Israël a annoncé des plans pour développer son réseau ferroviaire. Il est notamment question de prolonger la nouvelle ligne Tel Aviv-Jérusalem jusqu’à une gare souterraine qui desservirait le Mur occidental (Mur des Lamentations).

L’occasion pour les opposants à Israël de montrer au grand jour leur opposition au progrès : deux articles très similaires dans Libération et Le Temps vont jusqu’à accuser les dirigeants israéliens de « profiter du fait que la communauté internationale a les yeux tournés vers l’Irak, la Syrie et les élections américaines » (Libération) ou de « profiter de ce que la communauté internationale focalise son attention sur la guerre en Irak et en Syrie pour renforcer l’emprise de leur pays sur les territoires occupés. » (Le Temps). Vous avez dit « complotisme » ?

Faut-il qu’Israël attende que la guerre en Irak et en Syrie soit terminée pour annoncer tout nouveau chantier ? Cela risquerait malheureusement de bloquer le pays pour longtemps… Mais sur quels faits se basent les auteurs de ces articles, qui semblent s’être donnés le mot, pour lancer une telle affirmation, qui prête un rôle de manipulateur à Israël ? Le lecteur ne le saura pas.

C’est Le Temps, quotidien suisse, qui a dégainé le premier avec un article au parti-pris indéniable :

lttrain

Le titre relaie une accusation des Palestiniens envers Israël sans même mentionner l’information principale : les plans d’extension du réseau ferroviaire israélien.

Libération a choisi de parler du train dans le titre, mais est à peine plus équilibré :

libetrain

Il est implicite dans ce titre que la discorde est provoquée par Israël.

Déplacer un lieu saint de quelques mètres, qui le remarquera ?

Une erreur commise dans les deux articles va dans le sens du parti-pris :

«Un billet pour le mur des Lamentations, s’il vous plaît.» D’ici quelques mois, il sera possible de se rendre en train jusqu’à l’endroit le plus sacré du judaïsme. (Libération)

Une «gare du Kotel» sera d’ailleurs érigée afin, dit le ministre, «de permettre aux pèlerins et aux touristes de se rendre plus facilement sur le lieu le plus sain du judaïsme». (Le Temps)

Le Temps a très certainement prêté au ministre des mots qu’il n’a pas dits, car aucun Israélien bien informé ne définirait le Kotel (dit Mur des Lamentations) comme le lieu le plus saint du judaïsme. C’est en effet quelques mètres en surplomb, sur le Mont du Temple, que se trouve ce lieu pour les Juifs.

La presse francophone renomme régulièrement le Mont du Temple « Esplanade des mosquées » dans une islamisation de l’histoire qui n’a rien à envier à la récente résolution négationniste de l’Unesco. Le raisonnement est simple : si les Mur est le lieu le plus saint des Juifs, alors ces derniers n’ont plus de raisons de revendiquer la souveraineté sur l’esplanade. Le Mont du Temple peut donc revenir aux musulmans. Cela transparaît dans la conclusion de l’article du Temps qui procède exactement comme l’Unesco, en affirmant la sainteté de l’esplanade sous son nom islamique et en ne mentionnant pas sa nature juive de Mont du Temple.

 

Et parce que la «gare du Kotel» sera érigée à quelques mètres du Haram al Sharif, l’Esplanade des mosquées qui passe pour le troisième lieu saint de l’islam.

Faucon contre progressistes

Encore une curieuse concordance entre les deux auteurs : ils se retrouvent pour appeler le Ministre israélien des transports, Israël Katz, un « faucon ». Le rapace fait face à « l’opposition progressiste » (Libération), que Le Temps détaille comme des députés arabes israélien et un « petit parti progressiste Meretz » (3,93% des voix au parlement israélien, une bien faible représentativité…).

Les « progressistes » sont peu nombreux, mais ils peuvent compter sur les voix de Libération et du Temps. Parler d’un ministre « de droite » et de partis d’opposition « de gauche », par exemple, aurait-il laissé trop de liberté au lecteur ?

Expropriations à 80 mètres sous terre ?

Les deux journaux brandissent le spectre des expropriations. C’est que les hommes des cavernes doivent être encore bien vivants à Jérusalem, puisque le train évoluera dans un tunnel à 80 mètres sous terre  ! D’autres questions plus sérieuses auraient pu être posées, comme l’impact éventuel de ses travaux en sous-sol sur un des plus riches terrains archéologiques du monde. Les expropriations, ici, restent de la pure spéculation sans qu’aucun élément précis ne vienne appuyer cette crainte.

L’appui des confrères anglais de The Independent

Comme Le Temps et l’Unesco, Libération islamise le Mont du Temple en lui retirant son caractère juif.

La grogne est d’autant plus forte que le «train du Kotel» s’arrêtera à quelques mètres de l’esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l’islam.

Mais le journal surenchérit :

Et que ce projet a été annoncé le jour où le directeur et imam de la mosquée Al-Aqsa dénonçait la destruction d’un cimetière musulman vieux de 1 400 ans par les autorités israéliennes, qui veulent le remplacer par un parc public.

Des propos certainement tirés d’un article paru la veille dans le journal anglais The Independent. L’organisation UK Media Watch a contacté la porte-parole de l’Autorité israélienne de la nature et des parcs qui a démenti cette accusation, affirmant même que les tombes en question étaient vides. Elles auraient été construites pour dissuader les Israéliens d’entreprendre des fouilles archéologiques dans un secteur au riche passé juif. A noter que Jérusalem a été conquise par le calife musulman Omar en 637. Faites le calcul, cela ne fait pas encore 1400 ans… Pourquoi donc relayer sans nuance ces propos douteux ?

Et voilà comment un train peut servir à véhiculer non seulement des personnes, mais aussi des wagons de contre-vérités.

infoequitable

6 Commentaires

  1. Suisse, Genevois, païen d’origine et d’éducation protestantes, il y a bien longtemps que j’ai renoncé à acheter ou lire le journal « Le Temps ».

  2. ISRAEL ET SA CAPITALE TOUTE JERUSALEM. , n’en déplaise aux haineux, aux menteurs et aux détracteurs d’Israël , à tous ces millions de personnes influencés ou payés par les pétroliers qui n’ont pas de leçons à donner à Israël, pays démocratique, humaniste, philanthrope, développeur dans la technologie, la médecine, l’économie, etc etc!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  3. On ne manque pas de misérables voyous juifs dont l’âme et l’identité sont recouverts par la patine de l’exil d’une telle épaisseur que leur lien avec leur propre peuple a finalement disparu et en a fait des gauchistes mondialistes de la trempe de Soros .
    Jérusalem .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.