Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo, est l’invité de Léa Salamé.

Richard Malka
Richard Malka © AFP / Joël SAGET / AFP

Richard Malka essaie de résumer son sentiment, à quelques heures de l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015, qui a coûté la vie à plusieurs membres de l’équipe du journal Charlie Hebdo : « Après plusieurs mois d’attente et de report, il y a un soulagement (…) Je ne sais pas tellement sur quel banc j’ai envie de m’assoir, sur le banc de mes confrères ou de mes amis (…) C’est important,ce qui est en cause c’est la transmission de ces valeurs républicaines. On a, au fond, essayé de tuer la liberté. De cela, il faut témoigner, qu’il y ait une trace pour l’Histoire« .

https://twitter.com/i/status/1301035586468405248

 

« Cette liberté d’expression est menacée aujourd’hui, et pas moins qu’il y a 5 ans »

Pour l’avocat, la liberté d’expression doit être plus que jamais protégée : « Je pense que la liberté finit toujours par l’emporter, à terme (…) Provisoirement, l’état d’esprit des terroristes a gagné. Dans les universités, on ne plus parler librement, on brûle des livres, je ne parle même pas de la jeune Mila, il y a une peur, une régression massive de la liberté d’expression.« 

« Bizarrement la censure a muté, elle ne vient plus de l’état, de la justice, elle vient de nous même »

« Respecter les croyances, empêcher de les critiquer, c’est abandonner l’esprit critique » rappelle encore l’avocat, qui estime que « dans une vie démocratique, pour vivre ensemble, il faut accepter d’être heurté« . Pour Richard Malka, cette fois , »la censure a migré à gauche » : « Il y a une philosophie des minorités, de cette espèce d’idéologie victimaire. on a beaucoup parlé de Madame Obono ces derniers temps, Madame Obono avait les yeux secs devant les morts de Charlie Hebdo.« 

« Monsieur Mélenchon, qui n’avait pas assez de trémolos dans la voix aux obsèques de Charb’, est en même temps ‘Obono’ : je ne sais pas comment on fait. Voilà les amalgames que nous combattons, ce cynisme politique qui nous a fait tant de mal »

Richard Malka réagit également à la question d’un sondage qui révèle que les jeunes, aujourd’hui, ne condamne pas forcément les attentats de janvier 2015 : « J’y voie l’échec de la transmission des valeurs républicaines. L’éducation nationale a une importante responsabilité, il y a un problème universitaire dans ce pays« .

Les invités
  • Richard Malka Avocat au barreau de Paris, spécialisé dans le droit de la presse et scénariste de bandes dessinées
L’équipe

franceinter.fr

4 Commentaires

  1. OBONO FERAIT BIEN DE RETOURNER D’OU ELLE VIENT.CETTE ANTISEMITE ET ANTIREPUBLICAINE.LORS DES ATTENTATS DE CHARLIE HEBDO ET DE L’YPERCACHER,ELLE A DIT QU’ELLE NE CONDAMNAIT PAS LES TERRORISTES ET C’EST ELLE QUI VOULAIT ALLER EN ISRAEL POUR FAIRE LIBERER DES TERRORISTES PALESTINIENS QUI AVAIENT LES MAINS COUVERTES DE SANG JUIF.ELLE N’A QUE CE QU’ELLE MERITE ET MEME,CE N’EST PAS SUFFISANT!!!!!EN PLUS,ELLE EST VRAIMENT LAIDE !!!!

  2. le vieux cochon tape dans la beurette

    il est passé de l’ ex de Jugnot (Saïda Jawad, ) a sophia chikirou agée de 39 ans sa « conseillère en …tout ce que vous voudrez ! 😆  » et de 30 ans sa cadette

    aaaahhhh! le cul !!

    le Méchancon est peut etre bien juif , sa mère est de Tanger et se nomme DE JEUNE FILLE Bayonna

    (comme Bayonne) et quand on sait l’ hispanité de ces milliers de Marranes inavoués de Bayonne et autres bordeaux et saint jean de Luz…BON! CA NE FLATTE PAS LES JUIF UNE TELLE DEJECTION

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.