Hollywood m’a tuer

Ou

L’égalité des chances et la régulation par l’Homme de la Création

Par Gilles Falavigna

La 92e cérémonie des Oscars s’est déroulée en février 2020 à Los Angeles. Le grand vainqueur de l’édition est le film « Parasite » du coréen Bong-Joon Ho, lui-même oscarisé pour l’occasion. Pour la première fois en 92 éditions, un film étranger remporte l’Oscar du meilleur film.

Début février, la crise raciale n’a pas encore débuté aux Etats-Unis. Nous n’en sommes qu’au début de la crise du pangolin laqué. Néanmoins, l’univers hollywoodien a depuis longtemps une conscience politique et le mouvement #OscarsSoWhite y est actif depuis des années. En effet, le cinéma peine à présenter un super-héros qui ne serait pas blanc.

Une partie importante du problème pourrait être que le marché du divertissement répond à ses lois naturelles. En l’occurrence, le marché place l’offre en réponse à une demande et non pas l’inverse. Cela ne peut qu’être ainsi tant que le facteur économique sera majeur. Un des rôles d’une fiction tient à la capacité du spectateur à s’identifier à un personnage. C’est ce qui permet l’émotion. Il peut y avoir de la compassion et le film Amistad de Steven Spielberg le démontre. Mais ce film rapporte un fait historique. C’est, alors, la réalité qui forge l’émotion et non pas la fiction. La tragédie, selon Aristote, repose sur la Mimèsis, d’une part, et la Catharsis, d’autre part.  C’est-à-dire que la crédibilité repose sur l’authenticité, imitation du réel, d’une part, et la purification par la séparation du Bien et du Mal, d’autre part. Le spectateur doit se nourrir de sentiments et c’est sur ce point qu’il peut s’identifier au personnage.

Il y a des sentiments universels. Pour le film Amistad, il s’agit du regard sur l’esclavage par les esclaves, de la servitude mais surtout de la révolte face à l’inacceptable. A ce titre, l’esclavage peut prendre de nombreuses formes. Il sera question de ce qui est acceptable et de ce qui est inacceptable dans la servitude. On doit se rappeler que 80% des Hébreux sont restés en Egypte et que l’Egypte, Misraïm, signifie limites. Et le Blanc est touché par l’Esclave Noir parce qu’il peut s’y identifier pour d’autres raisons que la couleur de la peau.

Raconter une histoire dépasse le cadre du symbole. On ne se bat pas pour des symboles. On se bat pour ce qu’ils représentent concrètement. En 2019, la ville d’Orléans fêtait Jeanne d’Arc avec pour la première fois une jeune fille issue de la diversité dans le rôle de Jeanne d’Arc. Comment, à Orléans, ne pas voir uniquement la fausseté de ce qui est représenté ?

La chanteuse Lady Gaga, ici à New York le 28 juin, a été invitée à rejoindre l’Académie des Oscars.La chanteuse Lady Gaga, ici à New York le 28 juin, a été invitée à rejoindre l’Académie des Oscars. GREG ALLEN / INVISION / AP

Hollywood est réactif et les nouvelles mesures pour l’obtention des Oscars viennent d’être dévoilées.

https://www.bfmtv.com/people/diversite-les-regles-des-oscars-changent-pour-que-le-meilleur-film-soit-le-plus-inclusif-possible_AN-202009090080.html#xtor=AL-68

A partir de 2024, les films devront, pour être éligibles aux Oscars, remplir deux des quatre critères suivants :

L’œuvre devra avoir comme acteur principal une personne issue d’une minorité ethnique ou que le casting en soit composé à 30%. Il est intéressant de noter que la minorité ethnique peut être remplacée par des LGBTQ+ ou des handicapés.

Le deuxième critère porte sur l’équipe technique qui doit, également, être composée des mêmes « minorités ».

Le troisième critère porte sur le personnel sous-traitant et stagiaire pour toutes les étapes du film.

Le quatrième critère porte sur les équipes marketing. La promotion des films devra être opérée par des équipes dirigeantes issues de ces minorités.

