsahal soutient l’officier d’Azaria qui a témoigné contre son insubordination

Plusieurs hauts-responsables de l’armée et de la sphère politique, -dont les premiers à venir à la rescousse du soldat après les événements, dont Naftali Bennett, Ministre de l’éducation- ont publié des communiqués d’encouragement et de soutien au Major Tom Na’aman, qui a témoigné en défaveur du Sergent Elor Azaria, pour avoir tiré contre un terroriste palestinien désarmé. Dès qu’il a osé témoigner, Na’aman a fait l’objet des plus vives critiques sur les réseaux sociaux [« traître! »], ainsi que de menaces de mort, et en particulier, de dévoilement de l’adresse de sa famille [NDLR : dans le style des Djihadistes de Magnanville, en France, sinon que ni lui ni aucun de ses acolytes n’est, heureusement, encore passé à l’acte. Cependant en Judaïsme, on sait que les mots peuvent tuer]. 

Plusieurs membres des plus hauts échelons militaires et politiques se sont dressés pour défnedre le Major Tom Na’aman qui, en mars, occupait le poste de Commandant de Compagnie, quand un des soldats théoriquement sous ses ordres, le Sergent Elor Azaria, a tiré et tué Abed al Fatah a-Sharif, un terroriste palestinien qui était déjà neutralisé et désarmé.

A peine a t-il fini de témoigner que Na’aman a essuyé des attaques immédiates sur les réseaux sociaux, les utilisateurs employant à tort et à travers le terme de « traître » et en affirmant que « lui aussi » doit mourir. 

Depuis qu’il a témoigné dans ce procès contre Azaria, Na’aman a fait l’objet d’attaques incessantes de la part de l’extrême-droite, qui l’a stigmatisé en tant que « terroriste » (donc à abattre) et de « déshonneur envers l’Etat d’Israël ». Na’aman a ensuite fait l’objet d’une véritable campagne éhontée sur les réseaux sociaux.

L’un des suspects de proférer des menaces contre le Commandant Na’aman, a écrit sur Facebook : « Dans les tous prochains jours, nous diffuserons sur Internet où vit ce « traître », quel est le numéro de téléphone de sa famille et peut-être alors seront-ils contraints d’essayer d’influencer ce « traître » qui a vendu son âme au démon pour obtenir sa prochaine promotion« .

Jusqu’à présent, il n’y a qu’un résident anonyme de Samarie qui a été arrêté en relation avec cette incitation criminelle contre Na’aman.

Il a été emmené pour interrogatoire au sein de la Division de la police de Judée-Samarie, mais a été relâché plus tard dans la journée, selon des « conditions appropriées », affirme la police, sans spécifier les termes de sa relaxe.

Parmi ceux qui, ensuite, ont fait preuve de leur soutien à Na’aman, on trouve le Chef d’Etat-Major Gadi Eisenkot, qui l’a rencontré dimanche. Eisenkot lui a exprimé son total soutien et a souligné que Tsahal attend de la part de tous ses soldats qu’il dise la vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

Left to Right: IDF Chief of Staff Gadi Eisenkot and Maj. Tom Na'aman
De gauche à droite : le chef d’Etat-Major Gadi Eisenkot et le Maj. Tom Na’aman

 

Eisenkot a ajouté qu’il est essentiel de permettre au tribunal militaire d’assurer la procédure dans le dossier Azaria sans ingérence extérieure et de permettre aux témoins, autant ceux du côté des poursuites que de la défense de pouvoir s’exprimer sans craintes de répercussions. « Toute tentative de faire pression sur ceux impliqués dans ce procès est répréhensible », a t-il conclu.

L’ancien ministre de la Défense au moment des faits et ancien chef d’Etat-Majort, Moshé « Booguy » Ya’alon a aussi condamné ces menaces qu’a reçu Na’aman, alors qu’il a témoigné défavorablement à Azaria. « L’incitation sauvage contre le Commandant de Compagnie Na’aman sert de transgression supplémentaire qui doit être stoppée immédiatement. J’en appelle à nos cercles dirigeants afin qu’ils arrêtent de courtiser subtilement une minorité d’extrémistes, et qu’ils s’expriment sans la moindre équivoque contre ce type de survenues et expriment leur soutien moral fondamental à l’égard d’un soldat et d’un commandant qui a fait la preuve de son courage bien au-delà du champ de bataille ». [Ya’alon vient de déclarer publiquement qu’il se prépare à se présenter contre l’actuelle équipe de coalition au gouvernement, lors de prochaines élections et il fait déjà campagne, en se positionnant au Centre-Droit, autour de ce qu’il considère être un « dévoiement des valeurs » de la société et de l’armée israélienne, auquel l’actuel gouvernement ne résisterait pas suffisamment, face aux pressions de leur droite plus radicale.]

Le Ministre de l’Education et chef de file du parti « le Foyer Juif » favorable aux implantations, a aussi exprimé son soutien à l’officier.

Education Minister Naftali Bennett speaks during a conference in the Jerusalem's International Convention Center, April 10, 2016 (Yonatan Sindel/Flash90)

Le Ministre de l’Education MNaftali Bennett le 10 Avril 2016, lors d’une conférence. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Tout comme j’ai été le premier (politique)à m’exprimer contre tout ‘jugement public de la part des cercles dirigeants politiques contre Elor Azaria, j’en appelle également à mettre un terme immédiat aux attaques contre le commandant de compagnie qui arempli son devoir et témoigné comme l’exige la Loi », a tweeté Bennett, dimanche

 

Sgt. Elor Azaria (Photo: Mtti Kimchi)
Sergent Elor Azaria (Photo: Mtti Kimchi)

Na’aman a apporté son témoignage en la matière devant le tribunal militaire, jeudi dernier, au cours duquel il a décrit l’enchaînement d’événements du jour de ce tir. « Elor m’a dit : « Le terroriste est encore vivant et il doit mourir ». J’étais très en colère contre lui pour avoir tiré sous ma juridiction (commandement) sans mon approbation. Je l’ai pris à part et lui ai dit de rester sur place et de ne plus bouger de là. Il n’y avait aucune justification militaire au geste d’Elor », a affirmé Ne’eman.

 

Par Itay Blumenthal

Publié le : 20.06.16, 08:45 / Israel News

 

ynetnews.com

2 Commentaires

    • Il y a vraiment des petits fantaisistes qui confondent encore la comparution devant un tribunal avec des élections ou un tirage du loto. La majorité est pour ci ou pour ça, on s’en fout, mon petit monsieur, le Tribunal juge sur des faits et toutes les tentatives démagos pour le faire virer par ci ou par là n’ont aucune espèce d’importance.

      La majorité des Israéliens n’appelle pas au meurtre des officiers supérieurs de tel ou tel soldat (vous peut-être, monsieur le Canadien français?) ni ne cherchent à faire obstruction à la justice militaire israélienne, contrairement à une poignée de complotistes sur internet. Les comportements factieux appartiennent peut-être à une logique politique ultra-minoritaire, mais ne feront jamais que le peuple s’aligne sur ces impostures. Donc il n’y a pas de point final, sauf, peut-être, pour les buveurs de sirop d’érable qui voient tout ça de très très loin mais ont de bons conseils sur la façon de conduire le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.