Pour mémoire, la population afro-américaine représente 13% des américains.

8% des afro-américains ont voté pour Donald Trump en 2016. Ils seraient autour de 35%, en 2020, à se prononcer en sa faveur. L’argumentaire avancé par ces derniers contre l’idéologie BLM est donc intéressante à connaître. Elle se décline en 5 points principaux :

La victimisation : vise à déresponsabiliser. Être une victime devient l’identité première. Il y a perte de l’identité profonde et véritable qui construit l’individu.

La lutte contre le manque de diversité : développe la dépendance aux Blancs. Surtout, elle annule la diversité d’opinions entre Noirs.

La violence urbaine : 48% des victimes sont Noires. 53% des criminels sont Noirs pour 13% de la population. Le nombre de meurtres de Noirs par des Blancs de 1882 à 1968 est dépassé tous les 6 mois par le nombre de meurtres de Noirs par des Noirs depuis l’ère des droits civils. L’idéologie BLM tend à se désintéresser de ce phénomène.

La structure familiale : 75% des naissances au sein de la communauté afro-américaine sont dans une structure monoparentale. Il y a un rejet du père, de son image ce qui conduit à la violence.

L’idéologie de Gauche : se nourrit de l’attitude générale. Plus les villes sont de Gauche, plus les phénomènes décrits sont vivaces.

Il n’est pas question de racisme dans leur argumentaire puisqu’il ne serait pas la cause du problème.

https://www.youtube.com/watch?v=a4sD9Ms38ns&feature=emb_logo

Le concept d’égalité des chances est lié à celui de régulation de la Création. Hollywood est à l’image de l’idéologie occidentale qui est celle de l’idolâtrie. L’Homme est élevé au rang d’ « à l’image de D.ieu ». L’idéologie (une idée, étymologiquement, signifie image) interprète le texte sans considérer sa substance ou sa signification. En premier lieu, l’image agit en réciprocité et elle fait de D.ieu l’image de l’Homme. Il y a inversion de toutes les valeurs à commencer par celles d’essence et d’émanation. La nature de l’œuvre est considérée techniquement. Alors tout est accompli, l’auteur est interchangeable. Il n’y a plus d’âme.

Pour bien comprendre qu’il s’agit d’une pensée de Gauche, la référence est celle de Marx et Hegel. La référence est celle de la dialectique matérialiste qui postule de la primauté de qui fait sur ce qui est fait, de qui dit sur ce qui est dit, de ce qui concoure à l’abrutissement des masses.

Nous remarquerons que le candidat aux prochaines élections présidentielles américaines, Joe Biden, a choisi son colistier en fonction de ces critères. Peu importe ses Valeurs, ou c’est secondaire. Le vice-président doit être une Femme et Noire. Tout est dans l’apparence. L’extérieur prime sur l’intérieur. Comment vit-elle de ne pas avoir été choisie pour ses compétences mais sur le critère de sa naissance, celle d’une victime devenue vice-présidente en réparation ?

Il y a une mécanique énoncée par les conservateurs afro-américains pour la rejeter. La victimisation engendre l’assistance et la discrimination positive qui renforce la dépendance comme une drogue. C’est pourquoi le député Vernon Jones parle de l’esclavage des Noirs dans les plantations de l’idéologie démocrate. Comme le dit Joe Biden, bien qu’il s’en excuse, le Noir qui ne vote pas pour lui n’est pas Noir. Il n’est plus rien. N’est-ce pas le statut de l’esclave ? C’est la raison invoquée par les conservateurs afro-américains pour signifier que Joe Biden est le vrai raciste.

Il serait intéressant d’évaluer à quel point le mensonge anime l’idéologie de Gauche. Désormais, Hollywood en fait un postulat. Le meilleur film est joué par un Noir et de fabrication noire ou le sujet sera la condition noire ou celle des LGBTQ+ ou handicapés physique et mentaux. Un Noir est assimilé à un handicapé ou un pédéraste, selon la bien-pensance. Il est finalement logique qu’ils soient de plus en plus nombreux à déclarer vouloir voter pour Trump.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.